Télécharger PDF

Le Maroc économique dans les échanges Sud-Sud

Dans les derniers rapports du World Economic Forum sur l’indice de compétitivité globale, le Maroc améliore son classement en passant du 73e au 70e rang mondial. Sur le continent africain, le Royaume se positionne comme étant le 3e pays le plus compétitif, derrière l’Afrique du Sud (52e) et le Rwanda (63e). Les rédacteurs du rapport consacré à l’Afrique rappellent que l’intégration régionale et le développement des échanges transfrontaliers ne peuvent qu’améliorer cette compétitivité et favoriser une meilleure répartition des effets de la croissance. Compte tenu de ce positionnement, il paraît donc évident que le Maroc a un rôle à jouer dans le développement économique d’un continent qui sera, d’ici 2050, la première puissance démographique dans le monde et, de manière plus large, dans ce nouvel ordre commercial qui verra la part des pays du Sud exploser d’ici 2050.Nous avons donc souhaité dans ce dossier interroger, questionner et analyser, les défis et les enjeux qui sont devant nous, lorsque le Maroc échange avec les autres pays du Sud, en Afrique, mais aussi en Amérique latine ou en Asie.Dans un premier temps, nous avons cherché à dresser un état des lieux et surtout des tendances dans lesquelles les échanges du Maroc s’inscrivent : qu’il s’agisse des obstacles auxquels nous sommes confrontés, de la stratégie économique et politique mise en œuvre ou encore des réalisations avec l’Amérique du Sud ou l’Afrique.Puis, dans un deuxième temps, nous nous sommes tournés vers ceux qui « font » les échanges : les entreprises. Une étude de terrain analyse globalement leurs pratiques à l’international. Puis, une entreprise (Bottu) et des secteurs d’activités (les médias et l’art) sont examinés afin de mieux comprendre ce qui est en jeu. 

Partager ce contenu