La méthode des cas est-elle recommandée pour enseigner le management?

Cette méthode, dont les origines remonteraient à la maïeutique de Socrate et qui fut introduite dans l’éducation en Management au début du 20ème siècle par la Harvard Business School, suscite deux types de réaction chez les académiciens. Pour certains, elle représente un outil pédagogique clé qui repose sur la discussion en classe de cas réels grâce à la participation active des étudiants ; pour d’autres, la méthode des cas est dangereuse dans la mesure où elle réduit la complexité du réel à un résumé d’une vingtaine de pages tout au plus et inculque aux étudiants un réflexe aux effets pervers qui consiste à proposer des solutions à partir de leurs salles de classe fondées sur l’analyse de données tronquées du problème, synthétisées au préalable par les auteurs du cas. Collecter les données est une compétence importante à maitriser pour un futur manager car elle lui permettra, une fois en poste, d’avoir un esprit critique vis-à-vis de la donnée et de sa construction.

La méthode des cas présente plusieurs atouts. Tout d’abord, il serait erroné de penser que les cas sont concoctés dans des bureaux par leurs auteurs déconnectés de la réalité. La qualité d’un cas se mesure d’abord par la vraisemblance de la situation décrite de par sa proximité à la réalité. Secundo, cette méthode engage la classe dans une discussion entre étudiants et avec le professeur différente du transfert de connaissances classique professeur-étudiant. Tertio, l’étude d’un cas aboutit à plusieurs solutions possibles, chacune évaluée selon des critères discutés en classe. Il ne s’agit pas de trouver LA solution mais d’apprendre à proposer, nuancer et recommander des alternatives. Et enfin, il a été démontré par des études rigoureuses que la méthode des cas permet de générer des apprentissages plus importants au niveau du comportement, des attitudes et des réflexes de pensée.

Il convient de distinguer plusieurs types de cas. Le cas-décision implique une prise de décision par rapport à une situation particulière. Le cas-évaluation ne nécessite pas de décider mais d’évaluer et analyser des faits et éventuellement formuler des concepts. Le cas-application, comme son nom l’indique, consiste à mettre en application des connaissances théoriques. Le cas-illustration permet de décrire empiriquement un phénomène théorique.[1]

Les cas peuvent être utilisés à souhait selon une approche inductive ou déductive. La première approche permet à présenter des données à l’étudiant et le guide à formuler les concepts clés du cours. La seconde suit le processus inverse, c’est-à-dire l’application des théories aux situations particulières.

Les tenants de la méthode des cas sont d’avis que cet outil pédagogique est plus adapté à une population d’étudiants avec une certaine expérience professionnelle servant de cadre de référence. Plus celle-ci est riche et plus l’apprentissage sera efficace.

Ainsi, bien que l’expérience reste l’ultime méthode de formation à la pratique du management, la méthode des cas serait son approximation la plus proche. Pour permettre de pallier au mieux aux limites de cette méthode évoquées plus haut, Abdessemed[2] (2009) recommande de distiller davantage de dimension théorique dans les cas (i), d’injecter une plus forte dimension comportementale par les jeux (ii), et enfin, d’injecter progressivement des éléments de complexité dans les cas à analyser.

 

[1] Pour une typologie plus exhaustive, M. FIOL, Typologie des cas, document HEC Paris (1994)

[2] Abdessemed, T. (2009). Les conditions du renouveau de la méthode des cas dans la formation au management. Gestion 2009, 26(2).

 

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.