Un web média qui décolle

Un web média qui décolle

Créée en janvier 2007 par Mohamed Ezzouak, jeune ingénieur et spécialiste des systèmes d’information, la société Web Stratégie a répondu au besoin de structurer une expérience qui avait débuté par la création du site www.yabiladi.com en 2001 et par son lancement en mars 2002.

Après une aventure dans l’associatif, une enfance en France, l’initiateur de ce projet, sensible aux conditions d’existence des RME, a voulu que ce site soit d’abord un projet bénévole, espace interactif de loisirs, puis un espace média orienté vers l’actualité, les échanges autour de questions concernant la communauté marocaine en Europe, mais aussi un moyen, à travers des débats, de fournir des solutions à des problématiques de vie, de travail, d’investissement, et de perspectives de retour aux pays.  

 «Si j’avais au début fait appel aux investisseurs, le site n’aurait intéressé personne, et ce, pour des raisons de rentabilité», précise M. Ezzouak. C’est pour cette raison que ce projet, difficile au début à cause du financement, et qui se rapprochait beaucoup plus du militantisme sociétal que de la création d’un projet viable, a crû d’une façon atypique. Comme il a pu affronter différents types de risques et tous les indicateurs de vulnérabilité, il a offert très rapidement de bonnes perspectives de développement. En fait, ce site, qui a aujourd’hui sept ans, s’est avéré porteur d’idées et de valeurs. Il a démontré son utilité pour la diaspora et pour les Marocains des deux rives, d’une façon plus générale.

Le premier fait marquant de cette réussite a été un chat  avec Nezha Chekrouni. A l’époque ministre chargée des MRE, celle-ci s’est prêtée au jeu et au risque de discuter, en direct et en temps réel, avec la communauté des Marocains à l’étranger. Après ce défi de faire intervenir une personnalité publique sur la Toile, à un moment où des résistances vis-à-vis de ce type de concept et de média persistaient, la voie était toute tracée pour aller plus loin.

C’est dans ce contexte que le site est devenu un espace kaléidoscope, qui capte une moyenne de 55 000 visiteurs par jour et offre un service Web radio avec 10 000 à 15 000 auditeurs/jour, ainsi qu’une série d’autres services sur lesquels nous allons revenir ultérieurement. Il est classé deuxième site marocain en termes de visiteurs, tout juste après Menara, qui offre des infos et de l’information sur les produits de Maroc Telecom.

En fait, si l’on tenait compte des spécificités de l’offre de yabiladi.com, ce site serait classé premier : il propose des programmes de musique marocaine non stop 24h /24, plusieurs services culturels, notamment celui des prénoms arabes, amazighs et juifs, un bon exemple d’ouverture d’esprit sur nos valeurs arabes, berbères, musulmanes et judaïques. Dans le même sens, le site offre la lecture du Coran en plusieurs langues, une initiative inédite dans les médias, et propose un service «rencontres» protégé, facilitant les rapprochements entre les jeunes et les moins jeunes. Grâce à cette variété, de plus en plus de Marocains résidant au Maroc visitent, eux aussi, les différents espaces proposés. Ils représentent 20% de la fréquentation.

UNE OFFRE DIVERSIFIÉE POUR PLUS DE 50 000 VISITEURS PAR JOUR

En observant de près des émissions de télévision comme Maroc sans frontières de 2M, Marocains d’ailleurs de la même chaîne, Biladi de TVM ou les émissions de Canal Atlas, Mohamed Ezzouak a voulu se différencier en proposant des enquêtes et des témoignages sur les consulats du Maroc en Europe, ce qui a permis de réaliser des évaluations sur la qualité de service et des «benchmarks» entre nos représentations diplomatiques à l’étranger. La diffusion d’un feuilleton en ligne durant le mois de ramadan 2008 a été un essai concluant qui a permis d’atteindre un record avec une fréquentation avoisinant les 100 000.

