La contemporanéité des concepts de Fatéma Mernissi : Harem & Confinement
Télécharger PDF

La contemporanéité des concepts de Fatéma Mernissi : Harem & Confinement

En cette période de confinement, les concepts de Fatéma Mernissi ont des choses à nous dire. Le monde se retrouve enfermé dans un espace clos et contraint à la réclusion. Comme dans un « harem », nous avons besoin d’une permission pour entrer et sortir. Mais, quand Mernissi, au-delà de la dimension spatiale, a étendu le sens du « harem » au monde immatériel et intangible, elle lui a assuré une place durable dans l’expérience de l’enfermement.

Interview with Sari Hanafi: The state of sociology in the MENA region.

By your personal background and your involvement in regional scientific and academic institutions, you have touched on the most sensitive issues of the region, do you think human sciences can make this region’s problems more intelligible?

Appel à candidatures : Biennale Leadership

Appel à candidatures : Biennale Leadership

Jeudi, 14. novembre 2019 - 17:00 Au Samedi, 16. novembre 2019 - 18:30

Jeunes leaders intéressés par l'entrepreneuriat et le leadership. Cet appel à candidatures est pour vous!! Formation gratuite. Nombre de places limité! 

La fondation HEM, Heinrich Böll Stiftung, les Citoyens en partenariat avec le conseil régional de Casablanca -Settat lancent la biennale du leadership.

Dans sa volonté de penser le leadership non seulement comme une fin en soi, ni une simple voie d’accomplissement individuel, le programme Ra’ed espère à travers cette biennale faire émerger des idées innovantes permettant au leadership de servir le développement socio économique, durable et inclusif du Maroc. Cela part d’une position éthique relayant l’ambition personnelle avec le désir de collaboration et d’atteinte d’objectifs ayant un impact sur l’essor collectif et le commun. L’ensemble des ateliers est construit sur une méthode de co-construction, de maïeutique et d’émergence organique d’idées et d’initiatives. Le but pour chaque groupe est de présenter des intuitions potentiellement innovantes à faire porter par la société civile, la recherche et surtout qui permette des synergies productrices de sens. 

- Profils recherchés 

Jeunes âgés entre 25 - 34 ans avec une expérience d'au moins deux ans, dans le domaine associatif, intéressés par le leadership et l'entrepreneuriat.

Vous avez droit de vous inscrire dans un seul atelier de votre choix. 

Les personnes intéressées, doivent s’inscrire en ligne au plus tard le 09 octobre 2019 à 12h. Les candidats incluront leur curriculum vitae.

Les frais de déplacements et l'hébergement sont pris en charge par le programme.

Pour toute information supplémentaire, veuillez nous contacter sur le  05 37 65 14 25  ou sur mahjoubi.imad@hem-edu.ma 

 À quoi s'attendre pour la biennale du leadership? 

  • Atelier 1 :Développement du Leadership: 

Co-animation : Yasmina El Kadiri et Fatima Zahra Touzani 

  • Atelier 2 : Leadership et création de valeur 

Co-animation : Said Abou Sheleih et Loubna Oudghiri

  • Atelier 3 : Leadership et participation politique

Co-animation : Latifa El Bouhsini et Mohammed Alami Berrada

Vous pouvez vous inscrire à l'un des trois ateliers de formation avec des intervenants hautement qualifiés.

Le programme complet comprend également des interventions en plénière, des éclairages de chercheurs et des séances de réseautage.

 

- Objectifs de la biennale 

Conçue dans le cadre du projet Ra’ed, Génération Leaders Citoyen  la biennale du leadership se veut : 

  • Une rencontre scientifique, internationale, ouverte sur les disciplines 

  • Un lieu d’apprentissage pour les jeunes leaders des expériences des pairs

  • Un espace de mise en réseau entre leaders, jeunes et séniors

  • Fédérer autour du thème du leadership plusieurs réseaux sociétaux de jeunes leaders engagés, issus de Ra'ed et de programmes tiers  pour un échange de savoirs et d’expériences et pour initier des coopérations.


