Au-delà des Panthéons

Au-delà des Panthéons

Auteur : Howard Zinn

L’autobiographie de Howard Zinn, historien et militant, est un acte de confiance dans la capacité de l’être humain à résister à toutes formes d’oppression.

 

L’impossible neutralité est la substantifique moelle de ce que la vie à appris à Howard Zinn (1922-2010). L’historien s’y dévoile au fil de ses prises de conscience et de ses engagements militants, notamment pour les droits civiques et contre la guerre au Vietnam. Ce n’est qu’à la fin qu’il aborde des aspects plus intimes : son enfance pauvre à Brooklyn, ses amitiés communistes, son travail dans un chantier naval – où il ouvre les yeux sur la ségrégation raciale et l’exclusion des Noirs du syndicat –, ses études grâce au GI Bill, permettant aux anciens combattants d’avoir un salaire… Le titre original de ce livre (paru en 1994 en anglais et traduit en 2006 en français), You can’t be neutral on a moving train (on ne peut pas rester neutre dans un train en marche), résume sa philosophie : un questionnement des ordres établis pour remettre en cause « toute politique d’intimidation : celle des grandes nations sur les plus faibles, des Etats sur les citoyens, des employeurs sur les employés, ou de quiconque – qu’il soit de gauche ou de droite – qui penserait détenir le monopole de la vérité ». D’où sa méthode, un aller-retour entre enseignement et militantisme.

Howard Zinn était un intellectuel engagé au côté des faibles et des dominés, qui n’a pas hésité à prendre des risques (perdre son travail et connaître la prison) pour les causes qu’il défendait. Ses enseignements, il les tire des faits précis dont il témoigne. Professeur au Spelman College, université noire à Atlanta, il accompagne les premiers actes de résistance à la ségrégation raciale, au tout début du mouvement pour les droits civiques. Il raconte la force symbolique que représente l’acte d’aller à la bibliothèque pour demander la Déclaration d’Indépendance et la Constitution, d’occuper des cafétérias, de faire la queue pour s’inscrire sur les listes électorales… « L’histoire des mouvements sociaux se focalise trop souvent sur les grands événements, les moments clés », conclut-il. « Ce qu’il y manque, ce sont les innombrables petites actions entreprises par des inconnus qui ont pourtant ouvert la voie à ces grands moments. Si nous comprenons cela, nous comprenons également que les plus infimes actes de protestation peuvent constituer les racines invisibles du changement social ». Souvent ignorés des médias et des politiciens jusqu’à ce que la contestation grossisse et ne puisse plus être tue, ces actes contribuent à faire bouger, insensiblement mais de façon irréversible, des lignes qui semblaient immuables. Howard Zinn relève l’importance des « intérêts bien compris » dans l’acceptation des changements, même si les comportements et les mentalités mettent plus de temps et que la marche vers l’égalité est longue et jamais acquise. Il raconte aussi comment son expérience d’aviateur pendant la Seconde Guerre mondiale lui a fait réaliser que, quelle que soit la justesse de la cause défendue, « l’environnement guerrier déshumanise tout individu qui s’y trouve impliqué et produit un fanatisme dans le cadre duquel les motivations morales originelles se trouvent ensevelies sous la montagne d’atrocités commises par les deux camps ». Et surtout, « à la fin de la guerre, Hitler et Mussolini avaient disparu et le Japon était vaincu, mais le militarisme, le racisme, la tyrannie ou le nationalisme délirant avaient-ils disparu avec eux ? Et les principaux vainqueurs, Etats-Unis et Union soviétique, ne se constituaient-ils pas un arsenal nucléaire qui laissait présager une guerre à côté de laquelle l’holocauste hitlérien paraîtrait bien modeste ? » Aucune guerre n’est donc légitime et Howard Zinn se fait le chantre de l’action directe non violente, « pas simplement de non-violence passive, encore moins de reddition, d’acceptation ou de complaisance, mais d’action, de résistance, de mobilisation avec la volonté affichée de réduire la violence au minimum. » Il s’oppose à la guerre du Vietnam, où il va récupérer trois prisonniers, et dénonce le soutien des Etats-Unis aux pire dictatures.

 

La force de la patience

Howard Zinn était « soucieux de remettre le plus grand nombre, avec son  quotidien et ses idéaux, à sa place d’acteur principal de l’histoire », rappelle en préface Thierry Discepolo. A la prétendue neutralité du savant, il préférait « l’honnêteté, valeur cardinale dans la recherche et l’exposition des faits », qui seule permet de voir ce qu’occultent les représentations imposées par les groupes dominants. Les Pères fondateurs ? c’étaient aussi de « riches Blancs esclavagistes »… Convaincu que « l’oppression raciale et l’oppression de classes étaient intimement liées », Howard Zinn est sensible à toutes les formes d’oppressions : celle de l’argent, de la puissance militaire, ou du statut social. A la misère et au mépris. Il est d’ailleurs l’auteur d’Une Histoire populaire des Etats-Unis, vendue à 300 000 exemplaires, réimprimée 24 fois et nommée pour l’American Book Award. C’est pourquoi il est attentif au « pouvoir ignoré » des gens ordinaires. Pour lui, une révolution, c’est avant tout la « simple combinaison d’affrontements courageux et d’obstination patiente ».

La patience est le mot clef de ce livre fondamentalement optimiste : « Aucun piquet de grève même tristement peu suivi, aucun rassemblement même clairsemé, aucun échange d’idées en public ou en privé ne devait être considéré comme insignifiant ». Aucune tyrannie ne résiste à la détermination des individus qui se retrouvent à défendre, ensemble, une cause commune. La désobéissance civile ? Un devoir citoyen : « Lorsqu’un gouvernement trahit ces principes démocratiques, c’est lui qui est antipatriotique ». Au contraire, « le vrai danger, c’est l’obéissance civile, la soumission de la conscience individuelle à l’autorité gouvernementale », porte ouverte à l’acceptation de toutes les dérives totalitaires et belliqueuses. S’il fait l’éloge de l’action collective, Howard Zinn est aussi confiant dans le fait que « les êtres humains ne sont pas des automates » et qu’individuellement, ils peuvent prendre des décisions qui vont à l’encontre de l’autorité et de l’ordre dominant. Et il conclut : « Ne pas croire en la possibilité de changements spectaculaires, c’est oublier que des changements ont déjà eu lieu ».

 

Par: Kenza Sefrioui

L’impossible neutralité – autobiographie d’un historien et militant

Agone, collection Eléments, 360 p., 12 €

 

La bienvenue et l’adieu

La bienvenue et l’adieu

Auteur : CCME

Emprunté au poème de Goethe, « La bienvenue et l’adieu » est une compilation d’actes issus du colloque « Migrations, identités et modernité au Maghreb » tenu du 17 au 20 Mars 2010 à Essaouira, qui retrace de manière poignante pour nous, les différentes vagues migratoires des juifs du Maghreb. Tantôt dictés par des contingences économiques, tantôt concrétisant un rêve religieux et mystique, tantôt obéissant à la pression du sionisme, ces flux migratoires ont été recontextualisés dans leur profondeur historique, leurs dimensions spécifiques et leurs enjeux politiques. Et comme pour toute migration décisive, qu’elle soit de gré ou de force, c’est un arrachement à un lieu, à des habitudes, à des traditions familiales où chaque membre de la communauté a besoin de se reconstruire pour reconstruire une autre vie. 

 

L’arrachement à la terre natale, rupture choisie ou forcée ?

Si les juifs algériens avaient délibérément choisi de se ranger du côté de l’Algérie française puis d’émigrer, pour la plupart en France, en tant que « pieds noirs », il n’en a pas été de même des juifs de Libye, alors sous occupation italienne alliée de l’Allemagne nazie. Certains ont subis le triste sort d’être déportés en Italie, où « la solution finale » était pratiquée par les nazis, d’autres seront tout bonnement envoyés à Auschwiltz, tandis que le reste s’est refugié en Tunisie attendant de pouvoir émigrer ailleurs… En Tunisie comme au Maroc, il y eu plusieurs vagues d’immigration vers la Terre sainte, l’Europe, le Canada et l’Amérique Latine. 

En dehors des motivations politiques et socio-économiques conjoncturelles, qui ont poussé, vers la fin du XX e siècle, les juifs du Maroc à émigrer en masse et disperser leurs communautés multiséculaires, le rêve du retour à Sion y a incontestablement joué un rôle important, donnant toute sa signification historique et culturelle à ces départs massifs et souvent précipités.

Certes l’alyah, - flux de migration vers la Terre sainte - n’était pas un phénomène nouveau. Pendant des générations, il y a eu des mouvements de pèlerinage, surtout des personnes âgées, dont certaines ont finit par s’y établirent pour des motivations mystiques. Le sionisme et le mouvement national juif en changeront le visage et les raisons, en exhortant les jeunes à venir y vivre et construire une société nationale nouvelle.    

    Cette 1ière alyah a cependant tourné à l’échec, suite à une grave crise économique ayant contraint la plupart des immigrants à retourner au Maroc. D’autres grandes vagues d’alyah se succéderont en 1947, 1954 et1961, essentiellement conduites par des institutions juives israéliennes.

Et parce que la migration est un arrachement à un paysage, à des habitudes et coutumes familiales, ces communautés qui ont quitté de gré ou de force leurs lieux de vie pour de nouveaux cieux, transporteront avec eux toute une communauté mentale dans leurs nouveaux lieux de vie, pour reconstruire a postériori leur ancienne vie familiale avec ce qu’elle comporte comme rituels liturgiques de leur judaïsme ancestral, comme musique et  cuisine judéo-marocaines, sources de plaisirs, où la mémoire gustative et olfactive joue un rôle essentiel.

