Le « sortir » ou les transactions intimes comme vecteur de mobilité sociale ?

Le « sortir » ou les transactions intimes comme vecteur de mobilité sociale ?

Rares au Maroc sont les écrits sur l’état de l’économie du sexe. Pour certaines jeunes filles, souvent urbaines depuis une ou deux générations, déscolarisées et célibataires, les transactions sexuelles constituent des réponses à leur précarisation. Les relations aux hommes marocains forment un champ des possibles où des jeunes filles forcent la réalisation de soi en générant des revenus de ces rapports intimes.

Partager ce contenu