Géopolitiques de la culture, l’artiste, le diplomate et l’entrepreneur

Auteur : Bruno Nassim Aboudrar, François Mairesse et Laurent Martin

Cultures en guerre

Dans la compétition interétatique à l’échelle mondiale, la culture figure au nombre des armes employées. Analyse d’un phénomène ancien mais récemment théorisé.

Malgré un discours persistant sur leur caractère éthéré, l’art et la culture sont profondément géopolitiques, c’est-à-dire pris et constitués de dimensions politiques et économiques des plus terre-à-terre, voire des plus brutales. Trois chercheurs français de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 s’intéressent à ce dispositif complexe. Bruno Nassim Aboudrar est professeur d’histoire et de théorie de l’art, François Mairesse, professeur d’économie de la culture et de muséologie, et Laurent Martin professeur d’histoire et codirecteur du master Géopolitique de l’art et de la culture. Tous trois cosignent un ouvrage où ils abordent cette vaste question par le prisme des relations internationales. « En quoi l’art est-il géopolitique ? » Ce fil conducteur les amène à entrecroiser la perspective de l’histoire, des sciences politiques et de l’économie, mais aussi l’étude des imaginaires construits dans la confrontation et la négociation. Ils s’intéressent tour à tour aux différentes figures impliquées dans ces formes de compétition : les artistes, les diplomates et les entrepreneurs. Le phénomène n’est certes pas nouveau, mais les reconfigurations actuelles du monde lui donnent, estiment les auteurs, une acuité particulière.

De la géopolitique de l’art à l’art géopolitique

La première partie, la plus historique, se penche sur la « géopolitique des artistes » et sur la manière dont ceux-ci, soit aux côtés de l’État, soit en opposition avec lui, ont été associés à un projet national, et leurs œuvres impliquées dans les rivalités politiques. Les auteurs soulignent la « naturalisation de la notion d’art national » à coup de concepts comme le climat, le milieu, la race, le génie… Ils décryptent, avec l’histoire de la biennale de Venise, comment cet événement international a battu en brèche l’acception de « généricité universelle de l’art ». À partir d’exemples comme le Paris de l’entre-deux-guerres ou le « melting-pot » américain, ils analysent l’articulation entre art national et dimension internationale, suscitant tantôt enthousiasme tantôt rejet. Ils envisagent ensuite la circulation des concepts et des références hors du monde occidental : le terme de modernité renvoie à des pratiques très différentes au Japon, où « ce qui peut apparaître comme un emprunt se révèle en fait constitutif de la nationalisation (au sens de devenir national) moderne des arts à une échelle, à l’époque, de plus en plus mondiale – et aujourd’hui réellement « globale » », en Iran où on redécouvre les grandes civilisations millénaires et dans l’Amérique latine des « dévorateurs de modernité ». Avec la guerre froide et les indépendances, les récits des anciens colonisateurs sont contestés. L’école de Casablanca, plaidant pour une abstraction en droite ligne des traditions plastiques anciennes (ce qui n’est pas un « mythe », contrairement à ce qui est écrit) ou l’art de combat de la révolution palestinienne, s’inscrivent dans des logiques de libération et de réappropriation. Plus récemment, les œuvres se font elles-mêmes géopolitiques, « pas seulement par les positions qu’elles expriment, mais par les agencements plastiques matériels et immatériels qui les constituent ». Elles « ne résultent pas d’une commande politique passée par un État, une ONG ou une autorité, ne commémorent pas d’événement diplomatique ou guerrier, mais cherchent plutôt à faire éprouver au spectateur un fait géopolitique dans la complexité de ces dimensions ».

