Portrait de admin

Présentation ouvrage "les entreprises familiales en Afrique"

Présentation de  notre nouveau livre d’études de cas  "les entreprises familiales en Afrique" qui décortique neuf entreprises, au Maroc, au Sénégal, au Kenya et en Afrique du Sud par sa coordinatrice Caroline Minialai, chercheure associée à Economia, HEM Reaserch Center

 

Pourquoi une recherche sur le sens et la valeur du travail au Maroc ?

« Sens et valeurs du travail chez les salariés marocains » est la thématique d’une recherche d’Economia/HEM research centre, engagée depuis 2016. Un projet composé notamment d’une enquête qualitative menée par une équipe multidisciplinaire de chercheurs et autres professionnels. Ce travail de recherche a abouti à la publication d’un livre blanc sur la question en octobre 2018 .

Sur les raisons qui ont poussé le centre et l’équipe multidisciplinaire à faire cette recherche, en premier il faut relever l’inexistence d’une telle étude au niveau du répertoire national des recherches sur le travail au Maroc . c’est ainsi qu’avant d’aller sur le terrain, Economia a pris le temps de recenser les différents angles de vue à partir desquels la question du sens du et au travail pourrait être appréhendée.

L’OPEN SPACE OU LE BAL DES SURICATES

Les personnages et les situations de ce récit étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Peur-modernité en débat

Un long échange sur la compatibilité entre référentiel religieux et démocratie, une réflexion nourrie et passionnée sur la transition que le Maroc vit depuis des décennies, un questionnement sur les critères pour juger de la démocratisation d’une société et sur les chemins à créer pour la soutenir : c’est ce qui ressort du premier « Café littéraire Fatema Mernissi », qui s’est tenu à HEM le 17 décembre dernier, sous la houlette de Aïcha Berlabi.

Hanane Harrath

Entretien avec Dr. Ali Elquammah "l’état et les enjeux de l’éducation au management en Afrique "

Dr. Ali Elquammah est ,directeur des affaires académiques à la HEM Business School depuis janvier 2010, professeur et directeur des affaires internationales au sein de la même institution, il assure actuellement la présidence du conseil d’administration de l’ABS l’Association pour les Business schools africaines et ce, depuis  janvier 2018.Au cours de sa carrière il a été directeur de l’enseignement supérieur de janvier 2008 à décembre 2009, analyste en chef de la veille stratégique chez EchoStar Corporation aux États-Unis auparavant.

l'humanisation du travail et de l’entreprise au Maroc (plaidoyer)

l'humanisation du travail et de l’entreprise au Maroc (plaidoyer)

Economia invite aujourd'hui ses lecteurs à découvrir le nouveau plaidoyer portant sur l'entreprise humaniste au Maroc, éclairée par les visions complémentaires du travail décent, des risques psycho-sociaux, de la diversité et du bien-être au travail; autant de réalités puisées dans le vécu de professionnels marocains de tous bords. 
L'exploration et l'analyse du sens lié au travail trouve sa pertinence dans plusieurs  fondements, tant théoriques que pratiques. 
L'ambition d'Economia d'en saisir les contours et les réalitès des organisations marocaines a d'abord été initiée en 2017 par la publication d'un numéro spécial au titre évocateur : " l'entreprise humaine, toute une entreprise !" suite à la quelle l'étude et la sortie du livre blanc " sens et valeurs du travail" en a constitué un approfondissent et un élargissement féconds. 

Pour des leaders développeurs

Du 14 au 16 novembre s’est tenue à Casablanca la biennale du leadership organisée par le centre de recherche appliquée Economia de La Fondation HEM, la fondation allemande  « Heinrich Böll Stiftung » et l’association « les Citoyens ». Les deux premières entités avaient initié depuis 2015 un partenariat autour  du projet Ra’ed destiné à la promotion du leadership des jeunes. En termes d’out-put, cette initiative avait permis de mettre sur pied des programmes au profit de jeunes leaders dans des domaines variés, tout comme elle a permis la collecte de nombreuses données qualitatives et quantitatives sur leur situation au Maroc.  A noter que l’événement  de la biennale cette année a bénéficié aussi du soutien du Conseil Régional de Casablanca -Settat.