 

Nécessaire travail de mémoire pour une reconstitution identitaire

Tout en partageant avec les communautés musulmanes certaines croyances populaires, comme les vertus de la magie, la vénération des saints et certains corpus oraux, poétiques et musicaux, les communautés juives du Maroc se sont construit une identité cocon pour sauvegarder leur foi et leurs coutumes de vie juive, notamment  vis-à-vis de la dhimma  - statut traditionnel des communautés juives en terre d’Islam.

De la même façon que ces communautés judéo-marocaines se sont forgés au Maroc une sorte de territoire symbolique, qu’il s’agissait de défendre et d’illustrer comme « la petite Jérusalem » que chacun porte en soi, de la même façon les juifs originaires du Maroc ont été amenés, depuis leur installation en Israël, à faire un travail de mémoire pour créer de nouveaux ancrages identitaires, devant servir de ponts de mémoire avec la culture israélienne, pour promouvoir une mémoire témoignage, fondée sur des souvenirs et des récits familiaux relatant les multiples fastes et facettes, les lueurs et les malheurs ayant forgé le judaïsme marocain et pour rester fidèles à eux-mêmes. Un devoir de mémoire qui est tout à la fois un devoir d’être, un devoir d’exister et un devoir de prospérer.

Comment alors imprimer un souffle constant à ce travail de mémoire qui incombe à ces communautés en tant que détentrices d’une certaine expérience, d’une certaine aventure humaine ? Comment interpeller les générations futures de leurs descendants ?

Comment canaliser et organiser ce travail de mémoire, qui est aussi un droit à la mémoire, en le rendant aussi attractif que pertinent pour les futures générations, dont le rapport à ce patrimoine est désormais indirect, médiatisé par de nouveaux savoirs et des nouvelles sensibilités ?

C’est que ces communautés ont besoin de s’organiser et se structurer pour perpétuer et transmettre les éléments les plus pertinents de leur patrimoine ancestral, de façon à assurer durablement un ancrage à leur identité. 

 

De nouveaux lieux de mémoire, pour un nouvel ancrage identitaire

Dans ce melting-pot israélien, les juifs d’origine marocaine ont appris que l’affirmation de leur mémoire identitaire n’est pas seulement une richesse humaine et un élément psychologique stabilisateur, mais aussi un enjeu sociopolitique et un projet politique mobilisateur. La rencontre entre une nouvelle identité israélienne dominatrice et la mémoire identitaire judéo-marocaine est aussi l’histoire d’une confrontation, d’une résistance et d’un redéploiement ayant forgé, 60 années plus tard, cette identité telle qu’elle se vit aujourd’hui.

C’est dans ce nouveau contexte que le ressaisissement identitaire des juifs marocains en Israël et ses prolongements dans le renouvellement de pratiques, de coutumes et de prises de conscience identitaires aura permis de sauvegarder, tout en le transformant, une certaine mémoire judéo-marocaine et son partage avec d’autres couches de la société israélienne. Ces nouveaux lieux de mémoire de la culture judéo-marocaine se sont illustrés à travers le développement sans précédent de la musique andalouse, le renforcement du culte des saints, les célébrations publiques de la Mimouna et les voyages de ressourcement au Maroc. Autant d’éléments qui jettent un pont entre leur ancienne vie communautaire, nourrie de cette terre formatrice et source d’inspiration et de nostalgie pour les centaines de milliers d'ascendance judéo-marocaine, dispersées de par le monde et son inscription dans la mémoire judéo-marocaine présente.

 

Par : Farida Lhassani- Ouazzani

 

La chasse à l’Islam

La chasse à l’Islam

Auteur : Sébastien Fontenelle

Sébastien Fontenelle décrypte la responsabilité des médias français dans la dangereuse banalisation des idées d’extrême droite.

 

C’est un florilège de tirades nauséabondes que recense le journaliste Sébastien Fontenelle (collaborateur du magazine Politis). Traitement du soulèvement des banlieues françaises en 2005, de l’affaire de la votation contre les minarets en Suisse, débat sur l’identité nationale… l’auteur fait l’inventaire. Un thème revient : la stigmatisation de l’Autre, en particulier des musulmans. Articles, dossiers, et publications s’additionnent, leur « attribuant collectivement des comportements négatifs jugés « caractéristiques » ». La véhémence de ces propos islamophobes « rappelle assez irrésistiblement celle de certains pamphlets racistes du début du XXe siècle ». « Le commentaire délirant du rapport de la religion musulmane aux valeurs – systématiquement présentées comme supérieures à celles des autres « civilisations » – de l’Occident devient une discipline discursive à part entière. » Une obsession, note Sébastien Fontenelle. Or ces propos ne sont plus tenus par la seule extrême droite, mais par des intellectuels et des journalistes parmi les plus en vue. Et la liste est longue : les écrivains Michel Houellebecq et Renaud Camus, les philosophes Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy, l’essayiste Pascal Bruckner, le polémiste Eric Zemmour, ainsi que des journalistes comme Alexis Lacroix et Ivan Rioufol du Figaro, Claude Imbert du Point, Christophe Barbier de L’Express

Ils se présentent en vaillants chevaliers défiant une (imaginaire) « police de la pensée », brisant une supposée « omerta », bravant « le couvre-feu idéologique en vigueur » pour aller « droit au but » et briser des « tabous ». Si bris de tabou il y a, c’est celui de l’honnêteté intellectuelle, car leurs méthodes, qu’analyse infatigablement l’auteur, sont loin d’être respectables. La subversion du sens des mots : l’antiracisme, le « progressisme » et la « bien-pensance » sont présentés comme une nouvelle dictature, et les antiracistes, comme « des racistes », « sentinelles d’un véritable totalitarisme de type globalement stalinien et doté d’un système « policier » dédié à l’interdiction de la libre parole ». Sic. Il y a aussi l’occultation des réalités par la « psalmodiation de fausses évidences », l’omission et le tronquage. La journaliste italienne Oriana Fallaci, admiratrice du négationniste Robert Faurisson, le présente comme un historien… Sans oublier l’amalgame, le raccourci et la prétérition. Ces procédés visent à mettre en place, explique Sébastien Fontenelle, « un dispositif idéologique nouveau, où la stigmatisation de l’Autre devient tout à fait admissible » car relevant d’un « sain esprit de résistance au conformisme ». Fantasme délirant d’une substitution des populations, fustigation de la « tyrannie de la repentance », refus de condamner la xénophobie « pour ne pas faire le jeu des xénophobes » (« étonnante pédagogie », ironise l’auteur)… Tous ces procédés recyclent des thèmes anciens de l’extrême droite et en banalisent les phobies « au nom d’un « iconoclasme » de pacotille » et d’un soi-disant « réalisme ». Mais personne ne traite les tenants de ces discours de xénophobes.

 

A quoi jouent les médias ?

Au contraire, ils ont un accès quasi illimité aux médias dominants, dans lesquels ils ne cessent de se poser en victimes. Jamais pourtant leurs carrières n’ont été brisées, ni même freinées, et leurs livres sont publiés à un rythme soutenu, au point de former un « filon éditorial ». Et leur ton n’a pas changé avec l’arrivée de leurs idées au plus haut niveau de l’Etat français, avec l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007… Sébastien Fontenelle dénonce la complaisance des médias vis-à-vis de ces idées et pointe, dans de fines analyses, de nombreux manquements à la déontologie. Par exemple, l’exploitation des fantasmes liés à l’islam dans la mise en page de L’Express, qui « a sélectionné, pour illustrer sa couverture, une photo où un minaret domine le clocher d’une église et des titres où voisinent, dans un très petit périmètre, le mot « islam », le mot « terroriste » et le mot « fondamentalistes ». » L’auteur met aussi en cause des publications plus engagées, comme Marianne ou Charlie Hebdo, qui se livrent aux mêmes stigmatisations des musulmans, mais « sous l’abri de ce que le sociologue Jean Baubérot appelle une « laïcité falsifiée » (où des truqueurs font dire « à la loi de Séparation de 1905 », qui réglemente le droit pour chacun de vivre sa foi sans être constamment harassé, le « contraire de ce qu’elle a réellement dit »), et au prétexte aussi, de protéger une « liberté d’expression » que rien ne menace », donc « sont regardées avec bienveillance par nombre de progressistes, qui dans le fond ne s’offusquent guère d’y trouver des considérations déclinées de celles qui ne se trouvaient naguère qu’à la droite de la droite ». Pour Sébastien Fontenelle, « c’est de longue date que la droite « décomplexée » s’autorise à reprendre à son compte des « propos » pris dans la propagande de l’extrême-droite – et c’est précisément au nom du « lever des tabous », tels que l’ont aussi théorisé dans le champ médiatico-intellectuel des clercs réactionnaires, que cette libération s’est faite ».

Or cette « sémantique de guerre civile » omniprésente a encouragé des passages à l’acte. « L’islamophobie, relève Sébastien Fontenelle, ce ne sont plus seulement des mots. C’est, aussi, une incessante série d’exactions, perpétrées sous la protection d’une étonnante discrétion médiatique, puisque si la presse dominante fait parfois l’effort de les signaler, elle s’abstient par contre de les montrer dans leur continuité, et de trop mentionner que leur nombre est en constante augmentation. » Le Conseil français du culte musulman réclame en vain la mise en place d’une mission d’information sur les violences qui se multiplient, et sont reléguées à la page des faits divers. Lorsque les crimes d’Anders Behring Breivik endeuillent la Norvège, Libération ne s’attarde pas sur la piste de l’extrême droite, mais se focalise sur la piste jihadiste… Et la presse ne s’appesantit pas « sur les sources où il a puisé sa doctrine » : Oriana Fallaci et Alain Finkielkraut… Le constat est sans appel, et la sonnette d’alarme ne saurait être tirée plus nettement.

