Ressources humaines, désespérément

Dans un contexte international très fortement perturbé, les entreprises marocaines ne peuvent s’en sortir, que par la compétence de leur personnel. Se basant sur les chiffres de l’étude du cabinet DIORH, cet article analytique tente de dresser l’état des lieux de la gestion des ressources humaines (GRH) et définir le trajet à parcourir pour qu’au Maroc, celle-ci devienne un véritable levier de performance.

Classe mondialisée et ignorée

Comment appréhender les spécificités de la mobilité sociale et des identités sociales au Maroc à partir des tendances mondiales ? Comment saisir l’impact de la mobilité sociale sur la mobilisation politique? Ce sont les questions de la sociologue Shana Cohen ; auteur d’un ouvrage sur les classes moyennes au Maroc. Impliquée dans ce thème pour ses travaux sur la mobilité sociale et les changements mondiaux.

Et l’aménagement du rural ?

Le Schéma d’aménagement (SNAT) évalue à 1500 milliards de dirhams la mise à niveau territoriale. Les 2/3 de celui-ci sont dévolus à l’urbain, le tiers restant au rural. A travers cet entretien, un spécialiste de l’aménagement du rural et connaisseur du terrain nous éclaire sur les intervenants, les dysfonctionnements, et tous les aspects qui empêchent une gestion optimale de l’espace rural à ce jour.

A. Laroui : serons nous, un jour, réellement inventifs?

«Pendant longtemps, j’ai présenté mes idées sous forme de questions-réponses», nous dit Abdallah Laroui. Aujourd’hui, il préfère le récit pour ne plus dérouter le lecteur de chez nous. Mais convié au jeu de questions-réponses, le plus rationaliste des penseurs marocains trouve du plaisir à stimuler la réflexion, sur sa méthode de travail, la tradition, l’école, l’Etat, le statut de l’intellectuel moderniste…

M. Cherkaoui : les décideurs sont dans le flou

« Les sciences sociales vont un peu mieux. » . Avec rigueur et efficacité, le sociologue marocain, Mohamed Cherkaoui, analyse tour à tour les rapports de l’Etat avec les sciences sociales, le Sahara, le fondamentalisme, l’école… met le doigt sur erreurs et blocages, et bat en brèche bien des idées reçues. Propos percutants d’un chercheur de renommée internationale, aussi discret qu’exceptionnel.

L’ascension d’un revenant atypique

Hay Mohammadi, Béthune (Pas-de-Calais) puis retour au pays. Des marchés du nord de la France au firmament de la délocalisation, ce Marocain, est parti de peu, mais a su, avec un sens aigu des opportunités, allier ambition et ténacité, flexibilité et obstination. Parcours atypique d’un des plus grands confectionneurs de la place marocaine. M nous raconte les épisodes qu’il juge formateurs dans sa vie.

Les pays arabes, et le pouvoir illimité des chefs

Depuis ses premiers travaux au côté de Paul Pascon, jusqu’à son dernier livre, Le sujet et le mamelouk, à travers tout son parcours, l’économiste Mohamed Ennaji se révèle être un universitaire libéré des carcans académiques, qui cherche à remonter à chaque fois encore plus loin dans le passé, pour mieux comprendre la servitude d’aujourd’hui, et un intellectuel qui s’approche des cercles du pouvoir actuels pour ne pas se tromper de jugement.

Le retour des compétences, mythe ou réalité ?

Qu’en est-il du retour des compétences marocaines de l’étranger ? Effet d’annonce, véritable lame de fond ? Chassé-croisé entre ceux qui partent et ceux qui reviennent? En ces temps de globalisation irréversible des marchés et des compétences, la donne a considérablement évolué. Fort de son expertise d’homme de terrain, Saad Benkirane nous livre le fruit de son expérience.

Les coûts sociaux du laisser-aller

Dysfonctionnements d’apparence anodine, brimades, supposées ou non, frustrations diverses, stress, manque de communication… autant de signes d’un flottement managérial, autant de portes ouvertes au malaise social et à ses effets délétères pour l’entreprise. L’auteur, à l’appui d’enquêtes sur le climat social en entreprise, analyse et propose des solutions.

Une fiscalité incohérente et injuste

Notre système fiscal marche sur la tête. On s’en doutait un peu. Najib Akesbi nous le démontre avec maestria : TVA, IS, IR… Tout y passe. Dans cette deuxième et dernière partie de l’évaluation de la réforme fiscale entamée en 1984, cette étude documentaire interroge les objectifs préconisés et les résultats atteints, sous le double angle de la simplicité et de l’équité. Voyage au bout du fisc !

Pages