Dans le cadre d’une stratégie d’offre de services qui démarre en 2009, le site proposera des conseils juridiques sur des questions familiales, d’investissement ou d’administration en relation avec les projets des MRE ou leurs perspectives de retour au pays. Enfin, yabiladi.com souhaite s’engager dans des opérations d’intermédiation, en vue de sécuriser et de rationaliser les transactions immobilières ou commerciales. Par ailleurs, l’entreprise réfléchit à un service d’offres de cadeaux des immigrés à leur famille, qui éviterait l’envoi par voie postale. Par exemple, à l’occasion d’une fête familiale ou religieuse, au lieu d’envoyer un cadeau de France ou de Belgique, les RME pourront passer leur commande sur le site. Au Maroc, la société effectuera l’achat et assurera  l’expédition, moyennant un paiement par virement ou par carte internationale de paiement.

Tous ces projets font de Yabiladi un pont entre les RME et leur pays d’origine, conformément au souhait de Mohamed Ezzouak, qui a bien compris la déchirure, la notion d’al ghorba, et le besoin permanent de liaison avec la mère-patrie.

VEILLE ET RECHERCHE DÉVELOPPEMENT POUR LA SURVIE

L’analyse de la chaîne de valeurs de cette «start-up» qui s’inscrit dans le champ des métiers mondiaux du Maroc, offre un ensemble de facteurs de différenciation. Au démarrage, M. Ezzouak travaillait seul et essayait, en fonction de ses moyens, de faire de Yabiladi, un site répondant aux besoins de la communauté marocaine à l’étranger. Actuellement, une équipe a été constituée et œuvre en permanence, en matière de recherche et développement.

Toujours en processus d’apprentissage, l’équipe cherche continuellement à maîtriser les aspects technologiques, en perpétuelle évolution, et innove, en proposant par exemple la Web radio qui fonctionne 24 H / 24H sans intervention humaine, ainsi qu’une option «dédicace» qui permet aux internautes d’envoyer des textes à leurs proches. Un directeur technique manage l’équipe et veille à maintenir un climat agréable dans les forums de discussion, grâce à un système de modération qui permet une réelle protection contre les dérapages.

En contrôlant  les adresses IP, les adresses mails et mêmes les pseudonymes, il est possible de fiabiliser le système, de le sécuriser et de développer des outils de «monitoring». Ainsi, une maman résidant à Paris affirme qu’elle peut, sans aucun risque, laisser sa fille de douze ans sur le site Yabiladi. 

Selon M. Ezzouak, «sur Internet, si on n’évolue pas, on meurt ». En effet, il est toujours nécessaire d’apporter du nouveau et de se remettre en question, afin de suivre les évolutions de l’environnement externe, tout en faisant confiance à l’intelligence des internautes qui ont souvent inspiré l’équipe Yabiladi. La partie vidéo est également en cours de développement pour des reportages et aussi d’autres concepts comme des sketches par exemple.

Un jeune cadre est chargé d’administrer les serveurs pour lutter contre les «hackers», augmenter leur fiabilité et s’assurer que la plate-forme reste toujours performante. En somme, Yabiladi reste toujours en veille au niveau des concepts, des technologies et des offres proposées, et démontre les capacités remarquables de sa jeune équipe, en matière de recherche et développement.

SÉCURITÉ, TECHNOLOGIE ET ÉCONOMIE D’ÉCHELLE

Disposant d’un local au cœur de Casablanca, l’équipe de Web Stratégie dispose de deux serveurs performants hébergés à Roubaix (France) et dotés d’une bande passante qui permet un haut débit. L’un est exclusivement consacré au site Yabiladi, l’autre héberge plusieurs autres sites proposés par Web Stratégie, ainsi que les sites web des clients.

Cet équipement offre à Web Stratégie l’opportunité de travailler avec le dernier micro-processeur INTEL, lancé le 31.03.2009, ainsi que les dernières solutions technologiques. L’entreprise bénéficie aussi d’un support 24h/24 qui lui permet de pallier toute urgence et de travailler en toute sécurité avec beaucoup plus de fiabilité.

En effet, le «hardware» reste en location, en raison des coûts très élevés de ce genre d’équipement, alors que le «software» appartient à Web Stratégie. Si l’on veut procéder à une comparaison en termes de prix, une configuration pareille coûte dix fois plus cher au Maroc qu’en France. 