 

Par: Kenza Sefrioui

 

Les briseurs de tabous : intellectuels et  journalistes « anticonformistes » au service de l’ordre dominant

La Découverte, 184 p., 14 €

 

Les caisses de retraites, une faillite annoncée !

Les caisses de retraites, une faillite annoncée !

Auteur : Haut Commissariat au Plan

En prévision des débats sur la situation des Caisses des retraites au Maroc ; le HCP a réalisé une étude sur la soutenabilité de leurs systèmes dont le rapport final a été rendu en décembre 2012. L’objectif de cette étude était d’analyser l’impact macroéconomique du vieillissement de la population à l’horizon 2050 avec des niveaux de couverture et d’activité prolongeant les tendances actuelles.

 

Le cadre de cette étude, sur le plan méthodologique, impose des limites à son diagnostic et ses conclusions. Celle-ci a eu toutefois le mérite  de bien illustrer et mettre en relief un aspect très important. Le système en cours n’est pas durable et court après une catastrophe quasi certaine. Le système de retraite marocain se compose actuellement de trois régimes publics obligatoires (CMR, CNSS et RCAR) et un régime facultatif (CIMR) géré par le secteur privé.

La population cotisante à ces régimes de retraite, s’élevait  en 2009 à près de 2,7 millions de travailleurs avec un accroissement annuel moyen de 4,1%, contre un nombre de bénéficiaires avec un taux d’accroissement annuel moyen de 6,6%. Le rapport démographique global des caisses de retraite est passé de 15 actifs pour un retraité en 1980 à 3,9 actifs en 2009.

Ce déséquilibre croissant s’accompagne de la baisse du niveau des cotisations des différentes caisses depuis 2005 pour atteindre 3,2% du PIB en 2009, celui des dépenses n’a cessé de s’accroitre pour atteindre 2,9% du PIB en 2009. En conséquence, l’excédent financier de l’ensemble des caisses diminue, passant de 0,95% du PIB en 2005 à 0,33% en 2009.

L’implacable  transition démographique

L’effectif des personnes âgées de 60 ans et plus passerait de 2,7 millions en 2010 à 10,1 millions en 2050, année où elle représenterait 24,5% de la population totale. Le nombre de personnes en âge d’activité par personne âgées de 60 ans et plus se situerait à 2,4 individus en 2050 au lieu de 7,7 en 2010.

Les quatre régimes à caractère général couvrent actuellement à peine 27% de la population active en 2009, niveau nettement plus faible comparativement à d’autre pays (60% dans les économies en transition et 80% dans les pays de l’OCDE)

La CNSS enregistre la progression annuelle la plus élevée de la population affiliée entre 2000 et 2009, soit de 5,1%, le rapport démographique pour la CNSS reste relativement élevé par rapport aux autres régimes de retraite. Il est aux alentours de 5,4 actifs pour un bénéficiaire, au lieu de 1,2 actif dans le RCAR, de 2,1 dans la CIMR et de 2,7 dans la CMR.

Au terme des quarante prochaines années, la population du Maroc passerait de 31,9 millions d’habitants en 2010 à 41,4 millions en 2050. L’évolution démographique est caractérisée par une baisse progressive des effectifs de la population jeune. La population âgée de 15 à 59 ans s’accroîtrait jusqu’en 2040, passant de 20,5 millions en 2010 à 24,9 millions en 2040, et baisserait progressivement pour atteindre un effectif de 24,1 millions en 2050.

Chômage et faiblesses de grilles de protection sociale

L’évolution du nombre de travailleurs et des cotisants dévoile deux problèmes importants qui pénalisent l’économie marocaine : le niveau faible du taux d’emploi, c’est-à-dire du ratio entre le nombre de travailleurs et la population en âge de travailler (15-64 ans), et du taux de couverture, c’est-à-dire du ratio entre le nombre de cotisants et le nombre total de travailleurs. Le taux d’emploi, à cause des taux d’activité faibles (notamment des femmes) et des taux de chômage élevés, est inférieur à 50% et le taux de couverture ne dépasse pas 31%. Afin de résoudre le problème du financement des retraites il serait indispensable d’agir sur le taux d’emploi et le taux de couverture.

Le ratio entre le nombre total de retraités et le nombre total de travailleurs couverts passerait entre 2010 et 2050, de 25% à 57,3%. La situation la plus alarmante concerne la CNSS dont les dépenses devraient atteindre 3,6 % du PIB en 2050, alors que pour la CMR la dépense des retraites serait de 2,8% du PIB. En particulier, la dépense totale devrait représenter 7,7% du PIB à l’horizon 2050, alors qu’en 2010 elle ne représente que 3% du PIB.

Le tournant  dangereux  de l’an 2023

L’écart croissant entre les dépenses et les recettes va générer des déficits considérables (5,1% du PIB en 2050), notamment à cause des déficits générés par la CNSS (2,7% du PIB en 2050). Le système de retraite actuel est par conséquent insoutenable.

Il est toutefois important de souligner que les déficits calculés ici sont des déficits techniques, c’est-à-dire calculés en tenant en considération uniquement les cotisations perçues et les retraites versées. En réalité, chaque caisse perçoit des recettes supplémentaires liées à la rémunération des réserves accumulées.

Le résultat du scénario de base de cette étude  montre que les réserves deviendraient négatives en 2023 pour la CNSS, en 2029 pour la CMR et en 2050 pour le RCAR. Pour la CIMR, par contre, les réserves resteraient positives pour toute la période prise en considération. Les réserves totales deviendraient négatives à partir de l’année 2032.

Quelques pistes à explorer

A partir de ce constat alarmant, l’étude explore les pistes possibles d’équilibre ; elle suggère d’abord la fusion des régimes actuels à l’exception de la CIMR. Tous les individus appartenant au nouveau régime fusionné seront soumis aux mêmes règles concernant les cotisations versées et les retraites perçues. Avec un tel scénario la situation financière du nouveau régime serait améliorée. En 2050, le déficit de ce nouveau régime représenterait 3,1% du PIB et, en ajoutant le déficit de la CIMR, le déficit global représenterait 3,3% du PIB contre 5,1% prévu pour le système actuel. Mais ce régime nouveau aurait beaucoup d’inconvénients ; notamment une perte pour les retraités appartenant à des caisses qui garantissent un taux de remplacement supérieur à 60% (CMR et RCAR). De plus, le taux de cotisation étant fixé à 25% dans nos simulations, la fusion des caisses comporte une perte de pouvoir d’achat pour les travailleurs cotisants.

L’étude reconnait cependant que « les difficultés financières qui caractériseront le système de retraite marocain pourraient être allégées en agissant sur le taux d’emploi et le taux de couverture, qui apparaissent actuellement excessivement faibles ».Cela  permettrait de réduire nettement le déficit total du système de retraite, même s’il resterait à des niveaux plutôt élevés pour l’économie (2,1% du PIB en 2050) affirment les auteurs de cette étude..

Une autre mesure est explorée en complément,  celle d’augmenter l’âge légal de départ à la retraite avec l’hypothèse de la retraite à 62 ans contre 60 ans actuellement. Cependant, les avantages ne semblent pas suffisamment intéressants selon l’étude.

Bref le rapport du HCP estime que la réorganisation institutionnelle des caisses de retraite permettrait d’alléger les dépenses de l’État à long terme et de stabiliser le ratio des cotisations par rapport au PIB .De même au Maroc, où l’économie est caractérisée par un niveau très faible du taux de couverture et des taux d’activité, notamment des femmes, les opportunités d’intervention sont bien plus importantes à ce niveau .sans apporter de recettes précises il attire l’attention des responsables sur la nécessité d’ un cadre de cohérence globale, prenant en considération un souci d’équité et la réforme du marché de l’emploi. « Une réforme du système de retraite devrait être accompagnée par la mise en place d’autres mécanismes de solidarités alternatifs. » Affirme le rapport en conclusion !

 

Par : Bachir Znagui


Les évolutions du capitalisme depuis la seconde guerre mondiale instaurent, au nom d’une rentabilité absolue, une logique de destruction : du travail, de l’humain, et au final, de la vie.

Les évolutions du capitalisme depuis la seconde guerre mondiale instaurent, au nom d’une rentabilité absolue, une logique de destruction : du travail, de l’humain, et au final, de la vie.

Auteur : Jean-Paul Galibert

 

Cinglant. Le pamphlet de Jean-Paul Galibert grince d’amère ironie face à une réalité terrifiante. Le philosophe relève que dix mille suicides se produisent chaque année en France, soit un toutes les 40 minutes (deux fois plus que de morts sur la route) et que, malgré cela, la réduction du suicide n’est que le 92e objectif sur les cent que compte la loi de 2004 sur la politique de santé publique. Et d’en conclure que cette société « produit des suicides », est « suicideuse ». « Le suicide est le plus indétectable des meurtres sociaux » : pas de massacre, aucune contrainte, aucun coût, aucun risque pénal… c’est « la mort ultralibérale ».

