Twitter, révélateur en matière d’emploi

Esteban Moro, professeur à l'Université Carlos III de Madrid.et l'un des auteurs d’une étude remarquable sur la relation des réseaux sociaux avec la situation de l’emploi  explique ainsi les origines de celle-ci :"Cela a commencé par une  conversation de café sur  le genre de choses qu’on fait  lorsqu’on est au  chômage?» Dès lors ils se sont lancé dans l’examen au niveau de l’Espagne  des articulations issues des données publiques des médias  sociaux., déchiffrant  les  caractéristiques comportementales individuelles de plus de 145 millions de messages géo localisés répartis entre 340 différentes localités économiques espagnoles. Qu’ont-ils découvert ? La première chose est une forte corrélation entre «la pénétration Twitter »  et le taux de chômage ! L’étude est parvenue à la conclusion déduites des calculs des communautés des flux de mobilité cohérente que les régions de l’Espagne présentent des caractéristiques diverses  relativement à la mobilité des individus, leurs rythmes diurnes, leurs textes écrits y compris en matière de fautes d’orthographe et de leur taux de chômage des personnes. L’étude a identifié des données insoupçonnables de prime abord  sur la vie des personnes à travers les empreintes numériques de leurs usagers laissées en datas accessibles au public au niveau des réseaux sociaux.

Les constatations liées à cette étude sont très intéressantes à plusieurs niveaux ; on peut comparer ainsi  l’usage par les personnes des réseaux sociaux, Facebook, Twitter , etc.. Par exemple, l’usage de twitter devient plus significatif des gens ayant un emploi entre 8 et 10 h du matin (lors de leurs déplacements vers les lieux de travail) ! l’étude montre aussi  la corrélation entre un faible taux de chômage et un faible nombre de fautes d’orthographe dans les messages …..

L’étude permet ainsi de mettre en évidence de  nouvelles voies de recherche offrant d'excellentes opportunités de comprendre la réalité humaine et ce à l'intersection de la vie économique, sociale, et des sciences de l’information , avec des éléments  simples provenant  de données  disponibles et  peu coûteuses .Il n’y a qu’ à comparer  avec la technique des enquêtes de terrain et ses milliers de formulaires et questionnaires à remplir ,saisir et analyser, pour comprendre l’intérêt de cette étude. Plus important encore, l'immédiateté des médias sociaux permettra d’identifier  et comprendre l'effet des politiques publiques, des changements sociaux, des catastrophes naturelles ou d'origine humaine en temps réel ou presque.je vous renvoie à la fin de ce compte redu très succinct sur l’étude à une synthèse plus exhaustive  à travers l’adresse electronique suivante : http://arxiv-web3.library.cornell.edu/pdf/1411.3140v1.pdf

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.