Economie morale de l'eau publique

Economie morale de l'eau publique

Le 12 et 13 juin 2011, les Italiens étaient appelés à se prononcer sur l’acceptation ou le rejet de deux normes de privatisation de l’eau : l’obligation, pour les administrations locales, de déléguer avant la fin de l’année la gestion des services d’eau à des sociétés par action (publiques, privées ou mixtes), et l’inclusion, dans la facture d’eau, de la rémunération des capitaux investis dans le secteur selon un taux fixé par loi à 5%.


Partager ce contenu