L’évolution de l’arsenal conceptuel

Les trois auteurs s’intéressent ensuite à l’axe de la diplomatie culturelle et aux rapports entre culture et politique depuis la Seconde Guerre mondiale, à l’échelle internationale et transnationale. Ici, les rapports de force sont envisagés non plus à l’échelle des États, mais à celle des différents acteurs, étatiques et non étatiques, « pris dans des relations souvent dissymétriques qui obéissent à des logiques de pouvoir, de puissance, de compétition plus que de coopération ». Développement, mondialisation, décolonisations, anti-impérialisme, démondialisation…, entre hégémonies et résistances, chaque période invente des notions pour orienter la façon dont la relation à l’autre entité prend forme. Les auteurs entrecroisent ici l’histoire, depuis la France de Louis XIV à l’émergence de la Chine, et l’inventaire des pratiques et de leur arsenal conceptuel. La diplomatie culturelle classique appelait les échanges et les relations, la coopération, le rayonnement : il y était question de prestige, de diffusion d’une langue. Depuis les années 1970, il est plutôt question de diplomatie d’influence, au sens plus large : on se veut moins élitiste et paternaliste, il est question non pas seulement de langue et d’arts, mais de dossiers comme la santé, le climat, les marchés, la sécurité, les migrations… Entre approche réaliste et idéaliste, la doctrine s’interroge sur l’efficacité d’actions trop directes qui évoqueraient la propagande. Les auteurs pointent le « paradoxe d’une action qui en appelle aux valeurs universelles pour défendre des intérêts nationaux ». De plus en plus, s’impose dans ce domaine une « stratégie de management de l’image », d’où l’apparition, sous la plume de Joseph S. Nye, de la notion de soft power, de smart power et de nation branding. La puissance n’est plus seulement fonction des armes ou de la monnaie, elle tient à la capacité d’un pays à « influencer les autres pays, à les persuader d’agir dans un sens favorable à ses intérêts ». La culture, en tant que matrice des imaginaires, et le contrôle des sources et vecteurs de l’information, y sont centraux. De même, les acteurs en sont moins l’État que la société civile, dans une approche plus multilatérale. Si le smart power consiste en un continuum entre soft et hard power évoluant selon les circonstances, le nation branding apparaît comme le dernier avatar du concept de géopolitique de la culture. Les auteurs s’interrogent sur la pertinence de son volontarisme, qui se heurte nécessairement à des stéréotypes difficilement modifiables, sur celle de considérer une opinion publique comme une clientèle à séduire et surtout sur sa méthode panachant scientificité et normativité. « Fonds de commerce de cabinets de conseil stratégique », le nation branding est une « vision marketing de la diplomatie », dont les réalisations dépassent rarement le discours performatif. Un inventaire très complet des acteurs étatiques, interétatiques et non étatiques illustre les variations autour des hiérarchies et des questions de représentation, mettant toujours en jeu les notions de prestige, d’universalisme, de différentialisme, pour construire une gouvernance complexe, à multiple niveaux.

Enfin la troisième partie porte sur les ressorts économiques – dans le cadre d’une logique de marché – qui influencent voire instrumentalisent la culture. Les auteurs montrent, l’exemple de Bilbao à l’appui, comment investir dans la culture n’est plus une conséquence de la richesse mais vise à la produire. « Les rapports de force entre les pays se conçoivent de plus en plus, y compris sur le plan culturel – à partir d’une logique commerciale et industrielle ». Des rapports profondément inégalitaires, avec une très forte concentration des éléments de soft power et des industries créatives productrices de la culture mainstream à l’échelle du monde. Et même quand des notions comme celle de diversité culturelle prétendent échapper à cette logique de libéralisation, la reconnaissance n’est que de principe, tant règne la logique de marque et de la concurrence. Si cette lutte de pouvoir dans laquelle est prise la culture est « une guerre sans morts ni destructions », mais bel et bien une guerre, d’aucuns sont fondés à estimer qu’en tant que mode de façonnement des imaginaires, elle ne constitue pas un soft power, mais un hard power.

 

Kenza Sefrioui

Géopolitiques de la culture, l’artiste, le diplomate et l’entrepreneur

Bruno Nassim Aboudrar, François Mairesse et Laurent Martin

Armand Colin, 320 p., 25 €


Pause_R : Quelle différence entre management et leadership ?

Hamid Bouchikhi, professeur à l’ESSEC Business School, à Paris, et Yasmina El Kadiri, enseignante à HEM et chercheur à Economia, à Rabat, définissent la notion de leadership. Au micro de Murtada Calamy, ils expliquent la différence qu'elle recèle avec le management et ses implications organisationnelles.

