La contemporanéité des concepts de Fatéma Mernissi : Harem & Confinement
Télécharger PDF

La contemporanéité des concepts de Fatéma Mernissi : Harem & Confinement

En cette période de confinement, les concepts de Fatéma Mernissi ont des choses à nous dire. Le monde se retrouve enfermé dans un espace clos et contraint à la réclusion. Comme dans un « harem », nous avons besoin d’une permission pour entrer et sortir. Mais, quand Mernissi, au-delà de la dimension spatiale, a étendu le sens du « harem » au monde immatériel et intangible, elle lui a assuré une place durable dans l’expérience de l’enfermement.

Interview with Sari Hanafi: The state of sociology in the MENA region.

By your personal background and your involvement in regional scientific and academic institutions, you have touched on the most sensitive issues of the region, do you think human sciences can make this region’s problems more intelligible?

Appel à candidatures : Biennale Leadership

Appel à candidatures : Biennale Leadership

Jeudi, 14. novembre 2019 - 17:00 Au Samedi, 16. novembre 2019 - 18:30

Jeunes leaders intéressés par l'entrepreneuriat et le leadership. Cet appel à candidatures est pour vous!! Formation gratuite. Nombre de places limité! 

La fondation HEM, Heinrich Böll Stiftung, les Citoyens en partenariat avec le conseil régional de Casablanca -Settat lancent la biennale du leadership.

Dans sa volonté de penser le leadership non seulement comme une fin en soi, ni une simple voie d’accomplissement individuel, le programme Ra’ed espère à travers cette biennale faire émerger des idées innovantes permettant au leadership de servir le développement socio économique, durable et inclusif du Maroc. Cela part d’une position éthique relayant l’ambition personnelle avec le désir de collaboration et d’atteinte d’objectifs ayant un impact sur l’essor collectif et le commun. L’ensemble des ateliers est construit sur une méthode de co-construction, de maïeutique et d’émergence organique d’idées et d’initiatives. Le but pour chaque groupe est de présenter des intuitions potentiellement innovantes à faire porter par la société civile, la recherche et surtout qui permette des synergies productrices de sens. 

- Profils recherchés 

Jeunes âgés entre 25 - 34 ans avec une expérience d'au moins deux ans, dans le domaine associatif, intéressés par le leadership et l'entrepreneuriat.

Vous avez droit de vous inscrire dans un seul atelier de votre choix. 

Les personnes intéressées, doivent s’inscrire en ligne au plus tard le 09 octobre 2019 à 12h. Les candidats incluront leur curriculum vitae.

Les frais de déplacements et l'hébergement sont pris en charge par le programme.

Pour toute information supplémentaire, veuillez nous contacter sur le  05 37 65 14 25  ou sur mahjoubi.imad@hem-edu.ma 

 À quoi s'attendre pour la biennale du leadership? 

  • Atelier 1 :Développement du Leadership: 

Co-animation : Yasmina El Kadiri et Fatima Zahra Touzani 

  • Atelier 2 : Leadership et création de valeur 

Co-animation : Said Abou Sheleih et Loubna Oudghiri

  • Atelier 3 : Leadership et participation politique

Co-animation : Latifa El Bouhsini et Mohammed Alami Berrada

Vous pouvez vous inscrire à l'un des trois ateliers de formation avec des intervenants hautement qualifiés.

Le programme complet comprend également des interventions en plénière, des éclairages de chercheurs et des séances de réseautage.

 

- Objectifs de la biennale 

Conçue dans le cadre du projet Ra’ed, Génération Leaders Citoyen  la biennale du leadership se veut : 

  • Une rencontre scientifique, internationale, ouverte sur les disciplines 

  • Un lieu d’apprentissage pour les jeunes leaders des expériences des pairs

  • Un espace de mise en réseau entre leaders, jeunes et séniors

  • Fédérer autour du thème du leadership plusieurs réseaux sociétaux de jeunes leaders engagés, issus de Ra'ed et de programmes tiers  pour un échange de savoirs et d’expériences et pour initier des coopérations.


Etude : Les déterminants socioculturels d’accès à la santé des personnes migrantes au Maroc
Télécharger PDF

Etude : Les déterminants socioculturels d’accès à la santé des personnes migrantes au Maroc

Au Maroc, comme au niveau international, l’échelle de plus en plus grande des mouvements migratoires fait en sorte que la santé des personnes provenant d’ailleurs en vient à constituer un enjeu de santé publique. Cet enjeu est d’autant plus complexe, que la diversité des populations qui font l’objet de cette préoccupation est grande.

Le service public au défi de la philanthropie

Auteur : Vincent Edin

Vincent Edin plaide pour le renforcement des politiques publiques de solidarité, contre la tendance à leur dissolution au nom de la responsabilité de l’individu.

