Les lois de la contagion, fake news, virus, tendances…

Auteur : Adam Kucharski

Le théorème du moustique et autres idées sur la transmission

Spécialiste de modèles mathématiques et statistiques, l’épidémiologiste britannique Adam Kucharski cherche à décrypter le phénomène de la viralité.

Épidémies, crises financières, rumeurs, virus informatiques, voire défis en ligne… Ces éléments hétérogènes ont pour point commun leur capacité à se répandre à toute vitesse et à s’éteindre aussi vite qu’ils étaient apparus. Pour comprendre ces phénomènes, Adam Kucharski mobilise les modèles mathématiques et statistiques. Professeur associé à la London School of Hygiene and Tropical Medecine à Londres, il s’intéresse en effet à la manière dont ces modèles influencent les comportements sociaux et permettent le contrôle des épidémies. Cet ouvrage, sorti en anglais en février 2020, est très précis et truffé d’histoires pour faire comprendre des lois mathématiques. Son éditeur le présente comme « un guide essentiel de la vie moderne ». L’épidémiologiste britannique y donne des clefs pour « éviter les analyses simplistes et les solutions inefficaces ». Pour dépasser les préjugés et les savoirs par ouï-dire, la question du pourquoi de la viralité et de la contagion est au cœur de sa démonstration.

Un monde hyperconnecté

« Au Moyen Âge, on attribuait le retour régulier des épidémies à des influences astrologiques », constate l’auteur, tout en soulignant le fait que ce type d’idées reçues ne se limite pas à des siècles abusivement devenus le symbole de l’obscurantisme. Son livre retrace l’histoire des recherches en matière de transmission épidémique, qu’il s’agisse de maladies ou de phénomènes malheureux comme la « crise de la tulipe » en 1636, jusqu’à celle des subprimes en 2008. Au début du XXème siècle, Ronald Ross obtenait en 1902 le prix Nobel de médecine pour ses travaux sur le paludisme et son « théorème du moustique » : il rompait avec une approche descriptive, fonctionnant à rebours à partir des données pour « identifier des schémas prédictifs » et optait pour une approche mécaniste, mettant en relief les processus de transmission pour définir « des modèles probables d’épidémie ». Quelques années plus tard, le médecin Anderson McKendric et le chimiste William Kermack se demandent ce « qui fait que les épidémies cessent » et développent un modèle mathématique de la contagion distinguant des personnes saines, infectées et rétablies (SIR) et tracent la courbe épidémiologique. Le statisticien Major Greenwood, à la même époque, avance le concept d’immunité collective.

Adam Kucharski raconte le rôle des ordinateurs dans la diffusion d’une approche mathématique de la théorie des épidémies. Les réflexions du mathématicien Paul Erdös sur la notion de réseaux et son étude des réseaux connectés et déconnectés ont permis d’éclairer la diffusion du sida ou autres MST. À travers des exemples pris à de nombreux champs – MST, krash boursier, violences urbaines, voire obésité…, il identifie les lois communes à toutes sortes de phénomènes : un élément perturbateur est inactif dans un domaine, jusqu’à ce qu’une opportunité l’en fasse sortir, pour causer le début de l’épidémie. Il rappelle quels sont les facteurs décisifs de la propagation : la durée de vie de l’élément perturbateur, la probabilité qu’un contact aboutisse à une transmission, selon le degré de sensibilité et d’immunité de la population réceptrice. Il décrit la courbe et ses phases : démarrage, contagiosité, croissance, pic, déclin, contrôle. Son livre est ponctué de graphiques et d’intérêt pour de sérieuses réflexions aux noms farfelus, comme le « diagramme du pingouin » théorisé par le physicien américain Feynmann. Mais, insiste-t-il, « la contagion est souvent un processus social ».