Pause_R est le podcast mensuel de mise à disposition des savoirs de Economia, le centre de recherche HEM, TelQuel et l’Agence universitaire de francophonie (AUF).

 

Interview with Jörg GERTEL : Coping with uncertainty

Question 1: Your work (co-authored with R. Hexel) and titled "Coping with Uncertainty: Youth in the Middle East and North Africa, ( in arabic مأزق الشباب في الشرق الأوسط وشمال أفريقيا Beirut, Dar al-Saqi, 2019) presents the results of a quatitative study conducted on a large scale in 2016 and addressing the situation of youth in the region (Morocco, Tunisia, Bahrain, Jordan, Lebanon, Palestine, and Yemen) in a Post-Arab Spring context, what are the main lessons you have retained from the study?

Entretien avec Imed MELLITI : L’opportunisme politique n’a pas que des méfaits !

L’une des particularités de Imad Melliti réside dans le fait d’avoir choisi les adolescents du monde arabe comme objet de sa recherche sociologique. Il se définit comme faisant partie d’une mouvance qui a essayé de réhabiliter les approches qualitatives en Tunisie, cherchant ce que peut apporter la parole de l’acteur social ordinaire, ses catégories et son point de vue. « Nous avons intérêt, au Maghreb aujourd’hui, à creuser davantage ce sillon et à donner plus de place à la recherche qualitative qui travaille sur l’enjeu du sens », dit-il.

Défense et illustration des libertés académiques

Auteur : Médiapart

Contrer la réaction

Le colloque "La savante et le politique" rappelle l’importance des savoirs situés et leur dimension fondamentalement politique.

La science est politique, rappellent les 22 contributeurs et contributrices du colloque organisé par les sociologues français Éric Fassin et Caroline Ibos du 7 au 10 juin 2021, La Savante et le politique, dont les actes sont publiés sous la forme d’un eBook en téléchargement gratuit disponible dans le Club Médiapart. Aujourd’hui, explique en préface le directeur de publication du site Edwy Plenel, intellectuels, chercheurs et journalistes font face, au-delà des différences de leurs écosystèmes professionnels à une menace commune : « la fin de la vérité. De la vérité comme exigence, recherche et audace, production et vérification, confrontation et discussion ». Les politiques néolibérales et réactionnaires dégradent les conditions d’enseignement et s’en prennent aux savoirs critiques. En France, puisque c’est surtout à partir de là qu’est étudié ce phénomène généralisé (Turquie, Suisse, Serbie, Colombie, Brésil, Hongrie, Royaume-Uni, États-Unis…), sous l’étiquette très peu scientifique d’« islamo-gauchisme », on récuse toutes les recherches – études sur la race, le genre, l’intersectionnalité, études postcoloniales et décoloniales, écriture inclusive… – qui « parlent des formes de domination – et donc de la liberté et de l’égalité, valeurs universalistes », au nom en plus de l’universalisme, de la liberté d’expression, voire de la neutralité axiologique. C’est cette « offensive contre l’ensemble des savoirs critiques » par un camp conservateur dont l’anti-intellectualisme est profondément idéologique, qu’étudient ces contributions, fortes de leur position éthique, qui assument la responsabilité de défendre la liberté et l’émancipation, bref, « les principes de la démocratie ».

Réancrer la production de savoir dans la société

La première partie éclaire les attaques visant les libertés académiques. L’accusation d’être idéologique et non scientifique faite aux études minoritaires qui portent justement sur « les processus de minoration, c’est-à-dire d’altérisation et de naturalisation des groupes sociaux qui sont en situation de moindre pouvoir », procède, selon la sociologue Sara Garbagnoli d’un « renversement victimaire » des majoritaires. La convergence de l’ultra-néolibéralisme, de l’antiféminisme et du racisme érige en politique la « guerre contre la production de connaissances » explique la chercheuse et féministe brésilienne Sonia Corrêa. « Guerre contre le terrorisme » pour criminaliser les révoltes populaires et « servir le capital », c’est cela, « enfin faire de la science » en Turquie, déplore Zeynep Gambetti, qui rappelle « la nature politique de la critique ». L’« islamo-gauchisme » est la réaction nationaliste des universitaires âgés et de disciplines représentant « la fraction la moins ouverte aux échanges et collaborations internationales », note le politiste français Philippe Marlière, alors que les savoirs sont « de nature internationale ». Interroger la domination masculine, l’héritage colonial et les modèles de la communauté nationale française expose à être broyé par l’institution universitaire, explique la chercheuse Mame-Fatou Niang, qui déplore que la France se dise « aveugle à la couleur, tout en [la] renvoyant à celle-ci dès [qu’elle s’] aventure hors des deux cadres d’interventions publiques qui [lui] sont concédés : le silence et la gratitude ».