Les meilleurs pour faire fortune, les meilleurs pour faire le bien ? C’est cette équation rapide formulée par un philanthrope de la SiliconValley que déconstruit Vincent Edin, journaliste directeur de la salutaire collection « Les Incisives » aux éditions Rue de l’échiquier. Avec d’autant plus de conviction qu’il a lui-même travaillé chez Admical, un think-tank d’entreprises mécènes persuadées de faire avancer les causes qu’elles soutiennent, mais qui souvent « se livrent à des washings de divers ordres, avec une élégance et une subtilité à géométrie variable » et « cherchent à nous faire croire qu’elles changent le monde quand elles participent à le détruire ». Et qu’il est l’auteur d’un guide, Se lancer dans la collecte de fonds privés (avec Perrine Daubas, Juris éditions, 2012). Dans ce bref ouvrage au ton ironique, ils’interroge sur la légitimité de la philanthropie, dans un contexte marqué par le déséquilibre, accentué par la crise du Covid, entre des États de plus en plus pauvres et les fortunes renforcées d’une poignée d’ultrariches. Quand le rapport entre les sommes versées par les grandes firmes à leurs actionnaires et les sommes investies dans la recherche est de 1 à 40, et que ces firmes qui se sont enrichies grâce à de l’argent public et aux crédits d’impôts ferment leurs usines dans des pays, comme la France, qui les ont portées pendant des années, l’auteur crie à l’indécence et reprend le mot de Paul Lafargue : « Voler en grand, restituer en petit, c’est la philanthropie. »

Le propos de ce pamphlet est de décrypter un système qui, en contournant le mécanisme de l’impôt progressif « seul à même d’assurer une égalité de tous les citoyens devant l’État », « ne fait qu’entretenir un système ploutocrate qui menace nos démocraties et nos services publics ». D’un côté, un véritable projet citoyen avec « des services publics équitablement distribués sur le territoire et des financements pérennes », de l’autre, des actions « par essence localisées et ponctuelles. »

Spectre du système censitaire

« L’idéal charitable diffère très largement de celui de la solidarité, l’un s’accommodant fort bien des inégalités quand l’autre les combat », rappelle Vincent Edin. Pour sa démonstration, il s’appuie sur l’exemple de deux pays qui pendant longtemps ont eu un rapport très différent à cette question : les États-Unis et la France. En France, ce n’est qu’à partir des années 1980 que les entreprises se mettent à faire du mécénat. La loi de 2003 favorisant la fiscalité des entreprises et la vogue de la « responsabilité sociale et environnementale » de celles-ci accélèrent le tournant et l’émergence de « philanthropreneurs ».

« Nous en sommes venus à accepter la charité pour des actions qui relèvent de la solidarité nationale », déplore Vincent Edin. Or l’éducation, la sécurité sociale, la retraite par répartition, la santé publique ont besoin d’une pérennité qui s’accommode mal du caractère quinquennal, voire volatile, des budgets attribués par les fondations d’entreprises. De plus, l’État seul « est garant de l’égalité territoriale », tandis que le mécénat est très lié à l’histoire personnelle et localisée de son instigateur. Enfin, les mécènes ont peu de goût pour les sujets dits « clivants », dont selon eux le soutien aux populations les plus fragiles (migrants, femmes et mineurs violentés). De fait, la finalité des mécènes est moins la réduction des inégalités et la protection des plus faibles que de laisser leur nom à la postérité. L’auteur remarque justement que « tout le monde connaît la Fondation Bettencourt sans pour autant savoir ce qu’elle fait ; peu de gens savent qui est Ambroise Croizat alors qu’il a joué un rôle central dans la création de la Sécurité sociale » française.

Le point essentiel soulevé par Vincent Edin est le fait que, contrairement au mécénat classique des grandes familles qui ont soutenu les arts, souvent avec discrétion, celui des milliardaires et des multinationales n’est pas désintéressé. « Aucun de ces généreux accompagnateurs d’artistes n’a fait fortune sur leur dos, n’a contractualisé avec eux sur les royalties à venir, n’a négocié des avantages fiscaux monstrueux. » Le chapitre consacré aux États-Unis montre comment le don a gravement affecté l’État-providence. Largement ancrée dans les pratiques religieuses, la philanthropie est liée à la notion de « rachat » de mauvaises actions – ce qui pose la question éthique de l’acceptation de l’argent réalisé grâce à des pratiques contestables (pollution, non-respect des droits des travailleurs, etc.) De fait, les exemptions fiscales extorquées par un chantage à la délocalisation ont aggravé les inégalités. La députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez s’opposant à l’installation dans le Queens, à New York, du siège d’Amazon en raison des « génuflexions » des pouvoirs publics qui auraient appauvri la ville et causé l’expulsion des plus démunis, fait figure d’exception.

