2014 Connected World Technology Final Report

2014 Connected World Technology Final Report

Auteur : CISCO

2020 d’après  les plus connectés 

Quel avenir pour le travail humain ? Cisco Systems, leader mondial des réseaux est une entreprise informatique américaine spécialisée dans le matériel réseau et les serveurs. Avec un  résultat  net de 10 milliards $ (2013) elle fait partie des mastodontes étatsuniens de ce secteur. Elle répond à cette question par un rapport étoffé, issu d’une grande enquête. Le rapport 2014 sur l’avenir du  travail dans les pays « connectés »  rend compte des interactions  entre technologies d’information et travail  dans les 15 pays suivants : Les Etats Unis, le Canada, le Mexique, Le Brésil, la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, les Pays Bas, la Pologne, la Russie, l’Inde, la Chine, le Japon, la Corée Du Sud et l’Australie.

L’échantillon de cette enquête a porté sur plusieurs catégories de cadres ; la première catégorie (Gen X)  est composée de 1388 personnes âgées de 18 ans à 30 ans qui travaillent déjà. La deuxième catégorie  (Gen Y) de 1524 personnes travaillantes et âgées de 31 à 50 ans. La troisième catégorie (RH) concerne 827 personnes responsables des ressources humaines dans les entreprises. L’ensemble de l’échantillon a été interviewé entre le 22 janvier et le 17 mars 2014.

 

Que se passe t il chez les plus connectés ?         

Lapidairement, le premier  constat c’est que le smartphone  et les apps sont en train de se substituer à tous les autres équipements, y compris dans leur fonction de base. Le deuxième  constat se fait sentir au niveau des mentalités et des compétences. On se dirige vers un modèle de salariés  constamment « connectés »  et qui sont quelque part « surdoués » .On parle dans cette enquête de « supertaskers » avec  des personnes qui arrivent à accomplir simultanément de nombreuses tâches cognitives et peuvent utiliser plusieurs technologies pour gérer des activités simultanées. Troisième constat une tendance forte  vers le travail à distance et une flexibilité dans les horaires.  

Mais par-delà ces quelques aspects, l’enquête comporte de nombreux enseignements. Six personnes sur dix de l’ensemble de l’échantillon prennent toujours des notes sur papier  au cours de leur travail, 13% seulement le font à travers leur Smartphone. Mais la majorité estime que l’usage des Smartphones et des applications faciliterait mieux le travail et économiserait mieux celui-ci en comparaison avec les ordinateurs de bureaux, les bloc-notes et le reste.

La moitié presque de l’échantillon reconnait qu’elle traite des affaires de boulot alors qu’elle est au volant, l’usage du Smartphone pour communiquer est de plus en plus fréquent tant au niveau des contacts à partir du bureau qu’à l’extérieur. Le téléphone fixe du bureau est en perte de vitesse. La moitié  affirme aussi qu’elle règle  souvent des problèmes du bureau en parlant ou répondant  au téléphone en pleine circulation ! Les deux tiers de l’échantillon utilisent au moins 10 applications de leur Smartphone quotidiennement, la plupart des responsables des ressources humaines préfèrent l’usage du Facebook  mais  les russes  s’adonnent à Tumbir  et Snapchat ,  en Chine  ce dernier est très populaire. Les interrogés sont prêts à céder l’accès à leurs données privées si leur patron  acceptait de leur offrir gracieusement des Smartphones. Et qu’est ce qui serait dramatique pour notre échantillon ? Réponse : le vol de son Smartphone!

Environ 4 sur 10 professionnels croient que les portails  vont disparaître et seront  remplacés par les applications dans les prochaines années. Près de la moitié des interrogés regardent leurs Smartphone en premier à leur réveil  le matin au lit ! (L’échantillon japonais fait exception puisqu’il affirme regarder la télé en premier).Et le comble , l’échantillon se divise presque à égalité entre ceux qui devant  l’obligation de choisir  acceptent de sacrifier leur vie sexuelle pendant un mois au lieu de renoncer à leur Smartphone pendant la même période. Significativement, la plupart des pays asiatiques n’y trouve rien de surprenant, ils accepteraient  de sacrifier le sexe pendant un mois, notamment plus de 7 sur  10 professionnels au Japon choisiraient de maintenir leur Smartphone  et de renoncer  au sexe !

 

Le virtuel semble traduire fidèlement les relations humaines

Autre constat est la confiance totale dans  les avantages du virtuel. Six sur dix parmi les responsables des ressources humaines se disent, en effet, prêts à embaucher sans entretien direct, se suffisant de vidéo- conférences. 40% considèrent que les qualités personnelles des candidats comptent plus que les autres aspects dans le recrutement mais ces qualités seraient vérifiables par le biais des contacts virtuels. 

Un quart  des interrogés ont affirmé que leur compagnie les autorise à travailler chez soi. 40% en Inde et aux Pays bas sont autorisés à travailler à partir de leur domicile, alors que le tiers des interrogés ont déclaré préférer travailler à partir de chez eux et pensent mieux épargner leur  temps et autres coûts ainsi au lieu de les dilapider dans les transports.

Le rapport nous informe, par ailleurs, que le tiers de l’échantillon se déplace de chez lui au boulot à  travers des transports en commun. La plupart se considère joignable professionnellement 24 h sur 24 et 7 jours sur 7  même si ce n’est pas une norme établie ; au Brésil les interrogés ont affirmé être joignables aussi  par mail et par tel. Et tous évoquent un avenir où les salariés doivent l’être comme obligation.

 

Robots et planète mars se rapprochent de nous !

A propos du travail à distance l’enquête apporte aussi des réponses éclairantes. La majorité estime  qu’une  entreprise  qui adopte un modèle de travail flexible, mobile et à distance,  a un avantage concurrentiel sur une organisation qui exige de ses employés de  travailler pendant les horaires de travail à l’officine. La plupart des responsables des ressources humaines affirment que leurs employeurs sont déjà engagés pour parvenir à une flexibilité du travail de leurs employés. Le quart de tout l’échantillon croit que la moitié des entreprises auraient déjà pris en charge  le travail à domicile dès l’année 2020. Mais Les bureaux physiques vont continuer à exister, la moitié de l’échantillon indiquant qu'il y aura toujours un besoin de ceux-ci dans l'année 2020. Seulement, ils seront des locaux plus  petits. Ce sont, dans l’échantillon des interviewés, les chinois qui le disent en majorité ! Fini le temps des sièges fastes et imposants  que les décideurs Marocains continuent d’ériger encore aujourd’hui !

Environ 3 sur 10 professionnels pensent que les voitures seront autopilotés en l'an 2020, ce qui rendra leur trajet plus facile car les usagers seront en mesure de travailler dans les voitures comme cela se fait déjà dans les  trains ou les bus aujourd’hui. Au moins la moitié des professionnels en Inde et la Chine croient que les voitures seront  autopilotées dans un proche avenir. La plupart des professionnels croient que les travailleurs à revenu moyen auront dans le futur  des robots pour les aider (avec planification, coordination, gestion de projet, assistance technique, etc.); si  7 sur 10 pensent que 2020 sera encore tôt  pour cela  en  2030 la probabilité est plus forte selon les réponses d’y arriver.  ¼  des interrogés se dit prêt à partir vers une autre planète si la société où il travaille l’exige.

 

Par : Bachir Znagui


Partager ce contenu