La deuxième partie, « Pour en finir avec la neutralité axiologique », s’intéresse aux approches « pluriverselles » contestant un centre unique et hégémonique, pour garder « le potentiel critique et subversif » des concepts créés par des subalternalisé.e.s. Nassira Hedjerassi, chercheuse en sciences de l’éducation, explore les « voie/x ex-centriques », avec celle de Bell Hooks, qui avait à cœur de toucher hors du monde académique pour déclencher une « résistance épistémique », en produisant « de nouvelles façons de savoir et d’apprendre ». La politiste Gwenaëlle Perrier se penche sur les résistances à l’écriture inclusive en France, au Brésil et en Allemagne, « entre antiféminisme discret et anti-intellectualisme ouvert ». Le chercheur en étude culturelles Mehdi Derfoufi étudie comment les réponses des minorités de genre et ethnoraciales dans le jeu vidéo permettent de « repenser depuis les minorités les moyens de prendre la place ». La sociologue Karine Espineira témoigne du « sport de combat » que sont les savoirs situés, en témoignant sur la transidentité et les savoirs trans. La géographe Rachele Borghi interroge la place de son propre corps de chercheuse : « Comment produire un savoir sur les sujets étudiés sans délégitimer et invisibiliser celui produit depuis l’intérieur ? » L’historienne Delphine Gardey rappelle le « caractère relationnel, situé, engagé, incorporé de toute forme d’être au monde et donc à la connaissance » et appelle à « inverser la charge de la preuve ».

La dernière partie, « Défendre les savoirs critiques », porte sur les modes de production des savoirs. « Il est du devoir des chercheurs, payés par le contribuable, de mettre au service du débat public le fruit de leurs travaux, fussent-ils vénéneux aux yeux de certains, car leur seule utilité, s’il en faut une, est d’empêcher de penser en rond. Par définition, le chercheur est un emmerdeur, et telle est sa grandeur, ou plutôt celle de son métier », martèle le politiste Jean-François Bayart, inquiet des dispositifs de cooptation induits par les financements contractuels et de la dépolitisation de la figure de l’expert. Pour le sociologue Fabien Jobard, il faut résister aux atteintes aux libertés académiques et à l’autonomie scientifique, du fait de la pression des financements et des injonctions ministérielles. La géographe Anne-Laure Amilhat Szary interroge les violences non seulement adressées à la liberté d’opinion, mais aussi portant sur les conditions de production des savoirs émancipateurs. La sociologue Nacira Guénif rappelle les processus de « domestication » et de « rappel à l’ordre disciplinaire » et invite à mettre à bas « le régime de conditionnalité réservé aux racisé.e.s, basané.es et métèques » pour revoir les espaces de pensée. Pour l’historienne Fanny Gallot, il faut « reconnecter les intellectuel.les engagé.es au mouvement social » et reconstruire un « intellectuel collectif ». Enfin Éric Fassin et Caroline Ibos rappellent, avec David Graeber, « que les sciences sociales ne sont pas nées d’un goût de l’érudition mais de la nécessité de comprendre les structures de pouvoir, dans l’espoir d’améliorer la vie en société ». La route est longue…

 

Kenza Sefrioui

Défense et illustration des libertés académiques

Collectif

Médiapart, 275 p., en ligne gratuitement sur https://blogs.mediapart.fr/edwy-plenel/blog/230921/defense-et-illustration-des-libertes-academiques-un-ebook-gratuit


Pages