Basé sur Linux, qui permet des solutions libres et moins contraignantes que les solutions WIndows, Yabiladi profite d’une utilisation moins coûteuse que ce qui est proposé au Maroc, et peut accueillir un nombre de visiteurs plus important.

La technologie informatique qui a permis de lancer le «double cœur» permettant de travailler en parallèle sur des données, a été révolutionnée par des microprocesseurs à double cœur fois quatre, soit huit cœurs et plus récemment par d’autres pouvant générer seize cœurs. La finalité, c’est d’augmenter la puissance des calculs mais aussi, avec des mémoires RAM plus puissantes, d’accroître l’audience, d’améliorer les prestations de services par l’acceptation d’un nombre de plus en plus élevé de requêtes. Ces dernières progressent actuellement d’une façon exponentielle.

Pour améliorer ses prestations, Web Stratégie vient d’investir dans deux caméras numériques haute définition, des micros, des trépieds… pour développer les reportages et aller vers «une stratégie pluri-médias» à partir de 2009.

RESSOURCES HUMAINES ET COMPORTEMENT ORGANISATIONNEL

L’équipe Yabiladi est constituée de 8 personnes, des salariés permanents et un certain nombre de bénévoles, consacrant entre 2 et 4 H par jour à la modération des forums et à la gestion du site qui fonctionne 24 H / 24 : la modération peut se faire grâce à une équipe de Casablanca, qui passe le relais la nuit à un modérateur qui intervient des Etats Unis, qui se fait lui-même relayer par un troisième, basé en Australie.

La structure de Web stratégie est plate, animée par  M. Ezzouak, par un jeune directeur technique récemment revenu de France, un développeur Web, deux chargés de l’administration du serveur en « free lance», un journaliste à temps plein et un journaliste à mi-temps chargé des contenus et de certaines activités commerciales.

La comptabilité, les affaires juridiques et les finances sont externalisées auprès d’un expert comptable.

Une forte implication du personnel marque le style de management de la société. Le comportement organisationnel est fortement interactif, fondé sur la transparence, les principes de la bonne gouvernance et le management participatif par objectifs.

En effet, dans ce type de projet, l’élément humain est la pierre angulaire de l’édifice «pour être réactif et flexible, ce type de management très fédérateur s’impose et chacun a son mot à dire», explique Mohamed Ezzouak.

COMMERCIALISATION ET MARKETING

Le Directeur général s’occupe, depuis la création de la société, de la commercialisation de son offre et de la recherche des clients potentiels. Qu’il s’agisse de grands ou de petits comptes, Mohamed Ezzouak centralise à son niveau cette partie du travail : cette étape, assez stratégique, nécessite un contact avec le client et également une certaine maîtrise du volet technique.

La segmentation de l’offre de cette entreprise donne lieu à une pluralité de services. Yabiladi se démarque d’abord par des revues de presse, complétées par des interviews et des analyses de sujets d’actualité. Ensuite, il aménage l’espace communauté qui offre des forums de discussion, des chats, des rencontres et des annonces. Les services pratiques sont au rendez-vous, avec bulletins météo, cours des devises et informations consulaires. Enfin, le multimédia propose une web-radio, des photos du Maroc, des reportages vidéos, des web séries…

Cette offre actuelle va encore se compléter dans le cadre d’une stratégie innovante et très ambitieuse entre 2009 et 2013, par un plan quinquennal, que le dirigeant de cette entreprise et son équipe sont en train de configurer.

LE FINANCEMENT ET LA FORME JURIDIQUE

Créée avec un capital initial de 100 000 DH en 2007, Web Stratégie ne considère pas utile pour le moment d’augmenter ce capital. La forme juridique choisie est celle de l’entreprise  unipersonnelle à responsabilité limitée. Il s’agit, pour la forme, d’une société commerciale, abstraction faite de la nature de l’activité qu’elle exerce. Elle est, à la différence de l’entreprise individuelle, dotée de la personnalité morale et d’une existence autonome. Son patrimoine est distinct de celui de l’associé unique qui n’est tenu des dettes sociales que dans la limite du capital social. Elle est soumise à l’obligation de publicité, particulièrement à l’inscription au registre de commerce.

