La diaspora asiatique, une utopie maghébine

Pourquoi Chinois et Indiens de la diaspora investissent-ils massivement dans leur pays, alors que les Marocains qui travaillent hors de chez eux ne le font pas assez ? La diaspora maghrébine pourrait-elle s’inspirer de ces exemples dont le rôle d’encouragement de la libéralisation économique dans leur pays d’origine est si important depuis une génération ?

Les modèles d'intégration des diasporas

Ce n’est qu’à la fin des années 90, que le gouvernement indien s’est intéressé au «people of India», terme officiel désignant les expatriés indiens, soit environ 20 millions de personnes, (2% de la population indienne) représentant un revenu annuel estimé à 160 milliards de dollars. L’Inde ayant privilégié pendant plus de trente ans une politique prônant le non-engagement dans sa communauté émigrée (éparpillée sur plus de 130 pays), le mot d’ordre  était à l’intégration des populations émigrées dans leur pays d’accueil. Le renversement de politique s’est fait en 2000.

Les zones grises du Maroc

Pour le moment, le plan du « Maroc vert » concocté par le cabinet Mc Kinsey se décline en 17 diaporamas et dans des entretiens accordés à la presse par le ministre de tutelle. Une première lecture du projet et du discours qui l’accompagne, réalisée à l’aune des réalités agricoles et du potentiel existant, souligne les limites de la philosophie qui y préside.

Fouad Laroui : Je m’intéresse à l’économie concrète

Connu surtout comme romancier, nouvelliste, chroniqueur et dans une moindre mesure comme ex-ingénieur à l’OCP, Fouad Laroui a longtemps été professeur d’économie à Londres puis à Amsterdam. Fort de la pluralité de ces talents, il porte, dans cet entretien, un regard inédit sur sa discipline, sur l’économie marocaine et sur les liens féconds et indispensables qui unissent science et imaginaire.

l'Union pour la méditeranée tant de bréches à colmater

Comment dépasser les dissensions internes, les écueils du bilatéralisme et booster des économies malades de la globalisation et de leur faiblesse endémique ? Comment décliner efficacement les mesures qui permettront enfin de « faire de la Méditerranée un espace commun de paix, de stabilité et de prospérité?» L’Union pour la Méditerranée ? Un vaste chantier.

Evaluation d'un système fiscal controversé

Suite au lancement de réformettes fiscales dans le projet de loi 2008, il nous a semblé nécessaire, pour y voir plus clair, de faire le bilan de le réforme initiale entamée en 1984 et qui se voulait « structurelle ». A-t-elle atteint ses objectifs ? En quoi les politiques économiques menées en ont-elles dévié ? Dans ce premier volet de l’étude, le système fiscal est évalué en terme d'efficacité.

A la recherche d'une politique sociale

En s’appuyant sur les données de l’étude présentée dans les pages suivantes, ce papier de cadrage a pour vocation d’analyser le contexte global dans lequel s’inscrit la question de l’économie sociale, en rapport avec la crise dans le monde, les pratiques politiques internes et souligne l’exigence d’une réorganisation du champ social, sous l’autorité d’un ministère de l’Economie digne de ce nom.

Quid de la convertibilité du dirham

Alors que le processus de passage à la si convoitée convertibilité totale du dirham, entamé il y a presque vingt ans, semble enfin arriver à son terme, les dernières étapes s’annoncent plus périlleuses : comment finaliser sans risque cette mutation inéluctable, dans un contexte économique et financier international ravagé par une crise sans précédent ?

Y. M. Boutang : le système financier pris à son propre piège

Expliquer l’origine de la crise des subprimes, saisir l’effet domino qui s’en est suivi, comprendre comment le système financier a été pris à son propre piège et appréhender des issues, pas seulement techniques mais aussi politiques à cette crise systémique. C’est à cela que nous invite cet article didactique, établi sur la base d’un entretien.

Que cache le taux d'inflation ?

Le taux d’inflation est calculé à partir de l’évolution de l’Indice du coût de la vie (ICV). Mais ce dernier ne reflète pas réellement l’écart inflationniste. Il n’est qu’un indicateur très partiel de la variation des prix à la consommation. Entre les taux d’inflation annoncés et l’inflation ressentie par la population, la différence est de taille !

Pages