La jeunesse, nouvelle classe sociale

La jeunesse, nouvelle classe sociale

Subordonner la formation aux exigences du marché du travail, en s’abritant derrière le concept néolibéral d’employabilité, permet aux acteurs économiques d’offrir aux protestataires les conditions de travail qu’ils dénoncent. Retour sur un paradoxe qui se nourrir autant de la fragilité de la « classe de jeunes » que de l’irréversible mutation du marché du travail vers des formes flexibles et mouvantes.

Partager ce contenu