Car c’est bien du système économique mondial qu’il s’agit. L’auteur souligne en effet que les employés et les ouvriers se suicident trois fois plus que les cadres. Le capitalisme traditionnel exploitait les travailleurs mais avait quand même un « double souci d’existence et d’humanité », qui rendait son exigence de rentabilité relative. La rupture date de la seconde guerre mondiale : « On prend tout à coup conscience que le patronat allemand a pu employer presque gratuitement les millions d’esclaves des camps de la mort, tandis que les bombes atomiques américaines révèlent que les démocraties elles-mêmes peuvent fort bien décider de détruire les humains par centaines de milliers » : les germes d’une « société d’extermination » sont semés, comme l’avait déjà relevé François Emmanuel dans son roman, La Question humaine (Stock, 2000 – adapté au cinéma en 2007 par Nicolas Klotz). « Auschwitz et Hiroshima ont sonné le glas de l’obligation proprement capitaliste d’assurer l’existence du travailleur en lui versant un salaire minimal ». L’heure est désormais à l’hypercapitalisme et à ses corollaires : l’hyperrentabilité, qui n’admet aucune charge ni responsabilité ; l’hyperdestruction, c’est-à-dire le démantèlement de l’appareil productif, puisque les usines ne subsistent plus que dans les pays de non droit tandis que les pays du Nord voient proliférer des activités de tourisme, loisirs, publicité, etc. ; enfin l’hypertravail, qui consiste à vendre au consommateur son propre travail imaginaire en lui faisant croire à l’hyperréalité, la réalité, si valorisée, des images et du virtuel.

 

Société d’extermination

Michel Foucault avec décrit les « sociétés de discipline », Gilles Deleuze les « sociétés de contrôle », on est désormais dans une société suicidaire, qui fonctionne sur la dépréciation systématique de l’humain, le réduisant à un consommateur aussi jetable que ce qu’il doit consommer. La liberté du consommateur après 1968 supposait une offre et des stocks énormes : « Au lieu de répondre à la demande, on s’est mis à la créer de toute pièce. A l’espoir, qui fait désirer à chacun ce qu’il veut, on a préféré le désespoir, qui fait que tous désirent la même chose ». Et pour ce faire, les médias de masse ont largement été mis à contribution. La télé, cette « glu des yeux et des cerveaux », vous persuade que votre vie est un échec ; Internet vous donne une « deuxième chance » : « vous pouvez réussir dans le virtuel tout ce que vous avez raté dans le réel, à condition d’imaginer et de payer. » Un « braquage », en somme. L’idéologie hypercapitaliste s’appuie aussi sur le « néofascisme d’entreprise », qui dévalorise les travailleurs par la précarité qu’il engendre, et qui, avec ses rythmes effrénés, donne des « ordres de négligence » dont le but est de faire « accepter d’avance toutes [les] morts possibles ». Autre levier : la peur. Jean-Paul Galibert note que « la moitié du temps et de l’espace de l’information est consacrée à l’entretien de la terreur » : OGM, pesticides, amiante, Fukushima, cancer, sida, Médiator… Car « la terreur fait bien vendre les journaux, bien regarder les télés, bien regarder les publicités […] bien consommer, bien voter ». Au « fétichisme de la marchandise » du capitalisme, l’hypercapitalime prône un « totémisme de la terreur ». L’auteur relève la multiplication des conduites à risque chez les jeunes, des jeux suicidaires dès l’école primaire et de la dépendance aux drogues – un « business » où l’Etat prélève des taxes allant parfois jusqu’à 80 % du prix de vente. Emblème de cette société d’élimination : la téléréalité « où il n’y a plus de gagnant, il n’y a plus que des survivants » et dont l’enjeu est d’isoler les gens chez eux. « Peu à peu, le caveau devient notre idéal de sécurité », ironise Jean-Paul Galibert, qui rapproche l’hyperamitié des réseaux sociaux, où l’humain se réduit à une liste d’amis virtuelle, de la liquidation des Indiens d’Amérique, parqués dans leurs réserves. L’isolement provoque en effet la dépression et l’autodestruction ? L’hypercapitalisme nie l’existence en tant que fait et la  transforme en un « bien extérieur », commercialisable donc périssable et soumise à approbation. Les travailleurs deviennent précaires ? L’hypercapitalisme « vous présente votre exploitation comme une joie désirable ». Tant pis pour les suicidés victimes de Monsanto ou de Coca-Cola.

Négation de tout, de l’humain comme de la réalité, ce système n’hésite pas non plus à tenter de détourner la révolte qui s’accumule à son encontre. « Il tente de faire passer le suicide, le fondement morbide de sa domination, pour l’expression même de la révolte ». La façon dont les médias relient les attentats-suicides, les immolations politiques et les tueurs fous est, pour Jean-Paul Galibert, le summum de l’indécence, car elle transforme les faits en « programmes de suicide-spectacle » : « Un pas de plus, et le grand capital va venir faire la révolution pour vous, chez vous, juste pour vous rendre service », ironise-t-il. Or présenter ainsi le suicide, comme une révolte « hypermédiatique, autodétruite, et prête à l’oubli », vise à faire oublier le syndicalisme, la loi et la lutte collective. A ce « nouvel ordre mondial » morbide, l’auteur oppose l’indignation, morale, collective et non violente. Et il rappelle le choix d’Hamlet, non entre une existence sans vie et une vie sans existence, mais entre l’art et la révolte. A nous de savoir trancher.

 

Par: Kenza Sefrioui

 

Suicide et sacrifice, le mode de destruction hypercapitaliste

Jean-Paul Galibert

Editions Lignes, 88 p., 13 €


La fiscalité au Maroc selon le conseil économique et social

La fiscalité au Maroc selon le conseil économique et social

Auteur : Conseil économique et social

L’un des documents les plus intéressants  réalisé par le  conseil économique et social  CES  aura été consacré à la fiscalité. Il s’intitule « Le système fiscal marocain, développement économique et cohésion sociale ».Publié au mois de novembre (2012), il a le mérite  d’avoir soumis au débat public la plupart des problématiques de la fiscalité marocaine et ce,  malgré toutes les limites et les insuffisances  qu’on pourrait imputer à un tel travail. «  Le système fiscal marocain souffre de carences importantes, dans sa pratique et la gestion de la relation entre l’Administration fiscale et les citoyens, ainsi que dans l’incivisme fiscal qui fait que de grands pans de l’activité et de nombreux contribuables continuent d’échapper à l’impôt. » Ainsi  le conseil qualifie-t- il  la situation. S’interrogeant sur la capacité du système fiscal à être un facteur favorisant la production nationale et dans quelle  mesure  l’impôt pourrait être perçu comme un facteur de création de lien social et de solidarité, il révèle  les soucis de ses rédacteurs ;  le déclin visible de la classe dite moyenne et ses effets sur le tissu social.

Le rapport part déjà d’un contexte  décisif, Les réalités du marché international exigent la réforme des mécanismes majeurs qui régulent l’économie marocaine : système fiscal, système de protection sociale, système de compensation, système de solidarité, système de péréquation régionale dans le cadre de la nouvelle politique de régionalisation... Ces mécanismes sont interdépendants affirme- t- il , parce qu’ils sont tous basés d’un côté sur le principe du prélèvement (impôts, cotisations sociales, taxes), et de l’autre sur les mécanismes de redistribution des ressources. l’actuel  système fiscal marocain est issu de la loi-cadre12 n° 3-83 relative à la réforme fiscale adoptée par la chambre des représentants le 20 décembre 1982.

La réforme des années 80 dont les principes ont été énoncés par et promulguée par le dahir n° 1-83-38 du 23 Avril 1984 ; elle s’est traduite par  un élargissement de l’assiette  et l’introduction de  la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) en 1986; puis  l’impôt sur les sociétés (IS) en 1988 et enfin l’Impôt Général sur le Revenu (IGR) en 1990. Depuis, de nombreuses réformes ont été introduites par les lois de finances successives de 2000 à 2011 dont le résultat a été:

  • Réforme des droits d’enregistrement en 2004
  • Amorce de la réforme de la TVA en 2005
  • Élaboration du livre des procédures fiscales en 2005
  • Élaboration du livre d’assiette et de recouvrement en 2006
  • Regroupement des textes fiscaux dans un même volume : le Code Général des Impôts édité en 2007
  • Intégration de la taxe sur les actes et conventions dans les droits d’enregistrement en 2008 ;
  • Élaboration de la note circulaire globale publiée finalement en 2011.

Aujourd’hui, le nombre des impôts et taxes n’est pas aberrent en soi (environ 79 recensés). A titre de comparaison, le système fiscal Français compte plus de 214 prélèvements obligatoires en 2008.Mais on s’interroge surtout sur son efficience et ses missions de régulations.

Comment les recettes fiscales se structurent aujourd’hui ? Tandis que la part des impôts directs dans l’ensemble des recettes fiscales connait une sensible régression (43% en 2011 au lieu de 45% en 2006), la part des impôts indirects dans l’ensemble des recettes fiscales passe de 38% en 2006 à 44% en 2011. Quant à la part des droits de douane, elle enregistre une régression en passant de 11% en 2006 à 6% en 2011.

Les recettes fiscales totales ont atteint 173,5 milliards de dirhams en 2010 au lieu de 167,3 milliards en 2009, soit plus de 6 milliards de dirhams de recettes supplémentaires. L’année 2011 a enregistré également des recettes additionnelles par rapport à 2010 de plus de 10 milliards de dirhams pour atteindre 184,3 milliards de dirhams.

 

Evolution de la structure fiscale

 

 2009

 2010

 2011

 Impôts directs

 41,5%

 35,9%

 36,9%

 Impôts indirects

 51,7%

 56,8%

 56,4%

 Enregistrement et             Timbre

 5,4%

 5,8%

 5,7%

 Majorations

 1,4%

 1,5%

 0,9%

 total

 100

 100

 100

Selon ce rapport la dominance des impôts indirects est conforme à la tendance observée dans certains pays développés ou en développement comme la France, Turquie et la Tunisie. En effet, en France, la TVA à elle seule nette des remboursements représente près de 51,33% des recettes fiscales.

