Edito 3 : Les liens temporels de la légitimité

Argent et éthique, tel était le thème du colloque international organisé dernièrement à Rabat par le CESEM (Centre de recherche de HEM), en partenariat avec la fondation CDG. Il faut reconnaître que, lorsqu’on traite de la question de la morale ou de l’éthique, vient tout de suite à l’esprit l’un des domaines les plus concernés, à savoir l’argent, le capital. Légitimité du capital et sens de l’éthique, peut-on dire que l’un explique l’autre ?

Il est certain que, chez nous, le comportement de bon nombre de détenteurs de richesses ne semble pas répondre aux normes de l’éthique, telles que reconnues et ressenties collectivement, ce qui affaiblit la légitimité du capital si indispensable pourtant en ces temps de mondialisation. Mais il faut reconnaître que l’ampleur du phénomène et le fait qu’il touche également les élites du pays - dont celles qui gouvernent et qui doivent normalement être conscientes que la légitimation du capital est fondamentale pour le développement – occultent le fait que ce juste ressentiment trouve aussi ses racines, plus profondément, dans notre imaginaire et nos croyances profondes.

C’est que beaucoup de religions privilégient la recherche du pain quotidien et non l’accumulation du capital. Que se passe-t-il lorsque la morale est transformée en normes ? Celles-ci s’accommodentelles de la conscience individuelle ? C’est d’ailleurs pour des raisons, liées historiquement à la mise en oeuvre de normes rigides et parfois intégristes, que l’on parle désormais, de plus en plus, d’éthique, et non de morale. Certains vont jusqu’à affirmer que l’éthique (ou la morale) peut varier en fonction du temps et de l’espace ; d’autres, sans renier la perception nouvelle de la morale, parlent d’une continuité profonde qui repose en fait sur l’idée du respect de l’autre. Dès lors, apparaît le concept de « sens de la mesure », dérivé du bon sens religieux ou de la théorie du juste milieu de la philosophie grecque. L’être humain est pourvu d’un instinct, d’une conscience et d’une raison qui lui permettent de tout entreprendre, à condition de respecter l’autre dans sa liberté morale et ses droits matériels.

Le capital et son accumulation sont donc légitimes, à condition qu’existe un comportement social conciliateur entre, d’une part la nécessité d’accumulation et d’entreprise, et d’autre part l’indispensable attitude de responsabilité à l’égard d’autrui.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.