La Violence fondée sur le genre en termes de coûts économiques : Enquête combien nécessaire , pas encore suffisante

Auteur : Rapport HCP

Une première qui devrait être retenue à l’avantage du HCP, son enquête nationale sur la violence à l’égard des femmes et des hommes de 2019 ; elle fait partie des nouvelles perspectives que peuvent offrir les indicateurs nationaux pour mieux appréhender la réalité socioéconomique. Réalisée, avec l’appui de l’ONU FEMME au Maroc, entre février et juillet 2019, l’enquête a permis d’estimer, pour la première fois au Maroc, le coût monétaire de la violence à l’encontre des femmes et des filles, se rapportant spécifiquement aux coûts directs et indirects de cette violence supportés par les individus et leurs ménages, dans tous les espaces de vie, et pour les formes de violence physique et sexuelle au cours des 12 mois précédant l’enquête. 
Le HCP et l’ONU femmes ont tenu symboliquement à rendre public les premiers résultats de cette enquête lors de la campagne nationale et internationale de mobilisation pour l'élimination de la violence à l'encontre des femmes de cette année 2020 qui a eu lieu durant la période entre le 25 novembre et le 10 décembre. On apprend ainsi que parmi l’ensemble des femmes victimes de la violence physique et/ou sexuelle au cours des 12 mois précédant l’enquête tous contextes confondus, 22,8% ont dû supporter, elles ou leurs familles, des coûts directs ou indirects de la violence. Le coût global de la violence est estimé à 2,85 Milliards de Dh. En rapportant ce coût au nombre total des victimes, le coût moyen est de l’ordre de 957 Dh par victime. Les coûts directs constituent la majeure partie du coût économique global avec une part de 82% (2,33 Milliards de Dh) contre seulement 18% pour les coûts indirects (517 Million de Dh). 
La part du milieu urbain dans le coût économique global de la violence est de 72% (2,05 Milliards de Dh), celle du milieu rural est de 28% (792 Million de Dh). Le coût moyen supporté par les victimes citadines (1000 Dh par victime) est plus élevé que celui des victimes rurales (862 Dh par victime).
L’espace conjugal accapare, à lui seul, plus des deux tiers du coût global de la violence avec une part de 70% (un coût global de 1,98 Milliards de Dh), suivi des lieux publics avec 16% (448 millions de Dh) et du contexte familial avec 13% (366 millions de Dh).S’agissant des formes de violence, près de 85% du coût global concerne la violence physique (2,4 Milliards de Dh) et 15,3% la violence sexuelle (436 millions de Dh). 

Près de 70% du coût direct de la violence est relevé dans le contexte conjugal (1,63 Milliard de Dh), 15% dans les lieux publics (356 millions de Dh) et 13% dans le contexte familial (307 millions de Dh). 

Les dépenses engagées pour accéder aux services de santé représentent 42,3% du coût direct (986 millions de Dh). En deuxième position viennent les dépenses liées au recours aux services juridiques et judiciaires (25,8% ; 600 millions de Dh), suivies de celles liées au remplacement ou réparation des biens endommagés (17,9% ; 417 millions de Dh), à l'hébergement suite à l’abandon du domicile (13,5% ; 314 millions de Dh) et au recours aux services de la société civile (0,5% ; 11 millions de Dh). 

                                            

                                  Graphique 2 : Structure du coût direct selon les types de dépense (En %)

                                     

                        Source : HCP, Enquête nationale sur la violence à l’encontre des femmes et des hommes 2019

