Éloge de la circulation

Éloge de la circulation

Auteur : Philippe Derudder

« Lorsque nous avons appris que 95 % des flux financiers sur notre planète étaient absorbés par la spéculation et que 5 % seulement servaient à l’économie réelle, nous avions notre réponse et l’une des causes des dysfonctionnements de notre économie », témoigne Philippe Derudder. Cet ancien chef d’entreprise est un des fondateurs de l’association AISES (Association internationale pour le soutien aux économies sociétales, www.aises-fr.org), qui promeut des recherches sur le développement d’économies au service de l’homme et de l’équilibre écologique. Pour l’auteur d’Une monnaie au service du Bien commun, Libérer l’intérêt collectif du carcan de l’économie marchande (Éd. Yves Michel, 2017) et de  Manifeste pour que l’argent serve au lieu d’asservir (avec André-JacquesHolbecq, Éd. Dangles, 2013), il s’agit de rompre avec un modèle économique devenu dangereux tant pour l’Homme que pour la planète. Les monnaies nationales sont en effet aujourd’hui objet de spéculations financières qui les détournent de leur fonction de dynamisation de l’économie réelle, notamment locale. D’autre part, le modèle de croissance, avec ce qu’il induit de surproduction, s’avère dangereux. Pour Philippe Derudder, c’est l’humain et le social qu’il faut replacer au cœur du système, en favorisant des circuits courts et en repensant l’acte d’achat.

Expériences alternatives

Philippe Derudder ne propose pas de remplacer les monnaies nationales, du reste monopole d’État chèrement défendu. Il s’intéresse à de nombreuses expériences pionnières qui restaurent la dimension de convention sociale de la monnaie. « Comme la monnaie locale tourne en circuit fermé par définition, elle ne peut sortir du réseau à l’intérieur duquel elle a court ; elle s’affirme alors comme un outil permettant de se réapproprier la maîtrise de l’argent tout en lui redonnant sa fonction première d’échange. »Le livre, publié en 2011 et qui en est à sa troisième édition, revue et augmentée, fait l’inventaire de ces expériences.La dernière partie est un guide pratique destiné à tous ceux qui s’intéressent à cette expérience et souhaiteraient la dupliquer. Le ton est pédagogique, volontiers imagé et émaillé de récits qui en rendent le contenu plus concret.

L’auteur commence par un rappel de ce qu’est la monnaie, « une reconnaissance de dette de la SOCIÉTÉ, en compensation de la richesse fournie par les membre de cette société, transmissible de personne en personne », revient sur les principes de double monnaie et de réserve fractionnaire au cœur du système monétaire moderne, sur la notion de dématérialisation de la monnaie. Il revient sur l’abandon de l’étalon or, et regrette que  la finance mondiale soit contrôlée par « un cartel de banques privées » alors que les banques centrales devraient être « des organismes publics mandatés et contrôlés démocratiquement par les nations ».  Pour lui, il ne s’agit rien moins pour les citoyens que de « reprendre le pouvoir sur la monnaie en toute légitimité ».

Le cœur du livre est consacré à la description des expériences passées et récentes de monnaies locales et complémentaires. Il est significatif qu’elles se soient produites lors de périodes de graves crises économiques et financières. Ainsi, plusieurs parmi les doyennes ont été mises en place dans les années 1930. À l’époque, il s’agissait de « redynamiser l’économie et de redonner du travail aux gens », mais la monnaie était encore indexée à l’or et on se faisait moins de souci pour l’environnement et pour l’ancrage local de l’économie. Philippe Derudder souligne qu’au-delà de ces différences avec des expériences plus récentes, le principe de « monnaie franche » au sens de libre, tel que théorisé par l’économiste allemand Silvio Gesell (1862-1930) dans L’ordre économique naturel (1916),  reposait déjà sur l’idée d’indexer la valeur de la monnaie sur le travail, et de concevoir une monnaie « à surestaries, perdant donc de sa valeur avec le temps », ce qui rend absurde toute tentative de thésaurisation et encourage la circulation.

La première expérience a eu lieu en Allemagne, dans la petite ville minière de Schwanenkirchen, avec la « Wära », un billet d’échange émis par la Société d’échanges commerciaux Wära, d’une valeur nominale de 0,5, 1, 2 et 5 Wära que pouvaient acquérir les membres de l’association. « C’était seulement dans des cas d’extrême urgence que la Wära devait être reconvertie en marks ». Le système permit de redynamiser la mine abandonnée, de remettre au travail les ouvriers et de reconstituer une économie locale impliquant les producteurs et commerçants de la région. « Un maximum de 20 000 Wära circulèrent simultanément entre 1930 et 1931, 2 500 000 personnes en firent usage ». D’autres expériences ont été tentées à Wörgl en Autriche, avec les équivalents-schillings qui permirent à la municipalité de rembourser ses dettes, de construire des routes, de reboiser, etc., à Nice en 1933 avec la Mutuelle d’Échange, à Berlin avec le Bären-Mark en 1949, en France à Lignières-en-Berry, en 1956, et à Marans en 1958, au Brésil, à Porto Alegre en 1959. Il y a eu aussi le Wir en Suisse, circulant dès 1934 entre 60 000 entreprises en parallèle du franc suisse et dont la coopérative a obtenu le statut bancaire. Plus récemment, il y a, en France, le mouvement des SEL (Systèmes d’échanges locaux)interroge aussi la valeur du don et du bénévolat, non reconnus comme richesses, le « Ithaca hour », inventé par le journaliste Paul Glover dans l’État de New York, le Credito en Argentine et les grands réseaux de troc en Amérique latine, le Palmas brésilien, le Chiemgaueur allemand, l’Abeille du Lot-et-Garonne, la Luciole en Ardèche… Certaines, comme l’Eusko basque, sont aussi des monnaies numériques, mais Philippe Derudder consacre un développement pour les distinguer du Bitcoin, monnaie qui reste purement spéculative.

En parallèle de ces descriptions, Philippe Derudder fait l’histoire des résistances étatiques à ces initiatives citoyennes : procès, interdiction des « mutuelles d’échanges »… Pourtant leur multiplication révèle une véritable interrogation sur le sens de la richesse.

 

Par Kenza Sefrioui

Monnaies locales, complémentaires et citoyennes, pourquoi, comment ? (3e édition revue et augmentée)

Philippe Derudder

Éditions Yves Michel, 348 p., 230 DH


Partager ce contenu