Réinventer le travail

Auteur : Sous la Direction Eric Fottorino

La question du travail constitue une problématique d’actualité notamment à travers les grilles des métiers qui disparaissent, des nouvelles habiletés en développement et du contexte créé par des formes de chômage endémiques, et la concurrence acerbe imposée par le rythme de la globalisation. A Economia, un travail de grande envergure se poursuit dans la recherche appliquée dans ce domaine, notamment par les résultats de l’étude sur sens et valeurs du travail au Maroc, dont les résultats ont été consignés dans un livre blanc édité par notre centre. L’intérêt du centre pour ce type de recherches se poursuit d’ailleurs cette année sous de nouvelles perspectives. Economia, HEM Research Center organise des séminaires autour des questions aussi essentiels que le travail décent et de l’humanisation du travail. Pour accompagner ce travail de fond, notre centre a accueilli, dans une logique pluridisciplinaire, de nombreux chercheurs et experts des questions du travail, dont la compétence est reconnue à l’échelle mondiale. Ainsi dans ce contexte, je me suis demandé d’abord a quoi servirait cette lecture succincte d’un petit livre petit format sur le travail ? La réponse fut plutôt satisfaisante.

Une agréable rencontre

En lisant le petit bouquin de 94 pages, je viens de faire la découverte d’une belle maison d’édition, avec une série de collections de livres minutieusement sélectionnés et particulièrement intéressants. J’ai été  même fasciné par une collection dont le concept, est à la fois simple et profond.  « Les indispensables » n’a rien de prétentieux, elle porte bien son nom, offrant au public une grille de lecture des questions d’actualité, selon une approche riche et ouverte. Chaque fascicule est   une synthèse bien compilée des éléments du dossier traité, tels qu’ils se présentent à nous aujourd’hui. Autre facteur de réussite de cette collection- aujourd’hui à son quatorzième ouvrage de petit format -est le travail remarquable d’Eric Fottorino ; journaliste et écrivain qui a dirigé le quotidien français Le Monde durant une certaine période (de 2007 à février 2011).

Dans cette collection,  « Réinventer le travail» se présente comme un « hors-série » ;il a été publié en novembre 2017. Il est le fruit d’une collecte variée de petits textes de deux à trois ou quatre pages de différents auteurs, écrivains journalistes personnalités politiques, syndicalistes, économistes, sociologues, philosophes et de nombreux juristes dont des avocats . Toutes et tous s’expriment, sur des aspects de la question du travail, surtout telle qu’elle se présente en France, notamment sous les mandats des présidents Hollande et Macron. On y retrouve ainsi une partie consacrée aux évolutions du monde du travail ( Ubérisation , contrats limités dans la durée, travail intérimaire et l’auto-emploi…) . Mais aussi plupart des controverses sur la flexibilité, le rôle du code du travail, les conventions collectives et le droit, l’emploi et le chômage et leurs incidences sur l’ensemble des débats publics…… Ce petit fascicule met en lumière les enjeux juridiques, techniques, mais aussi humains du travail et de ses évolutions. Parmi les interrogations proposées dans ce livre celle qui demande : face à la disparition massive des emplois salariés traditionnels, faut-il séparer le revenu des individus de la fonction active qu’ils occupent dans la société ? Sommes-nous condamnés au chômage ? Certaines générations (Les quinquas et les jeunes surtouts) sont-elles irrémédiablement sacrifiées ? Ou encore Comment surmonter la discrimination fondée sur le genre dans le monde du travail salarié ?

