Family office : Kesako ?

Il y a quelques jours avait lieu à Istanbul le congrès annuel de YPO (Young Presidents Organisation). YPO est à la fois un réseau et un véhicule de formation et d’échanges entre des hommes et des femmes qui sont tous devenus dirigeants d’entreprises avant leur 45ème anniversaire. Cette association très dynamique dans le monde entier compte plus de 550 membres dans la région MENA et est représentée officiellement au Maroc. Dans la région près des 60% des membres travaillent dans des entreprises familiales et un quart supplémentaire sont des entrepreneurs qui pourront un jour ou l’autre être confrontés aux problématiques de l’entreprise familiale.

Dans le cadre de cette rencontre annuelle, j’ai rencontré David.  Il arrivait de New York et découvrait Istanbul pour la première fois. Après quelques échanges feutrés et réservés, nous avons vite trouvés nos points communs. En effet, David, après de nombreuses années passées à reprendre et restructurer des petites entreprises californiennes, a pris la tête du bureau américain de son family office. Des cousins éloignés au Royaume Uni lui ont en effet demandé de gérer leurs avoirs américains afin de les faire fructifier sur le long terme pour garantir la transmission du patrimoine aux générations futures.

Mais qu’est ce donc qu’un « family office » ?

Le concept de « family office » fait son apparition au 19ème siècle aux Etats-Unis pour répondre aux besoins de gestion de patrimoine de grandes familles industrielles. Dans sa forme la plus stricte, il est détenu par une seule famille et poursuit deux objectifs : préserver l’harmonie familiale, elle-même garante de la pérennité du patrimoine familial, et faire fructifier le patrimoine familial en s’assurant de la juste rétribution de l’ensemble des membres de la famille. Ces « family offices », sont en général des structures très légères, employant rarement plus d’une dizaine de personnes, qui, sous le contrôle de la famille propriétaire gère les actifs familiaux. Contrairement à des gestionnaires classiques, ils sont en mesure de gérer un patrimoine complexe incluant à la fois des actifs foncier et immobiliers et une entreprise familiale par exemple. Leur horizon est celui de la famille et de l’entreprise familiale : le long terme. De plus, la préservation des liens familiaux est un objectif stratégique.

Généralement, ces « family offices » sont crées soit lorsque certains actifs, tels qu’une partie de l’entreprise familiale, sont cédés à des tiers ou dès lors que la structure de la famille devient tellement complexe que leur neutralité est de rigueur pour protéger la famille. Parfois, plusieurs familles se regroupent pour créer un « family office commun » (multi family office) car chaque famille prise individuellement ne dispose pas des moyens suffisants pour gérer directement son patrimoine.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.