Les travaux impliquent en effet à la fois des notions mathématiques, mais aussi sociales et psychologiques. Ainsi, au XVIIIème siècle, la « bulle des mers du Sud » a permis de formuler la « théorie du plus grand fou », ou « théorie du survivant », valable quand on sait qu’il est « imprudent d’acheter quelque chose de cher » mais qu’on le fait avec la certitude que « quelqu’un sera encore plus fou que nous, à qui nous pourrons le revendre à un prix encore plus élevé ».De fait, l’objet même d’étude de la transmission épidémiologique porte sur des faits sociaux, comme la vie sexuelle, les bâillements, le tabagisme, la criminalité, les rumeurs…Adam Kucharski revient sur la notion de patient zérodu sida, en fait patient O pour le sida, O pour « out of California » et questionne le besoin de connaître l’origine. Il interroge aussi la façon dont on pense le cloisonnement, dont on construit une base de données. Il remet le concept de super-contaminateurs dans son contexte social, nuancé par « la force des liens faibles » ou par « les contagions complexes », le paramètre « rapport dose-effet »… Les trolls, devenus incontournables sur les réseaux sociaux, l’amènent à étudier « l’effet de désinhibition ». Le parallèle entre l’épidémiologie et les stratégies de marketing est assez intéressant.

Adam Kucharski ne se contente pas d’énumérer des lois, de décrire des taux de reproduction ou d’intervalle entre deux générations, ni de théoriser sur la vitesse du phénomène, sur le caractère vertical ou horizontal de la transmission, et le temps d’incubation. Il s’interroge aussi sur son sens, notamment en ce qui concerne la propagation de l’information : il s’inquiète notamment de l’attention aux seules mesures de performance, comme le clic : « On se lance dans la course aux indicateurs plutôt que de s’intéresser à la qualité sous-jacente de ce que l’on tente d’évaluer. » Il souligne aussi le risque inhérent à un monde hyper connecté : « dans l’univers des épidémies, toute nouvelle connexion est potentiellement un nouveau chemin de contagion. » Cet ouvrage à la fois érudit et d’une lecture agréable grâce aux nombreux récits – même s’il reste adressé à un public motivé – se clôt sur une note d’humilité : «  En analyse épidémique, les moments les plus importants ne sont pas ceux où nous avons raison. Ce sont ceux où nous comprenons que nous nous sommes trompés. Quand quelque chose ne sonne pas jute : une tendance qui retient notre attention, une exception qui vient contredire ce que nous prenions pour une règle. » Bref, un éloge de la recherche, et de ce qui fait l’humain, non enfermable dans des prédictions mathématiques…


Kenza Sefrioui

 

Les lois de la contagion, fake news, virus, tendances…

Adam Kucharski

Dunod, 344 p., 24,90 € / 320 DH


Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité

Auteur : Jonathan I. Israel, traduit de l’anglais par Pauline Hughes, Charlotte Nordmann et Jérôme Rosanvallon

Les routes des Lumières

Dans un essai érudit, Jonathan Israël retrace les routes de la diffusion de la pensée des Lumières et de la modernité en Europe et montre qu’elles ne se limitaient pas à la France et l’Angleterre.

C’est « un spectaculaire déplacement », à la fois chronologique et géographique, explique en préface le philosophe français Maxime Rovère. Publié en 2001 et traduit en français une première fois en 2005 chez Amsterdam, Les Lumières radicales est une passionnante somme d’histoire des idées. Son auteur, professeur d’histoire moderne à l’université de Princeton, fait une lecture tout à fait novatrice du courant des Lumières : « Au lieu de considérer les Lumières comme un mouvement intellectuel propre au XVIIIème siècle, il propose de situer sa naissance dans les années 1660 », explique le préfacier. Cette remontée dans le temps amène Jonathan I. Israel à revoir l’épicentre des Lumières, jusqu’alors assigné à la France et à l’Angleterre, et à le ramener aux Pays-Bas, tout en insistant sur son ampleur dans toute l’Europe.