Au nom de la théorie « du ruissellement » de Milton Friedman, l’abaissement de l’impôt sur les tranches supérieures a abouti à la création d’un régime censitaire et, le don étant volontaire, à la consolidation d’une caste préoccupée in fine de ses seuls privilèges. Vincent Edin s’inquiète de cette idéologie « de la responsabilité individuelle pour sauver le collectif » : « une dépolitisation permanente, un renvoi à l’individu pour un nombre croissant de sujet collectif. »  Aux côtés des économistes Thomas Piketty, Emmanuel Saez et Gabriel Zucman, il prône des mesures fiscales qui ne soient pas des simples « correctifs » et préconise de « réarmer le bras de la justice fiscale » en reconstituant luttant contre la fraude.

En 2017, en Espagne, le parti Podemos et les associations de défense des services de santé publique s’étaient mobilisés contre le don de la Fondation Amancio Ortega (créateur de Zara) sous la bannière : « Nous voulons la justice fiscale, pas la charité ! » Les Gilets Jaunes en France, les mouvements au Maroc, en Algérie, au Liban, au Soudan, en Irak, en Iran, en Inde, au Chili, etc. manifestaient contre les inégalités, mobilisation suspendue par la crise du Covid. «  D’urgence, conclut Vincent Edin, il faut réarmer la solidarité ».

 

Quand la charité se fout de l’hôpital, Enquête sur les perversions de la philanthropie

Vincent Edin

Rue de l’échiquier, 96 p., 10 €

 


SAWI

programme

                                                                           

Approche analytique des médias au Sud de la Méditerranée

Auteur : Edité par Roxane Farmanfarmaian

Roxane Farmanfarmaian est maître de conférences, spécialiste des questions politiques du Moyen Orient à l’université de Cambridge. Elle vient de présider l’élaboration d’un livre collectif qui a vu le jour en octobre dernier, intitulé Media and Politics in the Southern Mediterranean : Communicating Power in Transition after 2011. Les chercheurs qui ont pris part à ce travail inédit, ont entamé leurs travaux en 2013, et se sont attelés à décrire et analyser la situation dans trois pays : la Tunisie, la Turquie et le Maroc.

La question des médias en grande révision aujourd’hui à travers le monde avait subi la domination d’outils d’évaluation et d’analyse émanant des sociétés industrialisées souvent démocratiques mais  qui échouait dans la compréhension et l’analyse des faits et des acteurs des médias sous d’autres cieux. L’ouvrage a engagé le défi de faire autrement, et il a réussi à à faire l’état de l’art des médias dans les pays du sud de la Méditerranée avec le souci d’une méthodologie différente. L’ouvrage présente des recherches empiriques sur les médias en transition politique, prenant appui sur les bouleversements de la région en 2011, mais il tente surtout d’élaborer un nouveau cadre théorique pour comprendre l’état des relations entre médias et pouvoirs dans ces pays.
La démarche repose sur trois axes : la structure des médias en tant qu’expression de la gouvernance, la fonction des médias en tant que reflet du marché et l’agence des médias dans la communication entre le pouvoir et le public. Une approche tout à fait nouvelle, apportant une nouvelle grille d’analyse relative aux acteurs, aux problèmes et aux processus similaires dans chaque pays. Pour la première fois s’opère ainsi la comparaison transnationale de pratiques médiatiques spécifiques au Moyen-Orient, elle couvre des questions telles que les femmes dans les talk-shows, le contrôle et la surveillance de l’internet et des réseaux sociaux …. 
En outre, les médias, étant le reflet, d’une manière ou d’une autre, de la société qui les produit, les études s'appuient ici sur des données de terrain pour jeter les bases d'une nouvelle théorie des médias, des valeurs et de la négociation de statut (VSN), qui a évolué à partir des caractéristiques et pratiques spécifiques à la région. Un livre intéressant à l’usage des professionnels des médias et des chercheurs dans les pays concernés ainsi que des étudiants.
Les chercheurs impliqués à partir du cas des médias au Maroc dans l’ouvrage sont : Abdelfattah Benchenna, Driss Ksikes, Dominique Marchetti, Kenza Oumlil, Bouziane Zaïd et Samia Errazouki.

Published October 21, 2020 by Routledge
Copyright Year 2021
Hardback
£120.00
eBook
£33.29
ISBN 9781138494886
442 Pages 13 B/W Illustrations


Réflexions sur le contrôle et la liberté

Ce papier questionne à travers trois champs du management la dialectique du contrôle et de la liberté, notions a priori antinomiques, mais conciliées nolens volens dans les contextes organisationnels. Partant des représentations et des acceptions communément admises de ce que revêtent ces deux notions dans la sphère managériale, nous menons une réflexion sur la tension inhérente à ce complexe. Risquions-nous ensuite à prendre des libertés en convoquant des pensées philosophiques propices à susciter l’intérêt des managers.

Pages