Supply chain management et culture marocaine

Supply chain management et culture marocaine

Le Supply Chain Management est une approche innovante de l’économie libérale. Peut-il s’implanter au Maroc où les relations d’affaires sont encore marquées par les pesanteurs d’une culture traditionnelle ? L’article – fondé sur une étude de l’auteur – considère que la culture marocaine ne s’oppose pas à la mise en place de la démarche SCM, elle lui impose surtout une adaptation spécifique.
Le capital humain : des flux en mal de régulation ?

Le capital humain : des flux en mal de régulation ?

Le contrat-programme s’est fixé l’objectif de former et qualifier 61 000 personnes dans plus de 20 filières spécialisées à l’horizon 2015 : 800 managers, 1 500 ingénieurs et 12 950 techniciens spécialisés. Deux ans après sa signature, il est très difficile d’en évaluer les réalisations. Mais les actions engagées vont certainement aller dans le sens d’une amélioration de l’offre de formation existante.
Partenariat OCP/ONCF : continuité et discontinuité

Partenariat OCP/ONCF : continuité et discontinuité

OCP se réjouit de l’avancement de construction des pipelines probablement opérationnel en avril 2013. Du côté de l’ONCF, l’opérateur exclusif du transport des phosphates, c’est plutôt le doute et le dégrisement. Si l’OCP ne renouvelle pas son contrat avec l’ONCF, qui prendra fin en 2014, le manque à gagner de l’ONCF serait de l’ordre de 1,71 milliard de dirhams. Affaire à suivre.
Tanger MED, un modèle économique à revoir

Tanger MED, un modèle économique à revoir

Le port de Tanger Med est situé sur la seconde voie maritime la plus fréquentée au monde, le détroit de Gibraltar, avec près de 100 000 navires par an. Il est conçu comme un « projet intégré » comprenant, outre les ports de marchandises et passagers construits en eaux profondes sur le détroit de Gibraltar, des zones franches et d’activités ; le tout s’appuyant sur une solide infrastructure, incluant routes, autoroutes et voies ferrées.

E-Commerce au Maroc : le défi logistique

E-Commerce au Maroc : le défi logistique

L’OCDE définit le commerce électronique ou e-commerce, comme « la vente ou l’achat de biens ou de services, effectués par une entreprise, un particulier, une administration ou toute autre entité publique ou privée, et réalisé au moyen d’un réseau électronique ». Elle distingue alors :

J. Colin : Quels rôles pour la recherche en logistique ?

J. Colin : Quels rôles pour la recherche en logistique ?

En période de crise, on demande à la logistique de privilégier les performances en termes de coût, quitte à reconfigurer les processus aussi bien en interne qu’en externe. Le professeur Jacques Colin explique à Economia la situation actuelle de la performance logistique qui possède toujours deux critères essentiels : le coût et le service (le second paramètre est surtout sollicité en période de croissance).
Faut-il interdire Facebook dans les entreprises ?

Faut-il interdire Facebook dans les entreprises ?

Comment les patrons réagissent-ils à l’introduction des réseaux sociaux d’entreprise ? Des initiatives sont engagées ailleurs, mais beaucoup de contraintes s’imposent encore aux entreprises marocaines.
Le E-marketing vs le règne du consommateur

Le E-marketing vs le règne du consommateur

Le marketing ne pouvait ignorer le pouvoir des réseaux sociaux. De là est née une nouvelle forme de celui-ci ; un marketing « social » qui gère entre autres missions la e réputation des marques et produits. Analyse.
D. Cardon : La coupure entre le réel et le virtuel s’affaiblit

D. Cardon : La coupure entre le réel et le virtuel s’affaiblit

L’un des chercheurs les plus réputés pour la qualité de ses travaux sur les réseaux sociaux en ligne nous livre ses réflexions sur les ruptures créées par le virtuel, et son impact sur les liens sociaux et les changements politiques.
Smart power : une vision renouvelée du pouvoir

Smart power : une vision renouvelée du pouvoir

Depuis son investiture, l’administration Obama semble faire du Smart Power son credo. Dans un article publié dans le New Statesman le 18 juillet 2012, intitulé « The art of the Smart Power », la Secrétaire d’État américaine Hillary Clinton pousse au maximum la doctrine du « Smart Power ». Elle le présente comme « La philosophie » de la politique étrangère américaine.

Pages