Plus de 55% (284 millions de Dh) du coût indirect global revient au coût estimé des jours de travaux domestiques perdus, soit 281,2 millions de Dh pour les femmes victimes et 3,1 millions de Dh pour leurs conjoints. Près de 44% de ce coût (227 millions de Dh) est lié à la perte de rémunération suite à l’absence au travail rémunéré des femmes victimes (172 millions de Dh) et de leurs époux (55 millions de Dh). Le coût des jours de scolarisation manqués des victimes et de leurs enfants suite aux incidents de la violence à l’encontre des femmes ne représente que 1% du coût indirect total (5,7 millions de Dh).
Ces résultats ne comblent pas toutes les lacunes sur le sujet, bien au contraire ils indiquent qu’il y a encore du chemin au niveau méthodologique comme au niveau des domaines à approfondir en termes  d’examen pour rendre les indicateurs plus performants et plus précis par rapport à leur ciblage ;mais c’est un bon début pour aller de l’avant : 
Pendant longtemps, peu de personnes au Maroc -à l’exception des experts et universitaires- prêtaient une attention au travail du HCP, cette institution nationale au rôle stratégique, était engloutie dans la discrétion effrayante des administrations. La situation a changé avec le développement des nouvelles technologies, les chiffres comptent désormais pour tout le monde : Le monde des données et des big data est déjà là et devient l’affaire de tout un chacun sans exception ! l’ignorance a un lourd prix pour les individus comme pour les nations !
 On pourra rappeler déjà qu’au cœur de la période du confinement cette année  chacun cherchait à comprendre et rendre intelligible sa situation. Les chiffres relatifs à la pandémie avaient leur intérêt mais beaucoup d’autres données manquaient ; les deux enquêtes sur les différents impacts de la crise pandémique du HCP ont un effet hirondelle sur l’opinion publique, elles ont contribué à  l’amélioration à la fois des possibilités d’une évaluation des performances de cette institution par les différents milieux observateurs, mais aussi, ouvert l’accès à des données  relativement disponibles,  permettant aux experts et à l’opinion de mesurer les effets de cette crise sur la population. Deux initiatives qui ont eu leur effet positif sur l’opinion publique malgré leurs limites, celle-ci demandait d’autres enquêtes supplémentaires sur les aspects de leur quotidien de crise, sanitaire, économique, sociale , ….
Les chiffres et les indicateurs comptent pour toutes et tous 
En tout cas, depuis l’adoption par la communauté internationale des indicateurs liés aux objectifs du développement durable (ODD), le HCP est sur la pente d’une mise à niveau de grande envergure. L’année 2020 du HCP a été marquée aussi par les efforts déployés dans le cadre de mise à niveau des stratégies nationales en relation avec les Objectifs de développement durable et humain 2015-2030. Le déficit est immense, le pays a besoin de nombreux nouveaux indicateurs, devant s’ajouter à ceux qu’il a déjà pour installer des politiques plus efficaces et efficientes.

Rapport sources : https://www.hcp.ma/Cout-economique-de-la-violence-a-l-encontre-des-filles-et-des-femmes-depenses-et-perte-de-revenus-des-menages_a2625.html


SALEEM : un réseau d’entrepreneuriat étudiant

 

Soueda ABIDI

Soueda Abidi

Chercheurs associés et permanents

FacebookTwitterLinkedin

Ahmed BENABADJI

Mohamed Amine BELEMLIH

Pour un Maroc des émergences : À la recherche d’une société inclusive et durable
Télécharger PDF

Pour un Maroc des émergences : À la recherche d’une société inclusive et durable

Ce document est le premier d’une série à venir et est lui-même le fruit d’une longue maturation méthodologique et analytique, et de working papers produits chemin faisant1. Il résume une démarche de recherche-action et entend tracer de grandes lignes de force pour aborder d’une manière fortement différenciée des approches classiques, tout en leur étant complémentaires, la question du développement inclusif et durable du Maroc.

Pour un Maroc des émergences : Des mutations à la nécessité d’agir autrement

Dans un monde qui bouge en permanence, la notion de développement, surtout dans un pays qui prétend y adhérer, n’est guère éloignée de celle de survie ; il est fondamental d’en avoir les clés pour s’adapter en continu. Savoir s’adapter ne vise pas à résister à des forces qui échappent à tout contrôle, mais signifie plutôt être capable de se réinventer.

Les entreprises familiales en Afrique

Les entreprises familiales en Afrique

Troisième opus d’une collection d’études de cas résolument ancrée dans les pays du Sud, les auteurs vous proposent un éclairage sur des entreprises familiales très diverses.


Pages