Sa méthode : étudier ce qui faisait le débat public en Europe tout au long des XVIIème et XVIIIème siècles. Il remonte le fil des bibliothèques universitaires et privées, des dates et lieux d’impression, des interdictions, persécutions voire exécutions, pour suivre les livres et les idées. Cela l’amène à identifier deux courants dans ce vaste ensemble allant du Portugal aux Pays baltes, en passant par l’Allemagne et l’Italie : un courant radical et un courant modéré. Au passage, il s’inscrit contre l’essentialisation du concept même de Lumières, aujourd’hui utilisé, rappelle Maxime Rovère citant le philosophe Yves Citton, comme « une barrière de ralliement pour les humanistes européens contre des menaces perçues comme extérieures : l’islamisme, le terrorisme, le télévangélisme, l’abrutissement mass-médiatique américain… »

Élan vers la rationalisation et la sécularisation

Outre son érudition encyclopédique, l’apport de Jonathan I. Israel est de refuser l’assignation d’un mouvement intellectuel à une seule histoire nationale. En soulignant la dimension européenne des Lumières, il souligne « la communauté d’élans et d’intérêts qui marquèrent l’ensemble des Lumières européennes » malgré les décalages temporels. « De tous les bouleversements culturels que l’Europe a connus depuis la chute de l’Empire romain, aucun n’a manifesté un degré de cohésion comparable à celui de la culture intellectuelle européenne de la fin du XVIIème et au début du XVIIIème siècle. » Il évoque l’unification du champ intellectuel européen par le biais des journaux, des cafés, des salons, des bibliothèques…

Il retrace également l’histoire des résistances à ce mouvement, en identifiant deux tendances au sein des Lumières : un courant modéré et un courant radical. Ce dernier est selon lui représenté principalement par Spinoza et le spinozisme. « Spinoza et le spinozisme constituaient, en fait, l’armature intellectuelle des Lumières radicales partout en Europe, non seulement aux Pays-Bas, en Allemagne, en France, en Italie et en Scandinavie, mais aussi au Royaume-Uni et en Irlande » – en dépit de l’historiographie classique anglaise qui y accorde très peu de place. Les radicaux remettaient en question les notions de providence, de sacré et de magie, ne réduisaient pas le libre-arbitre à une simple responsabilité morale d’un sujet et opposaient aux hiérarchisations politiques, religieuses ou sociales les concepts d’universalité et d’égalité. Ces idées ne manquèrent pas d’effrayer les pouvoirs en place et, outre le camp des conservateurs, se rassemblèrent sous la bannière des Lumières modérées les tenants d’une position plus consensuelle, réformiste et compatibles avec l’État de l’Ancien Régime. Mais un lien direct est ainsi établi « entre la révolution intellectuelle de la fin du XVIIème siècle et les profonds changements sociaux et culturels qui se produisirent en Europe dans la période recèdent immédiatement Voltaire ». Des premières Lumières jusqu’à 1750, c’est une véritable « guerre européenne des philosophie » qui se produisit en vue de l’hégémonie intellectuelle, et que retrace Jonathan I. Israel.

