Les leçons de la recherche scientifique ignorées

Alors que cela faisait quelques mois que je fréquentais le monde académique des chercheurs en Gestion dans une ville française après avoir quitté celui des praticiens des multinationales,  j’ai décidé de m’inviter dans une conférence organisée par une association professionnelle de logistique. Dès mon arrivée à la dite conférence, dans un hôtel luxueux parisien, et bien loin des réunions d’intellectuels dans les locaux des années 80 de mon université, un sourire se dessina sur mon visage lorsque j’aperçus les participants en costume cravate, cheveux soigneusement coiffés de gel, rasés de prés, tirés à quatre épingles, et prêts à dégainer leurs cartes de visite au moindre  geste brusque de votre part. Certes, pour ne rien vous cacher il m’arrive parfois moi-même de prendre un malin plaisir à me vêtir ainsi, le spectacle n’en est pas moins amusant. C’est un peu la logique de ce jeu théâtralisé n’est ce pas ?

Une fois arrivé  au café, je me lançais à la rencontre du premier venu. Vingt ans d’expérience en multinationale, il vient de quitter sa boîte, me dit-il, pour lancer son propre cabinet de consultant en stratégie et management. Sa poignée de main ferme et son regard aiguisé me portent à croire que j’ai à faire à un expert digne de confiance et d’admiration, en soi le sacro-saint du manager des manuels de gestion. Il faut dire qu’il manie bien les mots, les expressions savantes et les mots techniques anglicisés. Je suis épaté ! M. consultant m’invite à assister à sa présentation et je lui promets d’y être.

Les diapositives qu’il nous affiche sont bien soignées et agréables à regarder. Son intervention traite de stratégies d’entreprise et se  fonde sur l’analyse des stratégies menées par des entreprises réussies. Il présente ces entreprises comme des modèles à suivre et incite les entreprises à s’inspirer d’elles. . Pourtant, face à ces éloquences, quelque chose me dérangeait et grande fut ma déception, si bien que je ne pus sortir un mot et demander ce qu’il pensait des entreprises ayant adopté ces mêmes stratégies sans succès. Evidemment que les vainqueurs soient perçus comme des exemples à suivre à tous les niveaux je le conçois, mais rien ne garantit les résultats en fin de course en suivant simplement la même démarche ! Les facteurs clés de succès ne peuvent émerger que suite à une analyse approfondie de toutes les entreprises, en comparant les meilleures avec les moins bonnes pour cerner les différences. Un concept bien connu en méthodologie de recherche.

C’est ainsi que je découvris que les erreurs d’analyse sont nombreuses dans le monde de l’entreprise et que malheureusement, le professionnel ayant commis les mêmes erreurs pendant vingt années finira par devenir consultant et tentera de les enseigner aux autres praticiens. Voici donc un premier pont à bâtir entre chercheurs, formateurs et praticiens. Pour éviter ce type de résultat, il est à mon avis primordial pour un consultant de compléter son expérience professionnelle par une formation rigoureuse aux méthodologies de recherche avant de se lancer dans le métier très noble de consulting. A ce stade, je souhaite préciser que ce post est un simple témoignage unique et n’est en aucun cas une généralisation sur toute la profession de consultant ni un éloge des chercheurs (notez que je parle plutôt de la recherche scientifique). Je ne dispose pas de chiffres pour savoir combien de consultants contribuent à perpétrer les erreurs, mais je sais qu’il en existe au moins un !

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.