L’EURL est donc une société composée d’une seule personne dénommée  «associé unique» : dans le cas présent, il s’agit de Mohamed Ezzouak qui exerce seul les pouvoirs et est gérant de l’entreprise.  Celle-ci est désignée par une dénomination sociale précédée ou suivie des initiales SARL et de l’énonciation du capital social qui ne peut donner lieu à des titres négociables. De ce fait, la raison sociale de l’entreprise est Web Stratégie SARL.

Jusqu’en 1997, aucun statut juridique n’existait pour l’entreprise individuelle au Maroc. L’entrepreneur individuel supportait tous les risques liés à son existence sur l’ensemble de ses biens qui constituaient  le gage de ses créanciers1. Une  contrainte qui persiste encore maintenant, car les banques continuent d’exiger un associé responsable pouvant offrir des garanties sur son patrimoine personnel ou des cautions, ce qui limite les perspectives de développement de ce genre de projet.

Ne nécessitant pas beaucoup d’investissement, l’entreprise n’a pas eu recours à l’emprunt et, depuis ses débuts, le directeur général a utilisé l’autofinancement comme levier de son entreprise, et assuré un fonds de roulement convenable. La masse salariale (55 000 DH/mois) représente aujourd’hui la plus lourde charge. Les serveurs qui nécessitaient en 2001 à peu près 16 800 DH/mois, à un moment où l’entreprise ne générait à l’époque aucun revenu, n’engagent les charges de l’entreprise en 2009 qu’à hauteur de 6000 DH/mois équivalent euros. Selon le directeur de l’entreprise, les charges mensuelles varient en général entre 80 000 et 100 000 DH en 2009.

Bénéficiaire dès la première année, le chiffre d’affaires (plus d’un million de dirhams en 2008) est en très forte progression. Ainsi en 2008, le taux de croissance s’élève à 266,66%. Pour 2009 et 2010, Mohamed Ezzouak estime que, même avec une hypothèse prudente, la société devrait connaître un doublement du chiffre d’affaires chaque année.

FACTEURS CLES DE SUCCES ET DE VULNERABILITE

Le développement national et international de Web Stratégie exerce un effet favorable sur sa compétitivité. Sa capacité concurrentielle est actuellement établie, dans la mesure où elle lui permet de réaliser d’importantes économies, de répartir les risques par la poursuite de plusieurs projets en simultané.

En effet, la dynamique de cette jeune entreprise s’est faite sur deux années et celle de son site sur plus de huit ans avec efficacité et efficience. Voilà qui a permis à l’équipe et à son dirigeant de relever le défi de l’adaptation à des cultures, à des contraintes juridiques et économiques très différentes, entre un vécu, parisien et européen, et une réalité marocaine.

Cette adaptation aux besoins et aux demandes de cette large communauté des Marocains à l’étranger, et ensuite à ceux d’une clientèle locale exigeante, est le facteur clé de la performance de ce projet, et on peut tirer de cette expérience un nombre important d’enseignements positifs.

D’ailleurs, la stratégie des années 2009 - 2013 démontre encore la volonté de cette jeune entreprise et de son dirigeant, de continuer à se concentrer sur ses métiers, d’innover, de créer et d’apporter de nouvelles offres dans le sens de ce que Mohamed Ezzouak appelle «libérer l’imagination et la créativité».

Seulement, du fait de la nature de son offre et de sa cible, Yabiladi souffre d’une certaine saisonnalité de son activité. En effet, en termes de besoins en fonds de roulement, certaines périodes sont assez tendues et les problèmes de recouvrement sont également difficiles à gérer, d’où les efforts fournis afin de rendre l’activité plus régulière, grâce à l’annualisation et à la pérennisation des contrats, et à l’amélioration des processus de recouvrement. Sur le plan technique, les problèmes ont été gérés et, actuellement, Yabiladi bénéficie d’un arsenal de qualité pour faire face aux changements permanents de l’environnement externe.


Partager ce contenu