Transformation numérique et innovation : quels liens ?
Télécharger PDF

Transformation numérique et innovation : quels liens ?

 

Transformation numérique, innovation technologique, transformation digitale, digitalisation, révolution numérique, R&D ou innovation tout court, ce sont tous des concepts en vogue, abondamment utilisés depuis quelques années, au point que les liens et les interdépendances entre eux sont devenus difficiles à cerner.

En effet, le grand essor des NTIC (nouvelles technologies d’information et de communication) a lancé le débat de la redéfinition de la notion de l’innovation et de la nécessité de tracer ses composantes. L’utilisation interchangeable des concepts d’innovation et de transformation numérique et le flou entourant leur sémantique ainsi que le manque de consensus quant aux frontières de chacun d’eux rendent nécessaire la clarification des différences et des interrelations entre les deux.

Le numérique et la transformation numérique ne sont pas les seuls déterminants de l’innovation. En effet, l’innovation est un concept large et diversifié qui ne se limite pas à un seul domaine ou champ d’études. Elle est souvent accompagnée de précisions pour ainsi la circonscrire dans un champ ou une discipline donnée (exemple de l’innovation technologique ou l’innovation sociale). À la différence de l’invention, l’innovation se distingue par le fait qu’elle requiert une utilisation effective, aboutissant nécessairement à un changement social : l’innovation est la socialisation réussie de l’invention (Alter, 2000).

Ainsi, quand on aborde l’innovation au sein des entreprises, on ne peut se limiter à la transformation numérique ou à la R&D. Toutefois, les écrits en la matière reconnaissent la pluralité des innovations mises en œuvre par les entreprises. Ces dernières, dans une quête d’efficacité et d’amélioration continue, procèdent par des innovations de procédé et/ou de produit, ou par des innovations organisationnelles. Il peut s’agir d’innovations radicales, importantes, et créant une rupture technologique, ou incrémentale/graduelle, moins importantes dans l’un ou l’autre type d’innovation (Tremblay, 2007).

La transformation numérique (ou digitale si on se réfère à l’appellation d’origine anglo-saxonne) désigne l’évolution et les mutations dictées par la révolution du numérique et de l’Internet depuis le début des années 2000. L’innovation technologique et numérique est à l’origine de la montée en puissance des technologies du numérique (numérisation, dématérialisation, etc.). Leur intégration dans les activités des organisations et des individus a accentué la diffusion de nouveaux modes de production, de communication et de collaboration. La transformation numérique est continue et en perpétuelle métamorphose. Elle trouve ses origines d’abord dans les innovations technologiques qui induisent le changement dans les activités et les comportements humains. Ses objectifs changent au fil des années, et suivent les dernières innovations non seulement technologiques et numériques, mais aussi organisationnelles et sociales. L’intelligence artificielle, le Big Data et l’Internet des objets en sont des exemples qui vont influencer et orienter la transformation numérique dans les années à venir, tant pour les organisations que pour les individus. Cette transformation numérique accentue la vitesse de propagation de l’information et donc des idées. L’intégration du numérique favorise et multiplie les canaux de collaboration et de partage entre divers acteurs. L’intelligence collective crée ainsi une plateforme propice à l’innovation.

La transformation numérique, issue initialement d’innovations technologiques de rupture, induit des changements et des évolutions dans l’organisation. Toutefois, les adaptations et les ajustements nécessaires pour évoluer avec la transformation numérique donnent naissance à des innovations incrémentales modifiant les produits, les services ou les processus organisationnels. Ainsi, nous pouvons déduire que l’innovation technologique, notamment digitale, n’est ni prévisible ni prescriptible ; elle repose de plus en plus sur une recombinaison des savoirs et des savoir-faire inter et intra-organisationnels menant à une construction participative et distribuée des réseaux hybrides et confondus.

 

Références

  • OCDE (2005).  Manuel d’OSLO.  www.OCDE.org
  • Alter, N. (2000). L’innovation ordinaire. Paris : PUF.
  • Tremblay, D.G. (2007). L’innovation continue : les multiples dimensions du processus d’innovation technologique et organisationnelle. Québec : TÉLUQ.

Partager ce contenu