Les TIC et l’Education Nationale

Un rapport datant de 2008 publié par l’Instance Nationale d’Evaluation du système d’Education et de la Formation intitulé «le métier de l’enseignant » expose des chiffres qui me renvoient perplexe. Primo, le rapport de 140 pages ne consacre qu’une seule et unique page aux TIC (Technologies de l'information et de la communication) et l’enseignement.  Secundo, le document nous informe que l'usage de l'ordinateur par les enseignants du secondaire (73%) et du primaire (66%) est principalement d'ordre professionnel (préparation des cours). L'Internet apparaît comme étant à la fois un moyen de documentation (recherche des informations pour les cours ou des renseignements pratiques) et d'information générale (suivre l'actualité) et comme outil de communication (envoyer et recevoir des emails ou téléphoner). Pourtant, dès 2004, le Premier Ministre marocain a mis en place une équipe de travail composée des représentants du Ministère chargé de l’Education Nationale et ceux de l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications, afin de traduire la stratégie du Ministère pour la généralisation des TIC dans l’enseignement en un plan d’actions sur trois années. Le gouvernement semble donc bien conscient de l’intérêt des TIC dans l’enseignement et rapporte que « les TIC apportent un avantage indéniable à l’épanouissement de l’élève qui, dans son processus d'apprentissage, se trouve dans un environnement propice à la construction de ses connaissances et est disposé à les partager[1] ». Il ajoute qu’en « offrant une grande variété de supports, de logiciels et de moyens de communications, les outils TIC permettent ainsi de développer les contenus pédagogiques et d’enrichir le travail tant des élèves que des enseignants. L’autonomie de l’élève et de l’enseignant, voire leur auto-formation, est renforcée par le recours à ce type de technologie ».

D’autres chiffres plus récents viennent compléter ce constat. Dans le cadre d’une recherche doctorale, 832 enseignants du primaire et du secondaire appartenant à l’académie de Doukkala-Abda furent interrogés[2]. L’auteur en conclut que « l’usage des TIC dans le système éducatif marocain reste encore très limité, voire même absent de la pratique de la plupart des enseignants enquêtés ». Une réalité en dissonance avec le discours du gouvernement. Intervenant récemment à l’occasion de l’ouverture des travaux de la commission chargée du programme de la stratégie Maroc Numérique, le chef du gouvernement a affirmé que «la généralisation de l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans l’enseignement est le plus important programme de la stratégie Maroc Numérique». Malgré la volonté affichée de l’Etat, il semblerait que des obstacles majeurs persistent, à l’origine de cet écart entre intention et réalité, qui sont principalement le manque de cohérence de la politique d’intégration des TIC dans l’enseignement, le manque de formation de qualité des enseignants, la mauvaise gestion de l’infrastructure en TIC existante, l’absence ou l’insuffisance de motivations et/ou d’encouragements pour utiliser les TIC dans les pratiques d’enseignement.

Selon le chef du gouvernement, environ 3.000 établissements publics ont été équipés en ordinateurs et connexions internet, plus de 6.000 établissements sont équipés en dispositifs multimédia, et plus de 140.000 cadres éducatifs ont bénéficié d’une formation dans le domaine des TIC en éducation. Cependant, tout en me demandant si les obstacles identifiés ci-haut seront pris en compte dans les plans d’action du gouvernement, je me dis que face aux 10.000 établissements publics et aux 250.000 enseignants, le chemin est encore long pour atteindre l’objectif gouvernemental de « généralisation des TIC dans l’enseignement marocain ».

(Pour plus d’infos, je vous invite à consulter le portail dédié à l’intégration des TIC dans l’enseignement réalisé par le Ministère de l’Education Nationale http://www.portailtice.ma/fr/

 


[1] Généralisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) dans l’enseignement au Royaume du Maroc (2005). 

<www.men.gov.ma/sites/fr/SiteCollectionDocuments_TICEnseignement_Vf2.pdf>

 

[2] Mastafi, M. (2013). Intégration et usages des TIC dans le système éducatif marocain : Attitudes des enseignants de l’enseignement primaire et secondaire.

<http://www.adjectif.net/spip/spip.php?article228>

 

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.