Comment se présente la pression fiscale  au Maroc ? Si l’on croit ce rapport, elle est en train de  diminuer passant de 26,9% en 2008, à 22,8% en 2009 et 2010.A titre de comparaison, les recettes fiscales rapportées au PIB pour les pays analysés se présentent comme suit :

 

 

 Pays

 Maroc

 Tunisie

 Turquie

 France

 Espagne

 Roumanie

 Finlande

 Pression       fiscale

 22,80%

 21,20%

 22,00%

 42,90%

 31,70%

 19,10%

 42,10%

 

 

Mais à regarder de plus près, il y a quand même des déséquilibres flagrants dans notre système  .Au Maroc 82% des recettes de l’I.S proviennent de la performance de 2% des sociétés et 73% des recettes de l’I.R sont perçues sur les salariés du secteur public et privé. La faible contribution des personnes physiques non salariées (commerçants, entrepreneur exerçant à titre individuel, professions libérales) est très remarquée.

 

Evolution du nombre des contribuables

De même, la TVA ne touche pas de grands pans de l’activité économique. Des circuits entiers de production ou de distribution restent en effet en dehors du champ des impôts, alourdissant d’autant la part supportée par le secteur formel, et plus particulièrement les entreprises les plus transparentes.

Une autre remarque concerne spécifiquement la fiscalité locale, formée d’une multitude d’impôts et taxes, lourds à gérer et d’une faible rentabilité.

Au niveau des dépenses fiscales au Maroc le rapport constate notamment la prédominance des dérogations au profit des activités immobilières. Au nombre de 41 mesures, elles enregistrent une hausse de 22,0 % et représentent 16,9 % des dépenses fiscales évaluées en 2011. Les dépenses fiscales afférentes aux conventions conclues avec l'Etat se rapportant à l’exonération de tous impôts et taxes au profit des programmes de logements sociaux en cours, s’élèvent à 1.126 MDHS, dont 798 MDHS pour la T.V.A et 328 MDHS pour l'I.S.Les dépenses concernant l’agriculture sont estimées à 4,3 milliards de MAD et représentent 13,4% des dépenses fiscales totales, alors qu’elles ne présentent que  2% des recettes fiscales totales (hors TVA des collectivités locales).Le rapport expose la question de la fiscalité dans le secteur agricole . Il appelle à une étude approfondie pour la mise en place de la fiscalité agricole à lancer rapidement. Soulignant l’importance de l’évaluation régulière des effets du système fiscal en général ; Il a mis en exergue  la nécessité et la pertinence de la qualité de l’information sur les dépenses fiscales pour plus de contrôle de leur efficacité.

Il note aussi que la pratique du système fiscal reflète une relation conflictuelle entre l’administration et les contribuables ne facilitant pas l’adhésion à l’impôt… Il reconnait que « le contrôle n’est pas en effet orienté vers les contribuables les moins transparents et opérant dans l’informel ou l’opacité » !De nombreuses critiques sont donc formulées à l’égard du contrôle fiscal et des voies de recours mises en place jugées non efficaces. La même critique est également formulée à propos du système des sanctions.

Le tableau et le graphique ci-après récapitulent l’évolution par rapport à l’importance du revenu des taux effectifs d’imposition des différents revenus et gains

 

Revenu ou gain Brut

Salaires sans charges Sociales

Salaires avec charges Sociales obligatoires

Dividendes

Intérêts

Loyers

Plus Values

2 500,00

0%

22%

37%

30%

0,00%

20%

5 500,00

4%

24%

37%

30%

1,45%

20%

8 000,00

9%

26%

37%

30%

3,68%

20%

8 500,00

10%

27%

37%

30%

4,27%

20%

10 000,00

13%

28%

37%

30%

6,33%

20%

11 000,00

14%

29%

37%

30%

7,39%

20%

14 000,00

18%

31%

37%

30%

10,16%

20%

16 666,66

20%

32%

37%

30%

11,80%

20%

20 000,00

23%

34%

37%

30%

13,24%

20%

25 000,00

26%

37%

37%

30%

14,67%

20%

30 000,00

28%

38%

37%

30%

16,02%

20%

36 000,00

30%

39%

37%

30%

17,15%

20%

70 000,00

34%

42%

37%

30%

19,90%

20%

80 000,00

34%

43%

37%

30%

20,00%

20%

100 000,00

35%

43%

37%

30%

20,77%

20%

200 000,00

37%

44%

37%

30%

21,78%

20%

 

 

Ce tableau fait ressortir notamment que :

- Les revenus fonciers sont les moins imposés ;

- L’imposition des revenus de travail tend à s’égaliser avec celle des dividendes mais uniquement à partir d’un niveau de revenu très élevé ;

- La prise en compte des charges sociales alourdit le niveau des prélèvements sur les salaires.

Le rapport retient aussi que la répartition des recettes générées par l’IR entre les salariés et les autres contributeurs montre la concentration de la charge fiscale sur les salariés sans pour autant qu’il soit démontré que les revenus perçus par ces derniers soient plus important que les revenus et profits réalisés par les autres contribuables.

Le rapport indique que les statistiques officielles en 2011 indiquaient que 115 000 entités soumises à l’IS déclarent un déficit de manière répétitive, soit 65% de la population totale d’assujettis. Une situation d’autant plus anormale que 2% des entreprises paient 80% de l’IS.

Le redéploiement fiscal peut être difficilement réalisé sans l’intégration du secteur informel dans le champ de l’impôt. La lutte contre l’informel ne saurait se faire par la sanction. Pour cela, les avantages que procure la légalité doivent être suffisamment attractifs et lisibles.

Parmi les recommandations finales de ce rapport, la revendication d’une fiscalité qui s’articule de manière forte avec les autres axes des politiques ; l’amélioration de la transparence des pratiques fiscales, une fiscalité qui permet de lutter contre la spéculation ; et encourage le secteur productif et l’investissement… le rapport estime aussi que la programmation fiscale et une meilleure connaissance du patrimoine et des engagements de l’Etat sont les garants d’une fiscalité plus claire.

Par: Bachir Znagui

 


Le monde multipolaire et mondialisé vit au rythme d’une guerre permanente et multiforme pour le contrôle des richesses stratégiques.

Le monde multipolaire et mondialisé vit au rythme d’une guerre permanente et multiforme pour le contrôle des richesses stratégiques.

Auteur : Frédéric Charpier

 

On connaissait les batailles des « guerres chaudes » et les rivalités sourdes de la guerre froide. Aujourd’hui, la mondialisation, en ce qu’elle suppose de compétition économique, a institué un état de guerre généralisée. « Sur ce champ de bataille où le combat paraît souvent indécelable se déploient des forces insoupçonnées qui utilisent des « armes » aussi bien conventionnelles qu’inédites et sophistiquées. La ligne de front qui oscille entre un cabinet d’affaires de Wall Street et une opération de maintien de la paix en Afghanistan décide ainsi du choix des armes ». Dans ce contexte, il n’y a ni ami, ni allié et « le retard ne se rattrape pas ». Le journaliste d’investigation Frédéric Charpier fait l’inventaire des forces en présence et de leurs armes, anciennes et nouvelles. Dans une synthèse remarquablement documentée, il remet en perspective de nombreuses affaires et leur donne sens en les reliant aux grands enjeux géostratégiques. La France apparaît ainsi en perte de vitesse face aux Etats-Unis qui, dans cette compétition mondiale, ont une grosse longueur d’avance. Les champs de bataille ? L’Irak, l’Afrique… D’autres puissances sont aussi impliquées dans cette « course effrénée à l’hyper-puissance » qui ponctue les relations internationales depuis l’effondrement de l’empire soviétique et l’apparition d’un monde multipolaire : l’Union européenne, mais aussi Israël et la Chine…

S’affirmer comme puissance, c’est contrôler les richesses et les ressources dans les domaines stratégiques que sont l’énergie, l’industrie de la défense, l’aéronautique et, bien sûr, le traitement de l’information. Il faut « conquérir les matières premières vitales indispensables à la prospérité future des économies », mais aussi les savoir-faire permettant de les stocker et de les exploiter. Ainsi la guerre n’est plus le fait des seuls militaires et stratèges : elle implique désormais des « guérilleros en col blancs » (avocats, hommes d’affaires, hauts fonctionnaires, agents secrets, etc.) « Les Etats y engagent des moyens considérables – services secrets, réseaux d’influence, cabinets d’enquête privés ou encore centres de recherche… – et soutiennent des fondations elles aussi largement mises à contribution. Ils recourent aux ONG, les organisations non gouvernementales, qu’ils peuvent manipuler ou instrumentaliser, ainsi qu’aux chambres de commerce, aux cabinets d’avocats d’affaires, aux sociétés militaires privées ou encore aux fonds d’investissement (ou hedge funds), véritables et modernes chevaux de Troie. » D’où la guerre des monnaies. D’où la crise de la dette européenne, directement liée à l’instrumentalisation des institutions financières de haut niveau pour manipuler les agences de notation. Les coulisses de l’ONU ou de l’OMC, les banques sont les nouvelles lignes de front. La dénationalisation de l’industrie pétrolière et la remise en cause par les Américains de la primauté des industriels français sont le véritable enjeu de la guerre en Irak. Les renversements de chefs d’Etat en Afrique (Côte d’Ivoire, Mauritanie, Madagascar) servent des intérêts qui dépassent largement les enjeux de politique intérieure. La lutte contre la corruption, noble cause s’il en est, est elle-même instrumentalisée.

