N. Tazi : le pragmatisme facilite la créativité

Nous avons soumis les principaux résultats de notre étude sur la typologie des entrepreneurs du secteur culturel à l’appréciation de l’une des entrepreneuses les plus expérimentées de celui-ci « peu d’entreprises font de la conception et de la production culturelles. Le secteur n’est pas assez porteur »a-t-elle affirmé. Il y a surtout de petites et moyennes structures qui font ce métier par passion.

En quête d'économie de la culture

Cet article retrace l’évolution historique du secteur culturel, ainsi que ses récentes transformations. Le produit culturel a aujourd’hui le mérite d’exister, il ne peut toutefois rester dépendant du mécénat et non d’une activité professionnelle rentable et stable. Il doit également être consommé. Les chiffres prouvent que la demande est bien basse. L’économie de la culture dictée par le haut est-elle viable?

Qui dicte les stratégies d'Etat ?

Plan azur, plan Maroc vert, plan Halieutis ...Ce sont les nouvelles formes de légitimation des actions publiques, la logique sectorielle s’accompagne d’une privatisation de la planification économique. Les cabinets de conseil se substituent-ils à l’Etat ? Comment utiliser leurs services ? Comment pallier aux imperfections informationnelles en amont, pendant et en aval, de la relation de service ?

Etat-Entrepreneurs étrangers, une relation enchantée

Al infitah, désigne une ouverture à la marocaine envers le capital européen, l’auteur décrit dans cet article son déploiement et ses différentes phases depuis la fin de la marocanisation et l’engagement des politiques dites structurelles de réformes. Al infitah a induit un ensemble de règles, de comportements et d’attitudes dont la finalité est de faciliter aux entrepreneurs étrangers l’accès au marché.

Eau virtuelle, eau cachée

Nous sommes tous des buveurs d’eau virtuelle ! Quand nous consommons nous en engloutissons sans le savoir d’impressionnantes quantités. Cette eau cachée a été abondamment utilisée au cours du processus de fabrication et très concrètement prélevée sur le milieu. Lui offrir de la visibilité, c’est se donner la possibilité d’intervenir en amont pour préserver la ressource. Est- ce encore possible ?

Premiers (Faux) pas dans le lobbying

Pour que le privé pèse, le lobbying est le procédé le plus rationnel et le plus efficace dans l’absolu. Qu’en est-il Au Maroc ? Le lobbying est- il un levier politique à même d’infléchir ou d’orienter la prise de décision ? Les récits de lobbyistes qui s’y sont essayés révèlent un mécanisme complexe, souvent opaque. Le résultat est très aléatoire. Certains préalables sont encore nécessaires.

S. Sand : L'attitude sioniste, c'est on tire, on pleure

Auteur de « comment le peuple juif fut inventé », un des livres les plus documentés sur les fondements historiographiques de l’idéologie de l’Etat d’Israël, Shlomo Sand, explique : «Nous sommes une société bizarre, non démocratique, parce qu’excluant l’autre, mais très libérale et pluraliste. » Il livre dans cet échange sa vision d’humaniste, d’académicien et de militant politique pour deux Etats.

Makhzénisation du privé ou privatisation de l'Etat

La «privatisation de l’Etat» est-elle un processus de redéploiement du pouvoir ? Ou est-ce le démantèlement complet des attributions de celui-ci ? Serions- nous au Maroc dans un système où une élite exercerait à la fois les fonctions économiques et les fonctions politiques d’administration ? Ci-dessous les avis de deux chercheurs à propos des liens entre l’élite économique et les structures du pouvoir.

L’image façonnée par la publicité

R.Williams, historien de la publicité, appelle le processus qui rend un produit désirable, «le système magique». Si, au Maroc, les classes moyennes sont difficilement identifiables, les publicitaires eux ont résolu le problème : la classe moyenne, ils la façonnent par eux mêmes, jugez-en par la lecture des affiches, le visionnage des spots et l’examen des interviews où les publicitaires s’expriment.

Les Fassis de Manchester

La théière communément connue à Manchester est souvent évoquée par les familles marocaines comme étant la plus belle exportation que les commerçants marocains aient faite de Manchester. Ces marchands furent en effet les pionniers de la migration marocaine vers la Grande-Bretagne au XIXème siècle. La plupart d’entre eux étaient des commerçants d’argenterie et de textile originaires de Fès.

Pages