Le livre progresse en cinq parties. La première, transversale, revient sur le concept même des Lumières radicales, et suit la diffusion en Europe du cartésianisme, qui n’eut de cesse d’irriter les pouvoirs en place, lucides sur sa portée révolutionnaire. En effet, « le principal héritage politique européen contre lequel s’élevèrent les défenseurs de la “liberté” était le glissement quasi universel de l’État monarchique vers l’absolutisme, c’est-à-dire vers de nouvelles formes de pouvoir monarchique et bureaucratique ». La deuxième partie porte sur l’essor du radicalisme philosophique autour de Spinoza, qui devient le fil conducteur des développements ultérieurs. Il y est question de sa lecture critique de la Bible, de son rejet des miracles, de ses positions sur la science et sur la liberté. « Chez Spinoza, la liberté de culte, loin de constituer le cœur de la tolérance, est une question tout à fait secondaire […]  La tolérance, pour lui, concerne d’abord la liberté individuelle, non la coexistence des Églises, et encore moins la liberté conférée aux structures ecclésiastiques de recruter leurs adeptes, d’accroître leurs ressources et de construire leurs établissements éducatifs. » Jonathan I. Israel retrace l’expansion sous le manteau de son Tractatustheologico-politicus aux Pays-Bas, puis, dès la troisième partie, dans toute l’Europe, avec des figures comme Bayle, Bredenburg, Fontenelle, Van Leenhof : mort du diable, athéisme, oracles, nature de Dieu, religion universelles… étaient les clés de ces controverses. Ensuite, dans « La contre-offensive intellectuelle », l’auteur se penche sur les « nouvelles stratégies théologiques » de réponse au spinozisme, en particulier l’empirisme. Il s’intéresse ici à Leibniz prônant « l’harmonie universelle préétablie », à Newton et Locke. Enfin, la dernière partie porte sur « la progression clandestine des Lumières radicales (1680-1750) », avec le mouvement déiste, de Boulainvilliers à Diderot et Rousseau, et de leurs complexités et leurs stratégies de dissimulation. En épilogue, l’auteur souligne les liens : « Spinoza, Diderot, Rousseau, tous trois fondent leur conception de la liberté individuelle sur l’obligation qu’a l’homme de se soumettre à la souveraineté du bien commun. »

Ce passionnant essai rappelle que Les Lumières posèrent des questions qui « ne furent pas confinées à l’Europe » : l’élan vers la sécularisation et la rationalisation concerne « le monde entier ». Enquête à poursuivre…

 

 

Les Lumières radicales. La philosophie, Spinoza et la naissance de la modernité (1650-1750)

Jonathan I. Israel, traduit de l’anglais par Pauline Hughes, Charlotte Nordmann et Jérôme Rosanvallon

Éditions Amsterdam, 1008 p., 35 €

 

 


Science – Expertise – Prédiction – Décision : vers de nouvelles équations ?

Science – Expertise – Prédiction – Décision : vers de nouvelles équations ?

Cette chronique est le fruit du partenariat entre RIST (en particulier son TAO TANK©) et l’IHEST (Institut des Hautes Etudes en Sciences et Techniques)

Les décideurs sont aujourd’hui confrontés à trois séries de facteurs qui :

François FORT

Et si la France payait… son mépris pour le management ?

Et si la France payait… son mépris pour le management ?

La crise liée à la diffusion à partir de la Chine du SARS-Cov-2 et de la maladie qui l’accompagne, la Covid-19, a particulièrement touché la France.

Contrôle et liberté dans les établissements de santé québécois en contexte de crise.Que peut-on conclure ?

Contrôle et liberté dans les établissements de santé québécois en contexte de crise.Que peut-on conclure ?

Le débat entre contrôle et liberté dans les organisations de santé a été fortement intensifié lors de la présente pandémie de Covid-19. Comment, en contexte de crise, peut-on optimiser la prise de décision lorsque le temps n’est plus une ressource disponible et que les structures sont fortement centralisées? Ce dilemme s’inscrit dans un débat historique entre les besoins de différenciation propre aux opérations (liberté) et les besoins d’intégration propres aux processus (contrôle) (Lawrence et Lorsch, 1961).

Denis Chenevert

Faut-il obliger les fabricants de vaccins contre la covid à renoncer à leurs brevets ?

Faut-il obliger les fabricants de vaccins contre la covid à renoncer à leurs brevets ?

Ce débat est à la une de l’actualité depuis quelques semaines et a pris une nouvelle tournure depuis que le Président des Etats-Unis, Joe Biden, a pris position en faveur de l’abandon de ces brevets. Cette position a eu d’autant plus d’impact que trois des quatre grands laboratoires approvisionnant le monde occidental en vaccins sont américains. Comme beaucoup de débats en ce moment, ce dernier donne lieu à des positions très péremptoires de personnes diverses n’ayant aucune expertise sur le sujet.

Pascal CORBEL

Pages