 

La course à l’information

 

Dans ce contexte, l’information et la recherche scientifique sont déterminantes. Les héros en sont les cryptographes, mathématiciens, ingénieurs en télécommunications, informaticiens, linguistes, spécialistes des interceptions, du décodage et de l’analyse des messages transmis par GSM, Internet ou fax. La « guerre de l’information » est en effet cruciale dans la guerre commerciale et industrielle. L’espionnage classique se double de nouvelles pratiques. On subventionne des laboratoires universitaires, des agences gouvernementales ou des sociétés privées pour financer des programmes de recherche dans les domaines stratégiques : nanotechnologies, biométrie, robotique, lutte contre les armes bactériologiques, nouvelles ressources énergétiques, exploitation des ondes térahertziennes (qui permettent de détecter des explosifs et des mines). « Les Etats ne lésinent en effet sur aucun moyen, usant de tous ceux qu’ils jugent nécessaires à la lutte impitoyable qu’ils mènent sous les auspices de la guerre du renseignement dont l’action s’étend de la censure au contrôle des populations en passant par l’espionnage militaire, économique ou diplomatique ». Les réseaux sociaux sont largement mis à contribution pour collecter des informations, orchestrer des opérations de propagande, voire créer de fausses identités dans le cadre d’opérations clandestines. C’est la course au contrôle de l’Internet et à l’appropriation des banques de données, souvent via l’intrusion informatique (un ordinateur sur cinq serait utilisé à l’insu de son propriétaire). Les Etats-Unis sont le leader mondial en la matière. Ils contrôlent le Système interbancaire de paiement électronique (l’européen SWIFT, qui concerne 95 % des transactions financières internationales). Via un complexe montage financier, ils se sont accaparés les secrets de la société française Gemplus, leader mondial de la carte à puce. En septembre 2013, le Utah Data Center devrait être opérationnel. Ce centre d’écoute et de stockage d’informations ultra-sécurisé, d’un coût de 2 milliards de dollars, pourra casser les codes les plus récalcitrants au profit de la National Security Agency (NSA) et des entreprises industrielles et des institutions financières des Etats-Unis avec lesquelles elle est en étroite collaboration depuis plusieurs décennies. « Connaissant la mainmise que les Etats-Unis cultivent déjà dans la gestion et le contrôle des réseaux Internet et le quasi-monopole qu’y exercent les firmes informatiques et les fabricants de logiciels américains, l’on peut raisonnablement s’inquiéter de la création de ce centre d’espionnage qui augure mal, dans le futur, du caractère équitable du commerce international », conclut Frédéric Charpier. On peut aussi s’inquiéter de la protection de la vie privée, de la question de la souveraineté des Etats – puisque les seuls véritables acteurs de l’Histoire sont ceux qui ont une politique de recherche, les autres étant réduits à un champ de bataille – et de la régulation des relations internationales… Un livre palpitant, qui pose des questions politiques de fond.

 

Par : Kenza Sefrioui

 

L’économie, c’est la guerre : les agents secrets au service du big business

Frédéric Charpier

Seuil, 300 p., 21 €


Au discours misérabiliste de l’Occident sur l’excision des femmes africaines, deux femmes répondent en reposant le problème du pillage du continent.

Au discours misérabiliste de l’Occident sur l’excision des femmes africaines, deux femmes répondent en reposant le problème du pillage du continent.

Auteur : Aminata Dramane Traoré et Nathalie M’Dela-Mounier

 

C’est un pamphlet, dans la droite ligne du J’accuse de Zola, de Césaire ou de Frantz Fanon. Aminata Dramane Traoré, essayiste et ancienne ministre de la Culture et du Tourisme du Mali, et Nathalie M’Dela-Mounier, enseignante et documentaliste en France, cosignent un très beau petit livre, dont la verve emprunte au chant ses accents enflammés. Elles sont « femmes-couleurs vêtues de noire colère et drapées dans un rire indigo » et en ont assez du discours « misérabiliste et condescendant » de l’Occident qui n’écoute les femmes africaines que quand elles se plaignent de leur pauvreté et leurs mutilations génitales. La situation féminine est prise pour seul critère de l’état de développement et de démocratie de leurs pays mais, « de la violence de l’ordre économique mondial, il est rarement question ». Face à la dénonciation unanimement scandalisée de l’excision, Aminata Dramane Traoré et Nathalie M’Dela-Mounier rappellent qu’une mutilation de bien plus grande ampleur doit aussi être dénoncée : « l’excision économique », qui, elle aussi « rabote », « taille » et « coupe », et « peut tuer aussi sûrement, aussi salement, mais […] le fait en silence avec l’assentiment des puissances occidentales ». Et elles ironisent : « Que ceux qui s’inquiètent pour l’intégrité de nos corps et s’affairent […] à comprendre ce qui se passe sous nos pagnes se préoccupent aussi, avec autant de rage et la même indignation, de l’autre fer, l’ajustement structurel qui nous mutile et nous tue ainsi que les nôtres. En toute impunité ». Ce texte, écrit en septembre 2012, dans un Mali déjà amputé des deux tiers de son territoire et bien avant l’intervention militaire française, dresse le tableau, terrifiant mais si familier, des ravages du néocolonialisme et du libéralisme sauvage. Crise institutionnelle, spectre de la famine, chômage et pauvreté de masse, échec du système éducatif, émigration forcée, prolifération d’armes après la guerre en Libye… La cause des femmes dans ce contexte ? « une question d’image et de financements extérieurs à engranger » pour des gouvernants corrompus et des partis politiques en lice pour prendre leur place  et  « exceller dans la soumission au même système économique ». Quant aux associations de femmes et aux ONG, elles « s’interdisent de relever les contradictions et les incohérences des politiques dites de développement » car elles dépendent de ces financements… Pour les auteures, ce n’est pas que la cause féminine ne soit pas légitime, mais elle ne doit pas être instrumentalisée pour occulter le vrai problème : le droit des peuples d’Afrique à l’initiative historique, à la liberté et à « penser le changement de l’intérieur de nos sociétés, en définir le contenu, les moyens et le rythme ». Ce livre militant invite à « ne pas se tromper de défis économiques, politiques et culturels », à être lucide et à œuvrer à « la seconde libération du continent ».

 

Contre l’instrumentalisation de la cause féminine

 

Après les décolonisations, il s’agit en effet de se défaire de « l’ordre cynique du monde », dont les femmes sont parmi les premières victimes. Aminata Dramane Traoré et Nathalie M’Déla-Mounier livrent un réquisitoire contre la politique ultralibérale. Politique délibérée de pillage des immenses richesses de l’Afrique, elle met le continent sous coupe afin de faire main basse sur les matières premières nécessaires à la sortie de crise des Etats occidentaux. Elle instaure un marché déloyal où le vendeur ne peut pas fixer les prix de ses matières premières, qu’il exporte en quasi-totalité sans valeur ajoutée, et s’épuise dans le service de la dette. « L’appel à l’investisseur étranger est le sport préféré d’une élite qui, en libéralisant à tour de bras, a contribué à la ruine du Mali », s’indignent les auteures. « Les privatisations imposées au nom de l’efficacité et de la rentabilité ont sonné le glas de l’industrialisation, laissant les multinationales s’emparer des secteurs stratégiques de nos économies ». Cette politique, surtout, viole la souveraineté des Etats, puisqu’elle démantèle toute politique sociale au nom des ajustements structurels qui privent les gens d’éducation et de santé, affament les travailleurs, au point que « vivre est une prouesse ». 40 % des populations vit avec moins d’un dollar par jour, contre 19,2 % dans le reste du monde. 40 millions d’Africains pourraient, d’ici 2020, mourir de faim, de maladies guérissables, ou de guerres évitables, sans oublier les ravages du réchauffement climatique. Aminata Dramane Traoré et Nathalie M’Déla-Mounier dénoncent aussi la corruption qui récompense l’adhésion d’élites aliénées à cette politique. Elles concluent sans appel à « l’échec du développement mimétique » du modèle productiviste et consumériste et mettent en cause la dimension idéologique de ce système. Car pour « formater les peuples et organiser la ponction des richesses nécessaires aux pays « développés » », il faut éliminer les modes de vie traditionnels qui laissent place aux rapports non marchands et font appel à une régulation collective.

La force de ce livre, outre son style, est de raconter le pillage et de décrire l’injustice de cet ordre du point de vue des femmes, qui font preuve face aux épreuves du quotidien et de la misère d’un courage extrême. Les femmes refusent de se poser en victimes de leurs hommes ou de leurs cultures, elles sont victimes d’une politique mondiale qui se moque bien de leurs souffrances et de leurs deuils. Elles refusent d’être du « bétail électoral » pour de sinistres farces dont elles sont exclues. Elles dénoncent le double discours du FMI et de la Banque mondiale. Elles revendiquent au contraire la « démarchandisation de leurs sociétés » et appellent à fonder une véritable démocratie sur la valeur du badenya, « qui lie les enfants de la mère par l’affection, par le sens de la responsabilité et du partage ». Et de conclure : « Nous avons puisé une eau trouble dans le puits sans fond de notre ignorance entretenue, mais elle ne nous désaltérait pas, pire, elle nous agaçait la bouche et nous laissait sur notre soif. Nous ne voulons plus boire de cette eau-là ».

 

Par : Kenza Sefrioui

 

L’Afrique mutilée

Taama éditions, diffusion l’Oiseau indigo, 64 p., 7,50 €


Une leçon de management venue du Sud : Cas de l’OCP

Une leçon de management venue du Sud : Cas de l’OCP

Auteur : Pascal Croset

Tout concorde pour confirmer aujourd’hui la bonne santé de l’OCP et ce, malgré la conjoncture internationale difficile. Cela n’était paradoxalement pas le cas moins d’une décennie auparavant malgré une situation internationale favorable. De 1976 à 2006, il y avait des hauts et des bas, mais surtout un endettement chronique et l’absence d’une visibilité pour l’activité de la plus grande entreprise marocaine. Comment une telle mutation a été possible ?

