Comment faire les bons choix ? Partie 1

Je travaille actuellement au lancement d’un projet de recherche sur l’optimisation du processus de prise de décision logistique. Dans mes articles de blog qui suivent je me propose de partager quelques notions intéressantes sur ce sujet que je trouve très passionnant ! Eventuellement, nous pourrions extraire de cette discussion quelques enseignements utiles pour nos prises de décisions quotidiennes.

Nous sommes tous chaque jour confrontés à une variété de décisions à des degrés d’importance relativement différents. L’idée que le processus de prise de décision est une science complexe et sophistiquée peut sembler étrange, mais des études montrent que la plupart des gens sont tellement meilleurs à réfléchir qu’à prendre des décisions. Et j’en fais probablement partie.

C’est ainsi que ce sont développés ces dernières années des logiciels spécialisés dans l’optimisation des processus de prises de décision utilisés par les entreprises, les ONG et les gouvernements afin d’aider les décideurs à prendre les meilleurs décisions possibles. Ces logiciels sont fondés sur des algorithmes spécifiques conçus sur la base des connaissances scientifiques que nous avons sur le processus de prise de décision. Nous sommes des êtres humains après tout dotés, pour la plupart, de sentiments et d’émotions qui parfois nous conduisent à prendre des décisions irrationnelles qui semblent ne suivre aucune logique. Et je ne pense pas qu'à ce gâteau au chocolat que vous vous étiez juré de plus toucher!

Prenez cette étude par exemple, menée en 2000 à l’Université de Columbia. Les chercheurs y analysent les comportements d’achats des clients dans deux situations différentes à l’intérieur d’un supermarché en Californie. Dans une première configuration, les clients se voient offrir une dégustation de 6 types de confitures alors que pour que d’autres clients, les chercheurs proposent 24 confitures différentes à tester. Il s’ensuit que 30% des clients du premier groupe (6 choix) finissent par acheter une confiture alors que seulement 3% de ceux du deuxième groupe (24 choix) finissent par prendre cette décision. Alors que l’entendement prédit que plus de choix aide le client à trouver le produit qui lui convient le mieux et stimulerait donc l’acte d’achat, la réalité nous révèle que plus de choix conduit à ce que les chercheurs appellent choice paralysis, la paralysie du choix. Dans une telle configuration, les clients devant une masse d’information à analyser trop volumineuse finissent par ne prendre aucune décision. Surprenant, non?

Un premier enseignement pour nous suite à cette expérience est de veiller à restreindre les choix disponibles à une shortlist plus manipulable pour le décideur facilitant ainsi le processus de prise de décision. 

Concrètement, vous voulez demander à votre conjoint(e) ou votre ami(e) de choisir une destination pour votre prochain voyage ? Proposez 3 choix au lieu de 6 si vous ne voulez pas finir, au mieux, là où il reste encore des places disponibles.

Partager ce contenu

Leave a comment

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.