Équité dans les entreprises familiales : Comment faire ?

L’avantage de faire partie du jury du prix de la meilleure thèse de doctorat du Family Firm Institute est de me permettre de lire et donc de partager ou commenter des recherches récentes sur les problématiques auxquelles sont confrontées les entreprises familiales.

L’idée est donc de profiter de ce blog pour partager ces avancées de la recherche, et de les mettre en perspective par rapport à la situation au Maroc.

Les entreprises familiales sont souvent accusées de ne pas traiter leurs salariés non-familiaux comme leurs salariés familiaux. Ces différences peuvent affecter les niveaux de salaire, les perspectives de promotion, les horaires de travail, qualifications ou tout autre élément de la relation salariale. Pourtant, l’implication, la motivation, ou l’attitude des employés non-familiaux n’est pas toujours équivalente à celle des salariés appartenant à la famille. Cette situation n’est pas sans conséquence. En effet, la perception d’un traitement « injuste » des salariés est coûteuse et affecte durablement la « réputation » de l’entreprise familiale. La question qui se pose est donc celle de l’égalité ou de l’équité, et de sa mise en œuvre pratique.

Dans le cadre de la relation salariale, l’égalité est l’application du même traitement à tous, sans aucune distinction. L’équité en revanche cherche à corriger les inégalités injustes en favorisant certains individus si besoin. C’est le concept sous-jacent de la méritocratie.

Pour répondre à cette problématique, tout en tenant compte des différences intrinsèques existant entre salariés, selon qu’ils sont membres de la famille ou pas, l’auteur de cette recherche propose un processus en quatre étapes permettant d’améliorer la « justice » à l’intérieur de l’entreprise.

Pré requis : les dirigeants sont investis et attachés à la question de la justice au sein de l’entreprise. C’est une de leur mission et une valeur partagée.

Étape 1 : Informer. Lors de la signature de chaque contrat de travail, les salariés, quels qu’ils soient doivent être clairement informés des attentes de leur employeurs et de leurs avantages/droits. Ainsi, que doit faire un salarié appartenant à la famille pour bénéficier d’un traitement préférentiel ?

Étape 2 : Donner à tous les mêmes opportunités de s’exprimer. Les salariés doivent savoir dès le départ, qu’ils pourront exprimer librement leurs soucis et interrogations quant aux traitements jugés « injustes » au sein de l’entreprise.

Étape 3 : Évaluer les litiges. Les entreprises peuvent mettre en place un comité mixte (famille et non-famille) qui se réunira pour étudier le caractère « injuste » des situations mises en évidence à la deuxième étape.

Étape 4 : Appliquer les décisions de manière uniforme. Dans le temps, et pour tous les salariés, le traitement des salariés et les décisions de « justice » doivent être mises en œuvre de manière consistante.

Des pistes de réflexion intéressantes pour améliorer les relations sociales au sein des entreprises familiales du Royaume.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.