Focus sur L’entrepreneuriat des jeunes au Maroc

L’intention entrepreneuriale chez les jeunes marocains est, en général, élevée ; mais, sur le terrain, les facteurs de blocage sont nombreux. Les structures de soutien à l’entrepreneuriat sont peu coordonnées au niveau national. Les jeunes entrepreneurs se sentent différents du reste de la jeunesse de leur pays, tout en étant des membres à part entière de la jeunesse mondiale. Paradoxal ?

Jeunes actifs au souk culturel de bab el had

Les jeunes qui animent le marché des biens culturels de Bab el Had ont adopté un domaine particulier de l’économie informelle au Maroc. Ils sont le plus souvent l’illustration de l’échec du système éducatif à assurer son rôle dans l’intégration sociale et l’expression des moyens de substitution que la société a développés pour faire face à cet échec.

ENACTUS, insuffler le goût de l’entrepreneuriat social aux étudiants

Dans quelle mesure les jeunes étudiants peuvent-ils devenir les acteurs d’un progrès sociétal en s’engageant dans l’action entrepreneuriale ? Enactus est une ONG qui milite pour un monde où les jeunes, particulièrement les étudiants, travaillent avec des leaders du monde académique et économique pour se forger une trajectoire entrepreneuriale avec un ancrage sociétal durable.

L’uber-économie : levier de l’entreprenariat marocain ?

Une économie digitale s’est depuis quelques années installée au Maroc, via une Uber-économie impliquant surtout les jeunes. Comment expliquer un tel phénomène ? Outre l’ambition et la maîtrise des facteurs clés de succès de l’économie digitale, c’est surtout la personnalité de ces jeunes, la force de leur réseau de contacts et l’originalité de leur business model qui ont été les gages de leur réussite.

Partager et collaborer pour entreprendre l’émergence d’un nouveau paradigme

Le coworking et le crowdfunding sont des alternatives qui constituent aujourd’hui une solution empruntée par des jeunes marocains pour répondre aux déficiences de l’accompagnement et de l’aide au développement de l’emploi et de l’économie. Le coworking, espace de travail partagé, permet de réduire de près de 50% les coûts d’installation d’une startup par rapport aux alternatives actuelles. Le crowdfunding, ou financement participatif, permet une levée de fonds. Une des conditions du développement de ces nouvelles activités est la maîtrise des risques, une sécurisation et une normalisation des transactions.

Jeunes français et entrepreneuriat, mariage d’amour ou de raison ?

L’article qui suit s’inscrit en contrepoint de la réflexion sur l’intégration des jeunes du Maghreb dans le monde du travail, abordée dans ce dossier d’Economia. L’analyse interrogera essentiellement l’entrepreneuriat envisageable pour les jeunes dans la société française, et la manière dont cet entrepreneuriat évoluera au cours des années à venir.

La jeunesse au Maroc : marginalités, informalités et adaptations

Très peu d’enquêtes ont été consacrées à la jeunesse marocaine, et ce, malgré son poids démographique, économique et social. Cette enquête par questionnaire a été réalisée entre décembre 2015 et mars 2016 auprès d’un échantillon national représentatif de 2000 jeunes. Elle suggère qu’il est désormais impératif d’inclure la jeunesse d’aujourd’hui, d’intégrer ses voix et visions dans le Maroc de demain.

Dramaturgie sociale du travail

Aucun des acteurs du monde du travail ne peut se définir par son seul rôle dans la situation, car l’interchangeabilité des rôles est une donnée de la vie sociale. La scène de travail s’inscrit dans un triangle dont le troisième côté est constitué par ceux qui demandent et rémunèrent l’acte de celui-ci.

Entretien avec ALAIN TOURAINE « Il faut que l’entreprise devienne une entité démocratique »

Si une entreprise est juste, il faut s’assurer qu’elle défend la liberté, l’égalité et la dignité dans ses lieux de travail même. Tout le discours actuel adressé aux entreprises sur la responsabilité sociétale (RSE) nécessite un rappel de ce qu’était l’État-providence. Celui-ci avait deux grandes caractéristiques : la modernisation économique et l’État national. Bien payer ses salariés, leur donner des vacances, des primes, de l’autonomie, avec du temps et de l’espace sont des gages d’une RSE appliquée.

La GRH offshore des entreprises transnationales

Dans les années 90, une certaine intégration des zones frontalières affranchies dans l’économie locale permettait une valorisation de la main-d’œuvre et de son développement. Depuis les années 2000, les situations se sont énormément dégradées en termes de gestion de l’emploi. Le modèle offshore de la gestion de main-d’œuvre consiste depuis à externaliser la gestion des ressources humaines et à mutualiser cette fonction au sein d’entreprises intermédiaires de recrutement.

Pages