 

Quelques Chiffres clés 2011 pour le Groupe OCP :

« L’ambition au cœur de la transformation, une leçon  de management venue du Sud », est l’ouvrage de Pascal Croset, édité chez Dunod, qui présente les raisons de ce succès au niveau du management. L’auteur est titulaire d’un doctorat en gestion de l’École polytechnique ; après avoir dirigé le service de l’analyse stratégique au sein de la direction générale du CNRS français‚ son parcours professionnel se situe exclusivement dans le monde du conseil en stratégie et management. En 2006‚ Pascal Croset  crée sa propre structure‚ PRAXEO Conseil, spécialisée dans  la conduite du changement et de la transformation des organisations.

 Sur son profil Viadeo  Croset se décrit lui-même ainsi :   « j'aime profondément mon métier de consultant, que je pratique dans le domaine du management de l'innovation, de la recherche et de la stratégie. Je crois à ce métier, s'il est pratiqué avec exigence, le souci de le réinventer et de s'y améliorer. »

En tout cas son profil semble avoir séduit le patron de l’OCP. M .Mostafa Terrab, PDG de cette grande entreprise publique marocaine, qui l’a convié à prendre connaissance de ce parcours de redressement réalisé de 2006 à 2010. Dans la préface succincte portant la signature du PDG de l’OCP celui-ci  explique  qu’ «  en donnant  un accès privilégié à l’auteur…nous nous sommes donné le moyen d’apprendre sur nous-mêmes … ».

L’avant propos  de Michel Berry, spécialiste des mines et  de la gestion apporte un éclairage sur le travail de Croset. Cet  Ingénieur général des Mines‚ directeur de recherche au CNRS ; directeur du CRG (centre de recherche en gestion de l’École polytechnique) de 1974 à 1991 ; est  actuellement responsable de la série Gérer & Comprendre des Annales des Mines‚ animateur de l'École de Paris du management et rédacteur en chef de La Gazette de la Société et des Techniques. Il a participé indirectement à l’aventure de cet ouvrage.

M Berry relève que les réponses aux problèmes de management sont toujours  singulières car elles doivent tenir compte des contextes locaux ; lesquels  dépendent souvent d’aspects techniques, institutionnels, culturels et individuels particuliers. Les questions par contre sont les mêmes partout, puisque il faut équilibrer les comptes, trouver des financements, nouer des collaborations, bref rendre ou bâtir  la prospérité et la compétitivité d’une entreprise.

Croset estime que les leçons de l’OCP ont un intérêt managérial pour tous ceux des dirigeants qui cherchent à opérer des transformations radicales dans leurs entreprises.

Cet office créé en 1920 pour exploiter les mines de phosphate par les autorités du protectorat représente aujourd’hui 3% du PIB marocain et 20 % des exportations marocaines en valeur. Mais  cette  structure mastodonte du secteur public  marocain  était surendettée aux débuts des années 2000, très bureaucratique et sans visibilité ; elle a amorcé ses changements avec l’arrivée d’un nouveau PDG en 2006 .A la fin des  quatre années  suivantes, le redressement a pu avoir lieu. On pouvait dire que le groupe est sorti durablement de l’impasse. Comment cela a pu avoir lieu ? C’est ce que raconte Croset en un récit passionnant sous l’angle du management  des transformations de l’OCP.

 

Les comptes financiers de l’OCP

En 2006 les blocages étaient nombreux à l’OCP, blocages structurels, internes, externes etc.… L’audit financière annonçait que l’OCP était dans l’impossibilité d’établir des comptes consolidés à cause du défaut d’information financière et l’absence  de l’harmonisation comptable entre les sociétés du groupe. Après un travail colossal des auditeurs, le rapport concluait que les capitaux propres étaient négatifs à hauteur de 15,9 milliards de Dirhams, les pertes de l’exercice  se montaient à 12,2 milliards de DH pour un chiffre d’affaires global de 23,5 milliards de DH. On notera ainsi  parmi les premiers acquis de la nouvelle direction, la présentation dès 2007d’un bilan consolidé du groupe dont les données étaient pour la première fois  publiques !

 

Le gouffre de la CIR

L’un des boulets qui plombaient la santé financière de  l’OCP était la caisse interne des retraites CIR. Certes, à partir de 2001, toute nouvelle recrue de l’OCP était affiliée automatiquement à la RCAR, mais la caisse continuait à gérer la retraite des salariés embauchés avant cette date. La nouvelle direction a réussi l’exploit de la signature le 19 juillet 2007 d’un accord entre l’Etat, le groupe et la CDG. Il  stipulait l’externalisation de la caisse de retraite OCP vers la RCAR avec un montage où la CDG paierait  33milliards de DH à la RCAR  mais deviendrait par la même occasion actionnaire au capital de L’OCP. Cette solution ne s’est pas concrétisée finalement car une envolée des cours du phosphate a permis à l’OCP de réaliser l’opération en 2008 sans soutien externe. Le groupe a réussi ainsi à retrouver une marge de manœuvre financière moins restrictive dès ce moment.

 

Changement de statut et d’organisation :

Une  stratégie du groupe a été globalement établie dès  2007. L’un de ses  premiers outils fut le  changement du statut, d’un office régi par une loi qui remonte à l’époque du protectorat, OCP est passé ainsi en 2008 au statut de société anonyme détenue par l’Etat.

Dès 2006, OCP a procédé à la mise à jour du niveau de complexité du système productif, à l’identification des opportunités d’accroissement de la marge par l’optimisation du système et la recherche d’un modèle des couts, d’où  la possibilité dès la fin de cette année d’une visibilité couplant les possibilités des produits des différents sites miniers, avec les outils de transformation disponibles (Chimie et engrais) vis-à-vis du marché international.

L’OCP avait également le problème de sa propre dimension  géographique, mais a pu mettre  en confiance les sites locaux pour trouver l’équilibre idoine entre pouvoirs du centre et de la périphérie, notamment grâce à l’importance consacrée par la direction à la question de la production.

Les transformations apportées au  volet organisationnel, ont concrétisé  une décentralisation rapide, la mise en place d’un pole commercial inexistant jusqu’alors et la création d’un pole industriel unique où sont réunies les mines et la Chimie lesquels étaient séparés.

 

Une nouvelle approche commerciale

La mission du nouveau pole commercial a prouvé son importance dès 2007 lors des négociations avec les grands clients internationaux du groupe ; notamment avec l’Inde. Il était question pour la première fois d’améliorer les marges et non pas seulement d’augmenter les volumes .Les succès engrangés par cette démarche ont permis  l’émergence de départements tel que celui du marketing, ainsi que des unités de veille, d’analyse stratégique et de planification.

 

La performance du volet industriel au cœur de toutes les transformations

OCP a défini sa stratégie  optant dès  2007  pour l’augmentation de la capacité de production du phosphate brute à hauteur de 70 %, la réduction des coûts de production de 30 à 40%, et la construction sur le sol marocain de la plus grande plateforme mondiale de production des engrais à l’horizon des dix prochaines années. Une ambition dont la nouvelle société OCP a bien les moyens  et fait d’elle désormais un élément puissant sur le marché international.

Au cœur des transformations le volet industriel avec une progression substantielle des investissements ayant pour objectifs :le développement des capacités de production ,le renouvellement des équipements devenus vétustes, mais aussi , l’installation de pipelines pour réduire les coûts de transport, un programme d’optimisation global et une gestion durable des gisements.

Sur la période examinée Croset évoque la période du « shut down », moment très dangereux de la fin 2008 et début 2009, avec l’effondrement des cours au niveau du marché international .Il décrit à ce propos  comment tous les outils de l’OCP et de sa nouvelle stratégie ont été alors soumis à l’épreuve et démontré leur efficience .En matière  de gestion de la production aussi bien que de la gestion des fluctuations des cours  la flexibilité des outils fut confirmée.

La nécessité de redéfinir ses métiers de base et sa stratégie commerciale ont été couplées avec une certaine régénération de ses ressources humaines. L’OCP qui a renouvelé ses équipes dirigeantes à travers un choix minutieux des profils et une capacité d’écoute au sein de la structure même. Le groupe a cherché à stimuler et synchroniser  toutes les énergies faisant converger  les compétences,  engageant  tous au même enthousiasme, leur faisant porter un rêve durable partagé par tous, de la tête de la hiérarchie à sa base.OCP  est passé de 2006 avec 17000 salariés à 19000 en 2010. En termes de management, il s’agissait de valoriser les talents qui sont au sein de l’entreprise et la recherche de profils adaptés aux nouveaux besoins de l’OCP même à l’extérieur ; en matière de   revenus pour les agents et cadres, cela correspondait à une amélioration salariale de + de 30% sur la même période rompant ainsi avec plus d’une décennie de restrictions.

La recherche-développement est un volet de la nouvelle stratégie OCP, même si ses contours ne se sont clarifiés qu’à partir de 2010.Elle a été examinée  progressivement depuis 2007,et une perspective a été définie au niveau de ses objectifs et les moyens mis à sa disposition ;L’OCP se dit prêt à engager 3 à 5% de son chiffre d’affaires dans ce secteur ; à l’échelle interne cette dimension fut unifié en direction  intégrée au pole industriel, actuellement treize plateformes expérimentales sur les sites de production et un réseau international de recherche(Recherchephos) sont déjà opérationnels.

