Entreprise familiale : les successeurs entre conformisme et rébellion

La succession est un trait d’union entre le passé de l’entreprise et son devenir. La volonté, ou la non volonté, du successeur à suivre la trajectoire tracée par les prédécesseurs donne lieu, dans l’extrême, à deux types de successeurs : conformistes et rebelles.

Les successeurs conformistes paraissent excessivement dépendants du sentier tracé par les fondateurs. Ils ont tendance à privilégier le statu quo, l’immobilisme aux dépens des préoccupations dictées par l’évolution environnementale. Ces successions conservatrices sont marquées par une stabilité des choix stratégiques, l’aversion à l’égard du risque et par-là même une politique d’investissement assez inerte. Cette approche tout en préservant la stabilité des traditions et des processus de décision peu conflictuels se traduit par une baisse de la compétitivité et de la performance de l’entreprise. A moyen ou à long terme, ce souhait de stabiliser le contexte de l’entreprise peut donner lieu à la perte des parts de marché et être inversement corrélé à la volonté d’assurer l’autofinancement de la croissance de l’entreprise.

Les successeurs rebelles semblent quant à eux rejeter l’héritage familial et s’inscrire en totale rupture tant dans les domaines stratégiques qu’organisationnels. Bien évidemment le revirement opéré affecte substantiellement la politique d’investissement de l’entreprise. Le souci de mener le changement s’accompagne d’une rupture au niveau des activités et des couples produits / marchés. Ce revirement s’opère au gré d’opérations d’acquisitions, d’investissement de croissance et de nombreux désinvestissements. Il provoque une déconnexion entre la capacité de financement réelle et l’ambition de croissance démesurée, parfois mal raisonnée, qui finit par piéger l’entreprise dans le cycle vicieux du surendettement et peut aboutir même à la perte du contrôle familial.

 

 

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.