Une permanente dualité : Travail et Emploi

On peut regretter de ne pas retrouver dans ce livre des réflexions sur les dimensions nouvelles et propres au travail dans ses futures expressions, tel l’impact sur l’individu (pas seulement la collectivité ou la communauté) de ses formes actuellement en émergence. Toutefois en guise de prospective, le premier feuillet qui suit l’introduction du livre reprend un document extraordinaire de John Maynard Keynes intitulé « lettre à mes petits-enfants ». Ce document rédigé par le grand économiste américain en 1931 porte déjà une certaine vision de l’avenir. Selon ce document  «  l’extrême rapidité des bouleversements provoquerait un chômage technologique causé par les nouvelles techniques qui suppriment la main d’œuvre alors que la découverte de nouveaux emplois  « s’avère plus lente », pas d’inquiétude à se faire  selon Keynes il s’agirait pour ce gap d’une simple réadaptation en cours, mais toujours est-il  que l’humanité semble avoir réussi, pour la première fois de son existence, à résoudre son problème économique. « L’homme se trouverait pour la première fois depuis ses origines, face à son véritable et éternel problème ; quel usage fera-t- il de sa liberté ? ».En optimiste Keynes écrit dans la conclusion de cette lettre « Le mobile de l’argent sera estimé à sa juste valeur, on verra dans l’amour de celui-ci pour lui-même un penchant plutôt morbide, une de ces inclinaisons plus ou moins criminelles, plus ou moins pathologique, que l’on remet non sans un frisson entre les mains des psychiatres». Un autre économiste plus contemporain Jeremy Rifkind, n’est pas moins optimiste ; il affirme que la troisième révolution industrielle en cours correspond à la disparition du capitalisme au profit d’un nouveau système économique, fondé sur le partage et les communautés collaboratives. Il déclare : « nous n’avons pas le choix, l’économie de partage est notre dernière chance de lutter contre le réchauffement climatique, s’il n’est pas déjà trop tard ». Dans cette compilation, la journaliste Anne Sophie Novel s’interroge  « A quoi ressemblera le travail de demain ? » évoquant le coworking et les changements dans le domaine de la formation.

Le chômage : Est-ce une fatalité ?

Dans les différents pronostics retenus dans ce livre le souci de présenter une certaine diversité des sensibilités et approches est là ; côté analyse économique, il y a dans le livre des contradicteurs, Jean Gadrey,economiste ,  conteste les positions de Rifkind et voit l’avenir à travers une nouvelle économie dite « du Care » ou « du prendre soin », exigeant  « plus de travail humain ayant plus de sens, parce qu’il demanderait la qualité et la soutenabilité » . Dans ce petit livre, à mon avis, les approches les plus intéressantes se sont exprimées à travers l’examen du rapport entre travail, contrat de travail indéterminée (CDI), contrat CDD, travail intérimaire ou encore la question du code du travail en tant que texte pour la protection des travailleurs. Peut-être que les auteurs de ce livre avaient pour préoccupation de se démarquer  des lectures idéologiques  habituellement  consacrées à ce sujet tout comme elles sont également  adressées au débat sur le chômage ; un certain nombre d’hypothèses jamais vérifiées sont utilisées dans ces débats ,sans offrir la moindre solution aux vrais problèmes ; et ce fut bien illustré dans cette compilation, rendre les licenciements des salariés  plus facilement abordables pour les managers, n’a jamais donné lieu nulle part  à une véritable stimulation de nouveaux recrutements. De même, on ne fera pas reculer le chômage en traitant des causes imaginaires qui en seraient responsables……

 Bien sûr, le tour d’horizon de ce livre sur les questions du travail et de l’emploi, dans leur actualité et leur évolution dans les prochaines années, s’est fait essentiellement à travers une contextualisation française. On pourrait se demander quel intérêt aurait-on à le lire alors que le Maroc vivrait un contexte différent ? En fait, à plusieurs égards, le livre est utile pour les Marocains également ; chez nous la même insistance du patronat et des entrepreneurs sur la question de la flexibilité et par rapport au code du travail ne cesse de se manifester ; l’application de celui-ci par eux demeure toujours partielle à ce jour,…  Ces aspects renvoient à une situation finalement plus grave qu’en France, alors que le pays évoque une stratégie nationale de l’emploi et la mise en place d’un nouveau plan de formation professionnelle. Réfléchir sur l’avenir du travail au Maroc pour la prochaine trentaine est devenu d’ailleurs un impératif régi par l’adhésion du Maroc aux objectifs de développement durable (2015-2030) parmi lesquels l’objectif de réaliser les conditions d’un travail décent.

A lire donc !

 

 


 

 

 


 

 


Pages