Le mythe de la coopération ?

Du statut apparemment dépassé des organisations séquentielles par silos, la rhétorique managériale se plaît à mettre en avant aujourd’hui les organisations transversales, matricielles ou par projet. Ce dernier type d’organisation du travail se veut être un système coopératif qui place l’humain au cœur du fonctionnement des entreprises. Partant de ce principe, coopérer est un phénomène naturel.

Comment mettre en œuvre la classe inversée en 5 étapes?

Cet article parait à la suite d’un précédent article du même blog intitulé « Pourquoi la classe inversée ? »

« La classe inversée, c’est mater des vidéos à la maison et faire les devoirs en cours ». C’est ainsi que la décrivent certains étudiants sur la toile. Cette vision tronquée de la classe inversée fait abstraction de l’essentiel, c’est-à-dire la finalité de la méthode qui consiste à aider l’apprenant à s’approprier le processus d’apprentissage. Il s’agit donc bien d’un changement de paradigme pour l’enseignant et ses étudiants.

Amis anthropologues, à la rescousse !?

Assis à la terrasse d’un café et au détour d’une conversation, j’entends un étranger très propre sur lui s’offusquer du manque d’écrits concernant la « fameuse » mentalité marocaine. Le défaut bien placé d’un chercheur, d’un journaliste, ou d’un observateur juste curieux prête l’oreille pour en savoir plus, ce que nous tous avons déjà fait. Bien ou mal, j’ai rapidement laissé de côté ma mini crise de conscience et écouté cet homme qui parlait avec son collègue.

THE WHO – Face A de single

Alors pourquoi « The who » titrant ce billet ? C’est un clin d’œil porté au groupe de Rock des années 70 pour marquer avant tout cette nouvelle trajectoire de l’entrepreneuriat qui redéploye l’entrepreneur-créateur (au sens de Schumpeter) à l’entrepreneur au sein même d’une entreprise, d’où son caractère anonyme car acteur-auteur dans un collectif qui agit au nom de son entreprise.

Pages