Pour une fois, de bonnes nouvelles

Une dynamique intéressante semble  s’amorcer  en ce moment au Maroc, ce qui fut longtemps de simples initiatives sporadiques et dispersées  semble  converger actuellement vers un ensemble plus cohérent . En tout cas les débats en matière d’emploi  retrouvent une certaine vigueur  en cette rentrée 2014/2015 ;  le projet de loi de Finances 2015 annonce que  L’Etat prendra en charge les coûts relatifs à la part de L’employeur au titre des contributions dues à la CNSS pour une durée de 24 mois et dans la limite de 5 salariés.

L'Etat prendra également en charge la taxe de formation professionnelle pour les entreprises et les associations créées entre le 1er janvier 2015 et le 31 décembre 2019, durant les 24 mois suivant la date de la création de l’entreprise ou de l’association. Ces dispositions  risquent d’être détournées comme d’habitude pour alimenter la logique rentière dominante, mais leur existence peut aussi servir à encourager l’emploi.

En parallèle à cela , la création de l'indemnité pour perte d'emploi , engagement du  gouvernement dans le cadre de l'accord du dialogue social du 26 avril 2011 est en train de voir le jour ;un conseil de gouvernement réuni la semaine dernière a  adopté le projet de décret n 2-14-14 .Ce texte fixe le taux des cotisations sociales dues à la CNSS, avec un changement de taux concernant les indemnités chômage qui passeront de 1 pc à 1,57 pc. Il y aura une cotisation de 0,19 pc à la charge des  salariés et 0,38 pc du patronat, l'Etat participant à hauteur de 500 millions de DH répartis  sur deux ans. Ainsi, près de 27.000 salariés pourraient bénéficier annuellement de l'indemnité pour perte d'emploi. Mesure limitée certes, mais elle peut être perçue aussi comme un petit signal dans la perspective d’une approche plus intégrée à une véritable stratégie d’emploi.

En fait , ces petites nouvelles  se trouvent en compagnie de projets importants relatifs au marché de l’emploi, notamment  la création d’une agence d’évaluation de l’enseignement supérieur qui aura pour mission de s’assurer de la qualité des formations supérieures. Or comme l’ont dit depuis longtemps  beaucoup de spécialistes, un organe autonome d’évaluation de l’enseignement supérieur est  un élément important pour l’amélioration des formations et de l’employabilité des diplômés. Dans la logique de l’efficacité des services d’intermédiation, le gouvernement actuel  œuvre pour le lancement d’un programme pilote d’extension des services de l’Anapec aux non-diplômés. Est ce une bonne idée ? A vérifier..

Par contre le projet en cours avec la banque mondiale, et les services de coopération technique allemand et français sont également de portée importante ;il prévoit notamment le développement  du système d’information du marché du travail, par l’établissement d’un observatoire national pour l’emploi. Ainsi, une idée longtemps avancée par les experts marocains  vient d’avoir enfin son chemin à la concrétisation .L’observatoire pourrait réaliser des enquêtes régulières et fines afin de collecter des données nationales représentatives sur l’offre et la demande de compétences. Un déficit qui continue à plomber l’aile des politiques publiques en matière d’emploi.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.