 

Schéma inséré en page 165 du livre de Pascal Croset

Pascal Croset  décrypte les aspects concrets du management à l’OCP ayant accouché finalement des transformations recherchées. Comment un patron fraichement nommé à la tête d’une entreprise publique sclérosée - ayant ses fortes pesanteurs –est- il  parvenu à prendre celle-ci en main ? Puis,  comme la situation n’était pas  confortable, comment  il a réussi à déstabiliser sans démotiver les forces vives de l’organisation de cette entreprise? Puis  sur deux aspects différents et importants  l’auteur décrit la démarche de la nouvelle direction, le premier concerne le besoin pressent de l’expertise dans plusieurs domaines .Aussi en vue de sortir de l’impasse, l’OCP a fait appel à des bureaux de conseil et des consultants, le management de ceux-ci et la gestion de la tension entre expertise et management dans le contexte réel  , sont des éléments mis en évidence par  l’auteur comme étant un processus réussi et fécond. Le second aspect  concerne la cohésion de l’organisation entre anciennes et nouvelles  générations des dirigeants  de l’OCP, puisqu’on pouvait craindre la confrontation, il en fut autrement, l’intégration des nouvelles équipes a été progressive, constituant ainsi un autre exemple réussi du management  des ruptures.

Il fallait une dose d’incertitude ou de chaos, la nouvelle direction  a supporté et toléré sciemment cela, en prévision de l’ordre nouveau devant succéder aux transformations radicales. L’auteur met en relief l’attitude  de M .Terrab en tant que spécialiste de la théorie des systèmes, celui-ci  réalisait mieux la nécessité de se fixer des repères différents par rapport à ceux des temps plus calmes.

En 2010 OCP était en mesure d’extraire et de traiter  30 millions de tonnes de phosphate brut, de fabriquer 3 millions de tonnes d’acide phosphorique et 4 millions de tonnes d’engrais.

D’ici 2020, OCP vise à doubler les capacités de la mine et à tripler celles de la chimie. 115 milliards de MAD d’investissements seront consacrés à ce programme de développement. C’est cette leçon là, venue du Sud que Croset propose aux managers de partout, y compris ceux du Nord.

 

Par : Bachir Znagui


Quel gouvernement pour la nouvelle ère ?

Quel gouvernement pour la nouvelle ère ?

Auteur : McKinsey

Si McKinsey a réussi à s’imposer comme le géant mondial du conseil stratégique, c’est en tirant profit de son implantation, à travers 82 pays et de ses relations privilégiées avec leurs dirigeants. Pour autant, son modèle économique ultra libéral n’a pas eu que des succès. Les scandales liés à l’affaire Eron et la faillite de Swiss air, Kmart et Global Crossing ont entachés sa réputation.

C’est probablement l’une des raisons pour lesquelles  le fameux cabinet propose de  se mettre à la recherche d’une approche novatrice de la gestion de la chose publique, en vue de doter les gouvernements de la capacité de mieux appréhender, anticiper et réagir aux forces qui induisent le changement.

 

MCG, UN NOUVEL OUTIL AU SERVICE D’UNE NOUVELLE APPROCHE

Cette « réorientation » se révèle chez Mckinsey par la création d’un nouvel instrument : le Mckinsey Center for Government (MCG), qui vise à explorer les meilleures approches adoptées, de par le monde, pour la résolution de problèmes communs.  Ce centre est désormais actif  depuis  l’ouverture d’un portail et la publication d’un ouvrage ayant le même intitulé.

Le Centre de McKinsey pour le gouvernement (MCG) se présente comme  une nouvelle plate-forme mondiale pour la recherche, la collaboration et l'innovation dans la performance du gouvernement. S'appuyant sur un réseau d'experts externes et des praticiens de McKinsey, MCG espère proposer aux gouvernements des connaissances à nouvelles et éprouvées ainsi que des outils pour faire face aux défis cruciaux de notre temps.

 

COMMENT TRANSFORMER LE GOUVERNEMENT ?

La réflexion globale du cabinet McKinsey se base sur plusieurs éléments, en premier la réalité des changements qui se déroulent au 21ème siècle affectant les aspects technologiques et économiques et où les gouvernements ont au moins le rôle d’accompagner sinon celui de guider et d’assurer une visibilité stratégique et une cohérence politique. Secundo, ces changements affectent l’emploi, les grilles de protection sociale, l’éducation, la formation, les sciences, l’information et …

Mckinsey constate aussi les changements  survenus sur les services de l’Etat par les nouvelles organisations  issues des NTIC et leurs effets sur les politiques urbaines et territoriales ainsi que la mobilité des individus et des marchandises. D’où de nouveaux besoins, de nouvelles compétences, voire de problématiques complètement nouvelles.

McKinsey  semble  désormais axer son approche sur le capital humain, comme élément essentiel à toute  stratégie gagnante. Les citoyens ont droit à un égal accès aux services et doivent davantage être impliqués dans la gestion de la chose publique.

Pour réfléchir sur le nouveau gouvernement du 21 ème siècle ; le cabinet a sollicité la contribution d’une pléiade de personnalités politiques, de la société civile, économistes, experts en politiques publiques, généralistes et spécialistes.

A travers la publication qui accompagne le lancement du centre, on se trouve dans le contexte tonifiant des réflexions les plus pertinentes en matière de gouvernement sur la quasi-totalité des questions les plus actuelles et importantes. Pour illustrer la primeur du travail de ce centre,  nous avons choisi de présenter ci-dessous la synthèse des  propos de deux contributeurs très significatifs dans ce dossier .

 

1 – Tony Blair*: Conduire le changement pour répondre aux exigences du 21e siècle. 

Capitalisant sur son expérience de premier ministre de la Grande Bretagne, Tony Blair nous expose sa vision d’un gouvernement innovant à partir des 5 leçons qu’il en a tirées : 

Au cœur de ce processus, figure la construction de nouvelles capacités institutionnelles et humaines, devant orchestrer les partenariats entre les secteurs public et privé et les ONG, et développer les outils requis pour une exécution efficiente.

  • La politique du 21ème siècle sera, de plus en plus, post-idéologique en dépit des clivages partisans, pour être davantage axée sur la construction d’un système capable de favoriser la croissance en créant des opportunités pour tous, une meilleure qualité de services de santé et de l'éducation et d’assurer la sécurité.
  • Impulser le changement systémique - par opposition à une réforme au coup par coup – est un élément essentiel à tout gouvernement moderne prêt à « remettre en cause l'acquis » pour suivre le rythme d’un monde en mutation rapide. 
  • Chaque problématique nécessite une analyse conceptuelle claire et rigoureuse, allant d’une orientation politique pour aboutir à une solution spécifique.
  • Une plus grande interaction entre les secteurs privé et public, devrait permettre d’envoyer pour quelque temps dans le privé, les meilleurs de la fonction publique, avant de réintégrer leur poste.
  • L'innovation doit circuler dans toutes les directions pour permettre à tous  les pays d’en apprendre les uns des autres.

 

2 - François-Daniel Migeon* : Comment transformer le gouvernement en France ?

C’est aux commandes de la Direction Générale de la Modernisation de l'État (DGME), lancée en 2007, que ce diplômé de Polytechnique, va conduire les programmes de réformes visant la transformation du gouvernement français, à la fois pour en améliorer l'efficacité et le rendre plus à l’écoute des citoyens.  Il est aussi celui qui a développé une nouvelle vision de gouvernement fondée sur la notion centrale de « l'agilité ».

 

La simplicité, facteur d’amélioration de la qualité

Les premières réformes engagées ont visé la suppression de 150.000 postes dans la fonction publique qui ont permis d’économiser 15 milliards €, sur la période 2009 à 2013, et dont la moitié sera consacrée à l’augmentation de salaires des effectifs restants.

L’amélioration de la qualité a été pensée sous le prisme de la simplicité, à partir d’un sondage ayant fait ressortir la complexité perçue des relations avec l’administration, tant pour les entreprises que les citoyens.

Les efforts déployés pour en réduire l’impact ont inspiré, à leur tour, la mise en place d’un baromètre de mesure de la qualité.  Pour mesurer la simplicité, on a pris en compte ce que l’on appelle « les évènements de la vie » tel le mariage pour les citoyens ou l’ouverture d’une succursale pour les entreprises.  

Une liste différenciée de 50 « événements de la vie » pour les citoyens et les entreprises, a permis d’établir les différents degrés de complexité pour en réduire sensiblement les effets.

 

L’écoute du citoyen, une nouvelle culture de changement

La mise en œuvre de ces réformes a eu un véritable impact sur les mécanismes internes du gouvernement, l’incitant à développer de nouvelles capacités de changement.

La création d’une école de formation spéciale a permis de répandre le savoir-faire et d’impulser un changement de culture.  

Le fait de mettre l’accent sur les attentes des citoyens a aussi eu un effet de levier tel, qu’il a atteint un niveau élevé de pertinence, de collaboration interministérielle et de soutien politique, dans la recherche d’une réponse collective.

 

L’agilité, une notion innovante des capacités d’anticipation

Une vision du type d'administration modèle est esquissée, en vue de soutenir le processus de transformation, axée sur la notion d'agilité, c'est-à-dire la capacité de :

  • Coordonner l'ensemble des acteurs publics et privés pour anticiper et réagir rapidement aux grands changements sociaux, pesant sur la demande de service public.
  • Evaluer systématiquement les politiques et mécanismes existants afin de concevoir des approches plus ciblées et plus pertinentes.
  • Impliquer les citoyens, les représentants, les entreprises ayant des intérêts divergents pour définir une vision partagée de la fonction publique de demain.

 

Par: Farida Lhassani-Ouazzani

 

Pages