Des aléas si peu favorables

Baisse du taux d’activité au niveau national pour toutes les catégories de population et surtout les jeunes, voilà ce qui ressort des dernières statistiques du HCP en matière d’emploi. La parade officielle du gouvernement à ces données, on la connait depuis quelques mois ; elle s’étale sur plusieurs registres, dont l’augmentation du nombre des bénéficiaires d’une formation qualifiante, l’extension des programmes de l’Anapec et puis l’auto emploi et le développement du travail social.

 

Ainsi en ce début d’année où il est de coutume de présenter ses vœux, il est difficile de prétendre à une quelconque avancée, les nouvelles en matière d’emploi ne sont pas très réconfortantes, elles comportent toutefois quelques nouveautés : d’abord en matière d’opportunités, la poursuite de la mesure dite Tahfiz accordera en 2016 aux entreprises une exonération du salaire mensuel brut plafonné à dix mille dirhams, pour une durée de 24 mois et dans la limite de cinq salariés. Ce programme prévoit également, la prise en charge par l’Etat, pour une durée de 24 mois, de la part patronale au titre de la cotisation due à la CNSS et de la taxe de formation professionnelle…. Ensuite en matière de promesses 2016, on va gagner semble-t-il une meilleure visibilité par rapport à cette question de l’emploi, finalement très peu maitrisée et toujours abordée d’une manière rudimentaire. En effet, la question sera marquée en 2016 par « l’achèvement de l’institutionnalisation de l’Observatoire National du Marché de Travail » et ce, à travers la mise en place des comités d’orientation et de pilotage de cette institution en projet. On aura aussi la signature des conventions de partenariat et protocoles d’échange et accès aux données entre l’ANAPEC, la CNSS et le HCP ainsi que le lancement d’une étude sur la transition des jeunes vers le marché du travail et sur la cohérence externe des programmes actifs de l’emploi.

L’Etat compte aussi en 2016 poursuivre la réalisation de l’étude d’évaluation du programme Taehil[i]. Avec tout ça, on comprendra mieux probablement la situation !

Par contre, on nous redit encore en ce début 2016 que l’année sera celle de « l’adoption de la stratégie nationale pour l'emploi et l’élaboration de son plan d’opérationnalisation ». A ce propos, et en référant au comportement politique de tous les acteurs concernés, il sera sage de se rendre à l’évidence ; les objectifs électoraux de cette année -destinée aussi à mettre en place la prochaine majorité gouvernementale- ne peuvent permettre la réunion des critères d’objectivité nécessaires à une telle démarche. De plus, le contexte national vient de s’aggraver avec la perspective de la sécheresse, compromettant les chances de l’année agricole. Il faut dire que même la conjoncture mondiale ne favorise pas cette précipitation. Elle ne se prête également pas pour optimiser les conditions d’élaboration de cette fameuse stratégie (économie mondiale en baisse d’activité, lutte contre le terrorisme, exacerbation des tensions régionales…).

 

Le rapport Emploi et questions sociales dans le monde 2015 de l’OIT indique que, dans les pays pour lesquelles des données sont disponibles, trois quarts des travailleurs sont employés à titre temporaire ou avec des contrats à durée déterminée. Ils exercent des emplois informels souvent sans aucun contrat, comme travailleurs indépendants ou dans des emplois familiaux non rémunérés.

Dans notre région Mena, la situation est encore plus grave ; elle connait la crise de développement la plus aigüe par rapport à toutes autres régions de la planète ; avec un faible taux de croissance du PIB/habitant et une forte croissance démographique, la situation sociale des populations de la région se présente aujourd’hui sous forme d’une trilogie dangereuse ; la pauvreté et la précarité s’accompagnent d’inégalités affligeantes. Les inégalités de revenu au sein de chacun des pays de la région sont aussi les plus élevées du monde entier. Bref, A défaut d’une stratégie positive établie, les données sensibles de la situation en 2016 pour le Maroc ne permettent pas de grandes percées en matière d’emploi, l’avenir n’est pas une affaire de manœuvres, il doit être préparé dans la lucidité.

 

 

[i]Le programme TAEHIL de l'ANAPEC comporte deux mesures concrètes : la formation contractualisée pour l'emploi, et la formation qualifiante ou de reconversion.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.