Pour des emplois durables !

Le gouvernement espagnol de droite a quelques motifs d’espérer. Si  les chiffres officiels  du mois de juin annoncent encore 4.763.680 demandeurs d’emplois, on constate depuis quatre mois une  baisse  continue. Une bonne nouvelle  même si elle est encore loin de satisfaire toutes les populations concernées  et   demeure relativement discriminatoire ; plus favorable aux hommes qu’aux femmes. Le nombre total de femmes se trouvant sans-emplois s’élève à 2.431.071, contre 2.332609 hommes en chômage, selon la même source.

Pour le gouvernement du parti populaire c’est une nouvelle réconfortante.  Indépendamment de certains commentateurs qui lient ces annonces à des activités agricoles et touristiques conjoncturelles. Car  les dernières statistiques, publiées par Eurostat, montrent que l’Espagne reste le pays d’Europe où le taux de chômage demeure le plus élevé. A noter que  pour l’Espagne  cette "récupération de l'emploi" s'accompagne d'une augmentation des contrats précaires. Les espoirs de  la "reprise", passent ainsi  par des emplois saisonniers et des contrats à temps partiel. A peine 7 % des 1,28 million de contrats signés en mai sont de période indéterminée, soit 95 800. Et non seulement ce type de contrats se raréfie mais près de 40 % sont à temps partiel.

Dans les économies avancées, y compris aux Etats unis où il y a déjà une croissance modeste certes, mais réelle ; l’activité économique stimulée par les politiques publiques ou non, crée peu d’emplois durables et de qualité, la principale dominante reste dans cette évolution le recrutement dans les services. Pour remédier à cette situation l’un des thèmes aujourd’hui en vogue parmi les faiseurs des politiques publiques est celui des innovations. On pense ainsi   que l’offre d’emplois dans les secteurs innovants est un élément de réponse stratégique  pour corriger la fragilité de l’offre de travail. Or aujourd’hui l’innovation est en soi un champ très vaste à analyser. Des Economistes estiment désormais que la théorie économique n'a pas bien compris les impacts du progrès technique sur la dynamique économique en général et le marché du travail en particulier.[i] Les innovations dans les processus de production accroissent la productivité des entreprises mais modifient aussi l'arbitrage des ménages entre consommation et épargne. Ces deux dynamiques ne se superposent pas dans la durée et ont des effets  sur la durée du travail, laquelle constitue une  variable régulatrice fondamentale de l'économie sur le long terme.

Clayton Christensen, spécialiste mondial de l’innovation et professeur à Harvard, explique[ii] pourquoi le système d’innovation américain ne marche plus et contribue au ralentissement de l'économie. Il fait une typologie des innovations pour mettre en relief des innovations qui développent ou anéantissent l’emploi. Il plaide pour le renforcement d’un type particulier  qu’il qualifie d’innovation transformationnelle, ces empowering innovations transforment des produits compliqués, coûteux et accessibles à peu de gens en produits simples, abordables et disponibles au plus grand nombre. Ce type est peu présent aujourd’hui dans l’économie américaine et  l’un des moyens de renforcer sa présence   -selon Christensen - réside dans le renforcement de l’investissement dans l’éducation. Finalement,  on retrouve chaque fois à travers les analyses  le même défi, partout dans le monde, l’éducation et la formation constituent les plus importants outils de dynamisation du marché du travail. Si c’est valable pour les autres , il n’y a pas de raison de ne pas l’être chez nous !

 

 

[i] Une autre vision du marché du travail

 LE MONDE

30.06.2013 à 18h20 | Par Jean Vercherand (Economiste et historien)

 

[ii] A Capitalist’s Dilemma, Whoever Wins on Tuesday

By CLAYTON M. CHRISTENSEN

Published: November 3, 2012

The New York Time

 

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.