Les sirènes de la domination

Les sirènes de la domination

Auteur : Kenza Sefrioui

Tout véritable rapport de domination comporte un minimum de volonté d’obéir», affirmait Max Weber. Béatrice Hibou, directrice de recherche au CNRS et chercheuse au Centre d’études et de recherches internationales à Sciences Po, a pris au mot le sociologue allemand. Dans Anatomie politique de la domination, elle s’intéresse aux mécanismes d’exercice et de reproduction de la domination d’Etat.

Cette question centrale de la théorie politique et sociale est le plus souvent analysée sous l’angle de la violence. Or, pour l’auteure : «Aucun gouvernement, y compris le plus totalitaire […] ne repose exclusivement sur la violence». Plus que les mécanismes de coercition, elle étudie les «dispositifs et pratiques qui font de la domination une «douceur insidieuse», selon des modalités largement acceptées, voire recherchées et souvent légitimes, et non sur la dimension purement répressive de l’exercice du pouvoir, sur l’usage de la peur et de la violence».

Son approche est novatrice car comparatiste des situations autoritaires et totalitaires. Béatrice Hibou puise les éléments de sa démonstration dans l’histoire de l’Italie fasciste, du Portugal salazariste, de l’Allemagne nazie, de la RDA et de l’URSS, de la Tunisie, du Maroc ou encore de la Côte d’Ivoire.

La rhétorique des «douceurs insidieuses»

Dans une première partie, elle démonte les discours qui contribuent aux processus de légitimation de la domination autoritaire. L’aspiration des populations à vivre dans «la normalité» en est une composante essentielle. «La question de la normalité et de la conformité est avant tout une question de représentation. Représentation de la frontière - elle-même floue - entre conforme et non-conforme, entre normal et anormal ; représentation peut-être surtout de la dangerosité (ou non) de la non-conformité et de l’anormalité». Elle décortique le langage du politique, sa façon de produire une culture qui se diffuse dans l’ensemble des relations sociales, du travail jusque dans l’intimité, bref, l’idéologie, comme productrice de mythes et de fictions, et qui fonctionne comme «ressort subjectif de la légitimité». Elle montre notamment comment l’Etat autoritaire se présente toujours comme une réponse à des aspirations légitimes à la protection, à la sécurité et à la stabilité, quitte à inventer des dangers (l’islamisme, contre lequel le régime tunisien se posait en rempart). Béatrice Hibou remarque que «la sollicitude de l’Etat est indissociable de la dépendance qu’il crée». Elle analyse ainsi «la politique du ventre» ou l’économie du don et les «légitimités clientélistes», la tolérance des mouvements d’opposition dans un espace «normalisé». Elle se penche en particulier sur l’utilisation du «désir d’Etat», d’un Etat comme entité supra-politique au-dessus des partis, des conflits, des divisions et des intérêts particuliers, vers un Etat vecteur de consensus et d’unité», pour imposer la «violence du consensus», une «fiction» qui «apparaît comme une technologie centrale de pouvoir» : destiné à «persuader les citoyens que les orientations prises l’ont été par eux ou du moins avec leur consentement», le consensus «sert non pas tant à réaffirmer l’accord (des parties) prenantes qu’à clore toute délibération». De même, Béatrice Hibou souligne le rôle de la technocratie «dans l’exercice disciplinaire, voire totalitaire du pouvoir», en démontant la fiction d’une technocratie apolitique, citation de Gaston Bachelard à l’appui : «Les instruments ne sont que des théories matérialisées». L’expertise technocrate est en fait un «redéploiement négocié du contrôle et de la domination».

Mécanismes multiformes et empiriques

Dans la seconde partie du livre, Béatrice Hibou se penche sur la multiplicité des interactions entre gouvernants et gouvernés. En montrant l’importance des pratiques empiriques et individuelles, «la multiplicité des micro-décisions prises dans le temps», et l’infinité des intérêts contingents, elle fait voler en éclat les problématiques de l’intentionnalité, trop déterministes. Elle insiste sur les négociations et les arrangements circonstanciels qui rendent empiriques et ambivalents les mécanismes de domination. Le contrôle absolu est donc une illusion, le contrat social se réinvente sans cesse au gré des convergences d’intérêt. Ainsi, l’économie informelle est un «mode improvisé de domination» : «Le laisser-faire n’est pas un construit, mais il permet d’englober des choses que le pouvoir central ne peut contrôler». Et surtout, ces relations sont douées d’une importante plasticité qui peut «élargir les marges d’action» : si elles n’empêchent pas la domination, elles peuvent au moins «contribuer à la modeler et à l’altérer».

Cette approche des régimes autoritaires par le biais des mécanismes de persuasion, du consentement à la domination et des intérêts à obéir vise à «mieux faire apparaître la violence et la peur» : «leur insertion dans le quotidien - dans les dispositifs les plus insignifiants et les pratiques les plus banales - leur donne toute leur puissance». Par ailleurs, Béatrice Hibou met à jour des mécanismes qui existent aussi dans le cadre démocratique, et ses recherches permettent «de repenser en creux les démocraties néolibérales». Au final, ce livre, à l’analyse fine et richement documentée, propose tant une réflexion de fond sur les modalités d’exercice du pouvoir qu’un plaidoyer pour l’économie politique. «En analysant la vie quotidienne dans sa dynamique proprement économique et en considérant l’économique comme un lieu de pouvoir, un champ non autonome, un site d’analyse des rapports de force et des jeux de pouvoir», l’auteure rappelle une évidence trop souvent occultée : l’impossibilité de séparer les champs du politique, de l’économique et du social.

Par : Kenza Sefrioui


Partager ce contenu